ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 17:161

sens entier & séparé par un point de tout ce qui a précédé. Ainsi dans la scène III. du quatrieme acte d'Andromaque, Oreste acheve un récit de cette sorte:

De Troie en ce pays réveillons les miseres, Et qu'on parle de nous, ainsi que de nos pères. Partons, je suis tout pèt.

Cet hémistiche ne tient à rien; & Ilermone finissant, sa réponse est interrompue avant la fin du vers.

Courez au temple, il faut immoler . . . . . Oreste. Qui? Hermione. Pyrrhus.

Tout cela non - seulement est dans les regles, mais c'est un dialogue plein de beautés. (D. J.)

Vers gliconique

Vers gliconique, (Posie lat.) vers latin de trois mesures précises, & qui est composé d'un spondée, & de deux dactiles.

Dülce ëst dëspre ïn löc. (D. J.)

Vers pentamètre

Vers pentamètre, (Poèsie.) voyez Pentamêtre, Elégiaque, Elégie, &c.

C'est assez de remarquer en passant que les anciens ignoroient eux - mêmes qui a éte le premier auteur du vers pentametre, ensorte qu'il n'est pas à presumer qu'on ait aujourd'hui plus de lumieres sur cette question qu'on en avoit du tems d'Horace; tout ce qu'on en a dit depuis, n'a d'autre fondement que des passages d'auteurs mal - entendus: c'est ainsi qu'on cite Terentianus Maurus, comme en attribuant la gloire à Callinus, au - lieu que cet auteur rapporte seulement l'opinion de quelques grammairiens qui déférient à ce poëte d'Ephèse, l'honneur de l'invention u vers pentametre. Il est certain que cette invention est sort ancienne, puisque Mimnerme lui donna la perfection, & que pour l'avoir rendu plus doux & plus harmonieux, il méritale surnom de Ligystade. Le savant Shuckford fait remonter si haut l'invention du vers pentametre ou élégiaque, qu'il la découvre chez les Hébreux; & sans persuader sa chimere à personne, il justifie à tout le monde qu'il a beaucoup de connoissance de la langue ébraique. (D. J.)

Vers politique

Vers politique, (Littér.) espece de vers grec du moyen âge.

Les savans ne sont point d'accord sur la nature des vers nommés politiques: la plûpart estiment que ce sont des vers qui approchent fort de la prose, dans lesquels la quantité n'est point observée, & où l'on n'a égard qu'au nombre des syllabes & aux accens. Ils sont de quinze syllabes, dont la 9e commence un nouveau mot, & la 14e doit être accentuée; tels sont les chiliades de Tzetzès, grammairien grec du 12e siecle. Vigneul Marville parlant de cette espece de vers, adopte le sentiment de Lambécius. « Il prétend qu'il faut entendre par versus politici les vers ou les chansons qui se chantoient par les rues. Policitos vocatos arbitror, quod vulgo Constantinopoli per compita canerentur PO(LIG enim XAT E*C*XH\N, & sermonis contractionem Constantinopolim appellant. meretrices publicoe à Groecis recentioribus politicoe vocantur». (D. J.)

Vers saphique

Vers saphique, (Poés. grecq. & latine.) espece de vers inventé par Sapho, & qui prit faveur chez les Grecs & les Latins; le vers saphique est de onze syllabes ou de cinq piés, dont le premier, le quatrieme & le cinquieme sont trochées; le second est un spondée, & le troisieme un dactyle. On met ordinairement trois vers de cette nature dans chaque strophe qu'on termine par un vers adonique, composé d'un dactyle & d'un spondée. (D. J.)

Vers serpentins

Vers serpentins. (Belles - lettres.) Ce sont des vers qui commencent & finissent par le même mot, comme

Ambo storentes oetatibus, arcades ambo.

Vers tautogrammes

Vers tautogrammes. (Poésie.) On nomme ainsi ces vers dont tous les mots commencent par la même lettre. Nous ne comprenons pas aujourd'hui que cette barbarie du goût ait pu plaire à personne. (D. J.)

Vers coupés

Vers coupés. (Poésie.) On appelle ainsi de petits vers françois de quatre & six syllabes qui riment au miliu du vers, & le plus souvent contiennent le contraire de ce qui est exprimé dans le vers entier. En voici deux exemples tirés des bigarrures du sieur des Accords.

Premier exemple. Je ne veux plus - - - La messe fréquenter, Pour mon repos - - - C'est chose tres - louable: Des Huguenots - - - Les préhes écouter Suivre l'abus - - - C'est chose misérable, &c. Second exemple. Je n'ai aimé onc - - - Anne ton acquaintanc; A te déplaire - - - Je guiers incssamment Je ne veux onc - - - A toi prendre alliance, Ennui te faire - - - Est tout mon pensement.

J'ai vu quantité de strophes en vers coupés contre les Jésuites; mais cet ouvrage, ennemi de la satyre, recuse de pareilles citations; d'ailleurs ces sortes de jeux de mots sont d'un bien mauvais goût. (D. J.)

Vers lettrisé

Vers lettrisé, (Poésie.) on nomme vers lettrisis, ceux dont tous les mots commencent par la même lettre. Les auteurs grecs & latins les ont appellés paranoemes, de PARA\ O\MIS2, id est juxta similis, c'est - à - dire, auprès & semblable: en voici des exemples.

Maxima multa minax minitatur maxima muris. At tuba terribili tonitru taratantara transit O Tite, tute tati tibi tanta tyranne tulisti.

Un allemand nommé Petrus Porcius, autrement Perus Placentius, a fait un petit poëme, dans lequel il décrit Pugnam porcorum, en 350 vers, qui commencent tous par un P. Un autre allemand, nommé Christianus Pierius, a publié un pëme sacre intitulé, Christus crucifixus, d'environ mille vers, dont tous les mots commencent par C.

Currite castalides, Christo comitante, camenoe, Concelebraturoe cunctorum carmine certum Consugium collapsorum, concurrite, cantus.

Je ne sache que les begues qui puissent tirer quelque profit de la lecture à haute voix de pareils ouvrages. (D. J.)

Vers de passages

Vers de passages, (Poésic.) on nomme ainsi des vers foibles dans une strophe: il y en a beattcoup dans les odes de Malherbe. On n'exigeoit pas encore de son tems, que les poésies fussent toujours composées, pour ainsi dire, de beautés contiguës: quelques endroits brillans suffisoient pour faire admirer toute une piece. On excusoit la foiblesse des autres vers, qu'on regardoit seulement comme étant faits pour servir de liaison aux premiers; & on les appelloit, ainsi que nous l'apprenons des mémoires de l'abbé de Marolles, des vers de passages.

Il est des strophes dans les oeuvres de Desportes & de Bertant, comparables à tout ce qui peut avoir été fait de meilleur depuis Corneille; mais ceux qui entreprennent la lecture entiere des ouvrages de ces deux poëtes sur la foi de quelques fragmens qu'ils ont entendu réciter, l'abandonnent bien - tôt. Les livres dont je parle, sont semblables à ces chaînes de montagnes, où il faut traverser bien des pays sauvages pour trouver une gorge riante. (D. J.)

Vers rhopaliques

Vers rhopaliques, (Poésie.) rhopalique vient de R(OPA/LON, une massue; on donne ce nom à des vers

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.