Dictionnaire de l'Académie Française,
6ème edition (1835)

RECHERCHE Accueil Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 2:687

Il est aussi substantif. C'est un rustre, un vrai rustre, un gros rustre.

RUT. s. m. (On prononce le T.) Il se dit en parlant Des cerfs et de quelques autres bêtes fauves quand elles sont en amour. Le mois de septembre est le temps du rut. Les cerfs sont en rut. Quand les cerfs entrent en rut.

Les cerfs ne tiennent pas, ne durent pas dans le rut, pendant le rut, Ils sont aisés à prendre quand ils sont en amour.

RUTOIR. s. m. Voyez ROUTOIR.

RYTHME. s. m. Voyez RHYTHME.

S. s. m. et f. Lettre consonne, la dix-neuvième de l'alphabet. Lorsqu'on la nomme Esse, suivant la prononciation ancienne et usuelle, le nom de cette lettre est féminin: Une S (esse). Lorsqu'on l'appelle Se, suivant la méthode moderne, ce nom est masculin: Un S (se) majuscule. S, mis à la fin des noms, est, dans notre langue, le signe ordinaire du pluriel.

En général, cette consonne se prononce comme C des mots Cerf, ici, 1 lorsqu'elle est initiale, 2 lorsque, placée dans le corps d'un mot, elle est double ou accompagnée d'une autre consonne. Session,sensible (prononcez: Cession, cencible).

Elle a, au contraire, le son du Z, 1 lorsqu'elle se trouve placée entre deux voyelles, ou entre une voyelle et une h muette; 2 lorsqu'elle termine un mot suivi d'un autre commençant par une voyelle ou une h muette. Gentilshommes, Des rosiers en fleur (prononcez: Genti-z-hommes, Des rozierz-en fleur).

S finale ne se prononce point devant les consonnes. Sans peur et sans reproche (prononcez: San peur et san reproche).

Pour les exceptions assez nombreuses que souffrent ces diverses règles, et pour certains emplois particuliers de la lettre S, on est obligé de renvoyer aux traités de grammaire et de prononciation, qui comportent mieux les détails et les explications de ce genre. Voyez, au reste, SCEAU, SHÉRIF, ASTHME, ASBESTE, BALSAMINE, TRANSIGER; DÉSUÉTUDE, PARASOL, PRÉSÉANCE, PRÉSUPPOSÉE; AS, VIS, LAPS, RÉBUS, PATHOS, ETC., ETC.

Comme toutes les consonnes, S double fait prendre à l'e non accentué qui la précède, le son de l'é fermé ou de l'è ouvert, selon les cas; excepté dans les mots Dessus, dessous, et dans la plupart de ceux qui sont formés avec la particule Re, tels que Resserrer, ressemblant, ressort, etc. (Prononcez: Deçus, deçous; recerrer, recemblant, reçort, etc.)

S se joint, comme lettre euphonique, à l'impératif des verbes dont l'infinitif est en er, lorsqu'il est suivi des particules en ou y: Manges-en la moitié. Touches-y.

Fig. et fam., Faire des S, se dit D'une personne que l'ivresse ou quelque vertige empêche de marcher droit devant elle, et qui va tantôt à droite, tantôt à gauche.

Voyez aussi l'article ESSE, dans la lettre E.

SA. adj. possessif féminin de la troisième personne Le masculin est Son. Voyez SON.

SABAÏSME. s. m. Voyez SABÉISME.

SABBAT. s. m. Nom donné chez les Juifs au dernier jour de la semaine. Le sabbat. Le jour du sabbat. Les juifs observent fort exactement le sabbat. Chez les juifs, il n'est pas permis de travailler les jours de sabbat. Observer, violer le jour du sabbat. Le repos du sabbat.

SABBAT signifie aussi, L'assemblée nocturne que, suivant l'opinion populaire, les sorciers tiennent pour adorer le diable. Aller au sabbat. Le bruit était que les sorciers tenaient leur sabbat dans cette forêt.

