ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 15:189

Telle est la vitesse du pouls dans la fievre, l'excrétion de semence dans la gonorrhée, &c. Il est rare de trouver des maladies caractérisées par un seul signe pathognomonique; la plupart ne sont distinguées que par l'ensemble de plusieurs signes, qui ne sont pathognomoniques que lorsqu'ils sont rassemblés. Telle est la pleurésie, qui est marquée par le concours d'un point de côté, d'une difficulté de respirer, de la toux & d'une fievre aiguë, &c. Le défaut d'un de ces signes rendroit le diagnostic incertain.

Signes

Signes de Musique, sont en général, tous les caracteres dont on se sert pour noter la musique. Mais ce mot s'entend plus communément des dièzes, bémols, béquarres, points, reprises, pauses, guidons, & généralement de tous ces petits caracteres détachés, qui sont moins des notes véritables, que des modifications des notes & de la maniere de les chanter. Voyez tous ces mots. (S)

Signes

Signes écriture par, (Littérat.) l'écriture par signes, par caracteres, par notes, ou par abréviations, est une seule & même chose. Voyez Abréviation, Caractere, Note , &c.

Nous nous contenterons de remarquer ici, que Plutarque, dans la Vie de Caton d'Utique, fait Cicéron inventeur de la maniere d'écrire avec des signes, à l'occasion de la conspiration de Catilina; & qu'il paroît par une lettre du livre XIII. à Atticus, qu'il se servoit de cette maniere d'écrire, puisqu'il y fait mention de ce qu'il écrivoit, DIA\ SHMEI/WN, par signes: expression qui fait voir que cet art étoit emprunté des Grecs. Dion Cassius, dans le LV. livre de son histoire, nous apprend que Mécène le communiqua au public par Aquila son affranchi. Il paroît aussi par Suétone, que César lui - même écrivoit avec des signes, per notas. Dans la vie de Galba, on trouve cette façon de parler: Quia notata, non perscripta, erat summa, ne hoec quidem accepit. On trouve encore sur ce sujet, un passage remarquable dans le digesle, lib. XXIX. Luoius Titius miles, notario suo testamentum scribendum notis dictavit, & antequam litteris perscriberetur, vitâ defunctus est. Voici le portait que Manilius, dans le IV. liv. de ses Astronomiques, fait d'un notaire:

Hic & scriptor erit velox, cui littera verbum est, Quique notis linguam superet, cursimque loquentis Excipiat longas nova per compendia voces. Baxter a du penchant à croire que cette maniere d'écrire étoit générale, avant qu'un musicien eût inventé l'alphabet; car Aristoxene, contemporain d'Aristote, dans son traité de la Musique, fait de l'art d'écrire GRAMMATIKH\, une partie de la Musique. Le même Baxter croit que les notes de Musique, & les caracteres dont se servent les Médecins, sont encore des restes de ces anciens caracteres ou notoe; pour ne rien dire des sigloe romaines, ainsi nommées pour singuloe, qui n'étoient autre chose qu'une ou deux lettres, pour exprimer tout un mot, & qui par conséquent étoient plutôt des abréviations, que des signes ou des chiffres. Les I(ERA\ GRA/MMATA des Egyptiens étoient des signes sacrés, notoe sacroe, empruntés des interpretes des songes. Artémidore appelle partout ces symboles sacrés SHMEIA, terme qui dans l'Ecriture - sainte marque aussi des prodiges. Quam scitè per notas nos certiores facit Jupiter, dit Cicéron dans son traité de divinatione. On peut faire quelques conjectures sur la figure de ces signes, par les noms qu'Apulée leur donne, les appellant ignorabiles litteras, nodos, apices condensos, & par cette épigramme de Nicéarque.

*O)\NTWS2 MURMH/KWN TRUPHMATA LOCA\ KAI\ O)RDA\, *G(/RA/MMATA TW=N L)IBUKW=N, LO/DIA KA\I FRU/GIA. D'où l'on peut conclure qu'on regardoit cette ma<cb-> niere d'écrire comme celle qui étoit généralement en usage parmi les barbares, comme elle l'est encore aujourd'hui chez les Chinois. (D. J.)

