ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 13:369

mier printems: c'est - là l'origine de son nom de primevere. (D. J.)

PRIME - VERE

PRIME - VERE, (Mat. méd.) les fleurs de cette plante sont mises au rang des remedes céphaliques, anti - spasmodiques & nervins. On en prépare une eau distillée & une conserve; on en ordonne aussi l'infusion théiforme. Tous ces remedes sont recommandés contre les menaces d'apoplexie ou de paralysie, telles que le bégayement, le tremblement de membres, le vertige, &c. & dans les douleurs de tête, les vapeurs hystériques, &c.

Les fleurs de prime - vere entrent dans l'eau générale de la pharmacopée de Paris. (b)

PRIMEUR

PRIMEUR, s. f. (Gramm.) fruit précoce, ou plus généralement, tout mets rare par la nouveauté. On dit la primeur des fruits, du gibier, &c. une table couverte de primeurs, la primeur du vin.

PRIMICERIAT

PRIMICERIAT, s. m. (Gramm.) dignité du primicier.

PRIMICIER

PRIMICIER, s. m. (Jurisprud.) primicerius, quasi primus in cera; chez les Romains on appelloit primicius officiorum, le chef des officiers domestiques de l'empereur. Il en est parlé au code, lib. I. tit. 30. leg. xj. & ibi. gloss. lit. O. & tit. 28. leg. v.

On donnoit aussi anciennement cette qualité dans la cour de nos rois, au chef de leurs officiers.

Ce titre est encore usité, du - moins en latin, dans quelques corps laïques, comme dans le college Sexviral de la faculté de Droit de Paris, où le doyen prend le titre de primicerius & comes.

Dans l'établissement des églises cathédrales, l'archidiacre y tenoit le premier rang après l'évêque; mais lorsque le nombre des clercs inférieurs fut augmenté, on le déchargea du soin de leur conduite: dans plusieurs de ces églises on leur donna un préfet qui fut appellé primicier, & par contraction primcier ou princier, & en d'autres endroits, doyen, prevôt, trésorier ou abbé.

Le primicier est ordinairement le premier dignitaire. Voyez ci - après Princier, & les mots Doyen, Prevôt, &c. (A)

PRIMICERIUS NOTARIORUM

PRIMICERIUS NOTARIORUM, (Littérat.) officier qui tenoit le registre général de tout l'Empire. Tacite nous dit au I. liv. de ses ann. qu'Auguste avoit dressé un journal de l'Empire, qui contenoit le nombre des troupes romaines & étrangeres, celui des royaumes, des provinces, des impôts, des revenus publics, & enfin un état complet de la dépense à tous ces égards. Au commencement les empereurs donnerent le soin de ce journal à leurs affranchis, qu'on appelloit procuratores ad ephemerides; mais dans la suite des tems, ils en chargerent un seul ministre, qu'on nomma vir spectabilis, primicerius notariorum, qui avoit plusieurs secrétaires sous lui, appellés tribuni notarii. (D. J.)

PRIMIPILE

PRIMIPILE, s. m. (Hist. anc.) officier des légions romaines, qu'on nommoit communément primipilus ou primipili centurio, capitaine de la premiere compagnie. C'étoit lui qui commandoit la premiere centurie du premier manipule des triaires, appellés aussi pilani. Il étoit le plus considérable de tous les centurions d'une même légion, & avoit place au conseil de guerre avec le consul & les autres officiers généraux. On l'appelloit primipilus prior, pour le distinguer de celui qui commandoit la seconde centurie du même manipule, que l'on nommoit primipilus posterior. Le primipile avoit en garde l'aigle romaine, la déposoit dans le camp, & l'enlevoit quand il falloit marcher, pour la remettre ensuite au vexillaire ou porte - enseigne.

