ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

FORTERESSE (Page 7:190)

FORTERESSE, s. f. (Fortificat.) c'est un nom gé<pb-> [p. 191] néral dont on appelle toutes les places fortifiées, soit par la nature, soit par l'art.

Ainsi les villes fortifiées, les châteaux, les citadelles, &c. sont des forteresses. M. Maigret a donne un traite de la sureté & conservation des états par le moyen des forteresses, dans lequel il explique leur utilité, leur nombre, & leur situation, pour assûrer les frontieres & l'intérieur d'un etat. « Si l'on ne connoit pas bien, dit cet auteur, l'utilité, ou pour mieux dire tous les differens usages des forteresses, on peut négliger d'en faire dans des endroits ou on en pourroit tirer de grands avantages. Si on ignore la quantité précisement necessaire, on se jettera dans des dépenses inutiles, & quelquefois p<-> diciables; ou pour épargner on laissera un passage ouvert à l'ennemi: si on ne sait pas blen distinguer la force que la nature a donnée a de certains lieux, on en meprisera ou avec peu de depense on feroit une place plus forte que ne pourroiert faire tous les ouvrages inventés par les plus habiles ingénieurs; ou bien on entreprendra d'en fortitier que l'art ne peut jamais mettre en état de faire une bonne défense. Si on peche dans la grandeur d'une forteresse, dans la figure, dans la solidité & dans la construction de ses ouvrages, elle ne produira jamais tout l'effet qu'on auroit pû s'en être promis ». Preface du livre de M. Maigret.

On peut appliquer à la situation & au nombre des forteresses nécessaires pour la défense des états, la premiere maxime de la Fortification, c'est - à - dire qu'elles doivent être disposées de maniere qu'elles ferment tous les passages par ou l'ennemi pourroit faire entrer ses armées dans le pays.

Il faut beaucoup de connoissances du pays, pour juger de la situation la plus avantageuse des forieresses; & des differens interêts des princes, pour n'en point constraire dans des lieux ou il est à présumer qu'on ne les laissera point subsister, & où elles donneroient trop de jalousie aux puissances voisines. A peine la forteresse de Montroyal étoit - elle construite, qu'il fallut la raser, en conformité du traité de Riswick en 1697. (Q)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.