Il se dit, figurément et familièrement, d'Un grand bruit qui se fait avec désordre, avec confusion, tel que l'on s'imagine celui du sabbat des sorciers. Ces ivrognes ont fait un sabbat, un terrible sabbat. Quel sabbat fait-on là-haut? Ces chats ont fait un sabbat épouvantable toute la nuit.

Il se dit aussi, figurément et populairement, Des criailleries d'une femme contre son mari, ou d'un maître contre ses valets. Si sa femme vient à savoir cela, elle lui fera un beau sabbat. Leur maître leur fit un beau sabbat quand ils revinrent. Il m'a fait un sabbat du diable, un sabbat enragé.

SABBATINE. s. f. Petite thèse de controverse que les écoliers de philosophie soutenaient au milieu de la première année de leur cours. Il a soutenu une sabbatine. J'ai argumenté à sa sabbatine.

SABBATIQUE. adj. f. Il n'est usité que dans cette locution, Année sabbatique, qui se disait, chez les Juifs, de Chaque septième année.

SABÉEN. s. m. Celui qui professe le sabéisme.

Il s'emploie quelquefois adjectivement, et signifie, Qui appartient, qui a rapport au sabéisme. Le culte sabéen.

SABÉISME. s. m. Nom de la religion qui a pour objet l'adoration du feu, du soleil, des astres. Le sabéisme était la religion des anciens mages: c'est aujourd'hui celle des Guèbres. Quelques-uns disent aussi, Sabisme et Sabaïsme.

SABINE. s. f. T. de Botan. Espèce de genévrier qui croît en Tartarie, en Grèce et dans la France méridionale, dont la saveur est âcre, l'odeur très-forte, et qui contient beaucoup d'huile volatile. La sabine est souvent employée comme emménagogue.

SABISME. s. m. Voyez SABÉISME.

SABLE. s. m. Gravier réduit en poudre ou en petits grains. Il se dit aussi d'Une sorte de terre argileuse, sans aucune consistance, et souvent mêlée de petits grains de gravier. Sable de terre. Sable de mer, de rivière, de ravine. Sable fin. Sable noir, gris, blanc, rouge, doré. Grain de sable. Les sables du désert. Les sables de la Libye. Des tourbillons de sable. Couvrir de sable les allées d'un jardin. Passer le râteau sur le sable d'un jardin. Tirer du sable. Un bateau de sable. Ce pays-là est un pays de sable. Sable mouvant. Un banc de sable. Les dunes sont des amas de sable. Les sables qui barrent l'entrée de ce fleuve, de ce port. Le sable du rivage. Fond de sable. Échouer sur le sable. Enfoncer dans le sable. Maison bâtie sur le sable. Un tombereau de sable. Mortier de chaux et de sable. Bâtir à chaux et à sable. Sur une partie de chaux éteinte, il faut deux parties de sable.

Fig., Bâtir sur le sable mouvant, ou simplement, Bâtir sur le sable, Fonder des projets, des établissements, des entreprises sur quelque chose de peu solide.

Fig. et fam., Avoir du sable dans les yeux, Éprouver une envie de dormir qui appesantit les paupières.

En Chimie, Bain de sable, Sable dont on entoure un vaisseau qu'on veut chauffer. Distiller au bain de sable.

SABLE se dit encore, vulgairement, d'Un certain gravier qui s'engendre dans les reins, et qui forme la gravelle. Il fait du sable. Il rend du sable par les urines. Ses urines sont pleines de sable.

SABLE est aussi un synonyme peu usité de Sablier. Voyez ce dernier mot.

SABLE en termes de Fondeur, signifie, Une composition faite avec du sable ou de la poussière d'os desséchés, etc., où l'on jette en moule des monnaies, des médailles, etc. Un sable net. Jeter une médaille en sable.

SABLE en termes de Blason, est le nom de La couleur noire. Il porte de sable à un lion d'or. Il porte d'or à un aigle de sable. Dans la gravure, le sable se marque par des traits croisés.

SABLER. v. a. Couvrir de sable. Sabler les allées d'un jardin. Sabler un manége.

SABLER signifie aussi, figurément et familièrement, Boire tout d'un trait, fort vite; par allusion à la promptitude avec

Next page


PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.