PRIMIS

PRIMIS, (Géog. anc.) ville d'Ethiopie, sur le bord oriental du Nil, selon Ptolomée, liv. IV. c. vij. Il y a apparence que c'est la même ville que Strabon, liv. XVII. pag. 820. appelle Premnis. Le P. Hardouin dit que c'est la Prima d'Olympiodore. (D. J.)

PRIMISCRINIUS

PRIMISCRINIUS, s. m. (Hist. anc.) premier commis d'un bureau. Primiscrinius canonum, premier commis. du bureau de certains revenus annuels. Primiscrinius numerarius, premier commis des douannes. Primiscrinius societatum, premier commis du bureau des assurances.

PRIMITIF, ive

PRIMITIF, ive, adj. (Gramm.) ce mot est dérivé du latin primus; mais il ajoute quelque chose à la signification de son origine. De plusieurs êtres qui se succedent dans un certain espace de tems ou d'étendue, on appelle premier (primus) celui qui est à la tête de la succession, qui la commence; mais on appelle primitif, celui qui commence une succession issue de lui. Ainsi dans l'ordre des tems, le consulat de L. Junius Brutus & de L. Tarquinius Collatinus, est le premier des consulats de la république romaine; & dans l'ordre de plusieurs êtres coexistans en une même étendue, les deux arbres, l'un à droite & l'autre à gauche, qui commencent l'avenue qui fait face au château de Versailles, sont les premiers chacun dans leur rangée; en partant de Versailles, les deux qui sont à l'autre bout de l'avenue sont les premiers en y arrivant de Paris. Mais Adam est non seulement le premier des hommes, il est encore l'homme primitif, parce que ceux qui sont venus après lui sont issus de lui.

C'est à - peu - près dans ce sens que les Grammairiens entendent ce terme, quand ils parlent d'une langue primitive, d'un mot primitif.

La langue primitive est non seulement celle que parlerent les premiers hommes, mais encore celle dont tous les idiomes subséquens ne sont en quelque sorte que diverses réproductions sous différentes formes. Voyez Langue.

Un mot primitif, est un mot dont d'autres sont formés, ou dans la même langue, ou dans des langues différentes. Par exemple, primitif vient de primus; primus vient de l'ancien adjectif latin pris, dont il est le superlatif; & pris vient du grec PRI\N, fidellement rendu & presque conservé dans proe: ainsi le mot grec PRI\N, est primitif à l'égard de pris, de primus. & de primitif même; pris est dans le même cas à l'egard des deux derniers; & premier à l'égard du dernier seulement.

Quelquefois on entend seulement par primitif, un mot qui n'est dérivé d'aucun autre; tels sont tous ceux que l'on doit à l'Onomatopée, voyez Onomatopée, & la plupart des noms monosyllabes de plusieurs êtres physiques, sur - tout dans les langues anciennes.

Mais à prendre la chose en rigueur, ces mots - là même ont encore une origine antérieure: il est évident que ceux de l'Onomatopée sont dérivés des bruits naturels; & souvent ceux des êtres physiques, quoique simples en apparence, ont encore trait à quelque qualité sensible, reconnue antérieurement en d'autres êtres: en sorte que l'on peut regarder comme générale la maxime de Varron (L. L. lib. VII.), ut in omnibus quoedam sunt cognationes & gentilitates, sic in verbis. Voyez Etymologie, Formation, Dérivé, Racine . (B. E. R. M.)

Primitif

Primitif, adj. (Jurisprud.) se dit de ce qui se rapporte au premier état d'une chose, comme l'église primitive ou ancienne, l'état primitif d'un monastere.

Le curé primitif d'une église est celui qui dans l'origine en faisoit véritablement toutes les fonctions, au - lieu que présentement il n'a plus le titre de curé que ad honores, les fonctions étant faites ordinairement par un vicaire perpétuel. Voyez Curé primitif & Vicaire perpétuel.

On appelle titre primitif, le premier titre constitutif de quelque établissement ou de quelque droit. (A)

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.