SIGNER

SIGNER, v. act. (Gramm.) écrire son nom de sa propre main au bas d'un acte, soit parde vant notaires, soit sous seing - privé, pour l'approuver & consentir de l'exécuter. Voyez Souscrire & Soussigner. Diction de Comm. Voyez les articles Signature.

Signer

Signer, (Orfévrerie.) c'est marquer l'argenterie & l'orfévrerie du poinçon. Chaque orfevre ou argentier, a son poinçon particulier; & par les ordonnances il leur est enjoint de signer de leur poinçon toute la vaisselle & autres choses qu'ils fabriquent. L'argenterie qui n'est point signée se vend toujours à plus bas prix que celle qui est marquée du poinçon de l'ouvrier; car ce défaut fait connoître qu'elle n'est pas au titre prescrit, & qu'il y a trop d'alliage. (D. J.)

Signer

Signer, terme de Vitrier, c'est marquer avec la drague, trempée dans du blanc broyé avec de l'eau de gomme, ou simplement avec de la craie, les endroits des pieces de verre que l'on veut couper avec le diamant. (D. J.)

SIGNET

SIGNET, s. m. terme de Relieur, ce qui sert à marquer les endroits d'un livre d'usage, qu'on veut trouver promptement. C'est une espece de bouton un peu orné, d'où pendent plusieurs filets, ou rubans qu'on met dans un bréviaire, dans des heures, dans les bibles, &c. (D. J.)

Signet

Signet, en terme d'Eguilletier, est s'il faut ainsi parler, une touffe de plusieurs petits rubans montés sur une petite pelotte, & garnis à l'autre bout de ferrets en maniere d'anneaux, pour empêcher la soie de se défiler. Voyez Ferrets a embrasser.

SIGNIA

SIGNIA, (Géog. anc.) ville d'Italie dans le Latium, à quelques milles au nord de Norba. Tarquin le Superbe y envoya une colonie, comme nous le voyons dans Tite - Live, lib. I. c. lv. Signiam, Circejosque colonos misit, proesidia urbi futura terrâ marique. Le même historien, lib. II. c. xxj. ajoute que cette colonie fut augmentée & renouvellée sous les consuls: Signia colonia, quam rex Tarquinius deduxerat, suppleto numero colonorum, iterum deducta est. Silius Italicus, lib. VIII. vers 379. reproche à cette ville la mauvaise qualité de son vin:

Spumans inimico Signia musto. Et Martial, lib. XIII. épigram. cxvj. spécifie la mauvaise qualité de ce vin:

Potabis liquidum Signina morantia ventrem. Les habitans de cette ville sont appellés Signini par Tite - Live, lib. XXVII. c. x. & par Pline, lib. III. c. v. Elle conserve son ancien nom à quelque changement près, car on la nomme Segni.

Signia est encore une montagne de l'Asie mineure dans la grande Phrygie. Pline, l. V. c. xix. dit que la ville d'Apamée étoit au pié de cette montagne. (D. J.)

SIGNIFICATIF

SIGNIFICATIF, adj. (Gram.) qui caractérise, qui marque, qui ne laisse aucun doute. Il s'est expliqué là - dessus d'un ton & en des termes tres - significatifs, prenez - y garde.

Significatifs

Significatifs, s. m. pl. (Hist. ecclés.) nom donné par quelques auteurs aux sacramentaires, qui disent que dans l'Eucharistie il n'y a plus que le signe du corps de J. C. Stranphinlus. Sandere.

SIGNIFICATION

SIGNIFICATION, s. f. (Gram. & Jurisp.) est un acte par lequel on notifie quelque chose à une autre personne.

Les significations sont faites les unes par les huissiers & sergens, d'autres se font de procureur à procureur.

On signifie à personne ou à domicile; à personne,

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.