ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 12:201

remplie de plumes, qui n'étoit ni si grosse que le ballon, ni si petite que la trigonale, mais sort serrée & fort dure. La quatrieme soite de balle, nommée harpastum, étoit fort pétite; on la poussoit en l'air, & on tâchoit de l'arracher à celui qui l'avoit attrapée; mais nous entrerons dans de plu, grands détails au mot Spheristique.

Ce que nous appellons le jeu de paume, est fort différent de tout cela.

Pasquier rapporte que l'an 1424 vint à Paris une fille nommée Margot, qui jouoit au jeu de paume de l'avant & de l'arriere - main, mieux qu'aucun homme, ce qui étoit d'autant plus étonnant, qu'alors on jouoit seulement de la main nue, ou avec un gant double. Dans la suite quelques - uns mire à leur mains des cordes & tendons pour renvoyer la bale avec plus de force, & de là on imagina la raquette. Le nom de paume, ajoute - t - il, a éte donné à ce jeu, parce que, dans ce tems - là, son exercice consistoit â lecevoir & à renvoyer la balle de la paume de la main. (D. J.)

Paume, le jeu de

Paume, le jeu de, ce jeu est fort ancien; & si l'on on croit quelques auteurs, Galien l'oidonnoit à ceux qui étoiont d'un tempérament fort replet, comme un remede pour duliper la superfluité des humeurs qui les rend pesans & sujets à l'apoplexie: quelques - uns dilent que c'etoit le jeu de la pelotte, mais comme cette pelotte n'étoit autre chose qu'une balle, on croit qu'ils se sont trompés.

Quoi qu'il en soit, on peut dire que le jeu de la paume est un exercice fortagréable & très - utile pour la santé.

Ce jeu se compte par quinzaines en augmentant toujours aiasi le nombre, en disant, par exemple, trente, quarante - cinq, puis un jeu qui vaut soixante. On ne sait point positivement la raison de cela. Il y en a qui l'attribuent à quelques astronomes, qui sachant bien qu'un signe physique, qui est la sixieme partie d'un cercle, se divise en soixante degrés, ont cru à cette imitation devoir compter ainsi les coups du jeu de paume; mais comme cette raison souffre quelques difficultes, on ne s'y arrêtera point comme à une chose certaine.

Le jeu de la paume, proprement parlant, est un jeu où l'on pousse & repousse plusieurs fois une balle aves certaines regles.

Pour commencer une partie à la paume, ou tourne d'abord une raquette pour voir à qui sera dans le jeu, celui qui n'y est pas doit servir la balle sur le toit en la poussant de de - là avec la raquette, & le premier coup s'appelle une dame; voyez Dame: le reste se joue à l'ordinaire.

Si l'on n'est pas convenu de ce qu'on joue, il faut le dire au premier jeu; celui qui gagne la premiere partie garde les gages. Les parties se jouent en quatre jeux, & si l'on vient trois à trois, on est à deux de jeu. Voyez A deux de jxu . On peat jouer aussi en six jeux si l'on veut, mais alors il n'y a point d'à deux de jeu, si ce n'est du consentement des joueurs.

Il faut aussi, avant de commencer à jouer, tendre la corde à telle hauteur qu'on puisse voir le pié du dessus du mur, du côté où est l'adversaire; & le long de cette corde est un filet attaché, dans lequel les balles donnent souvent.

S'il arrive par hasard qu'en jouant, la balle demeure entre le filet & la corde, & qu'elle donne dans le poteau qui tient cette corde, le coup ne vaut rien.

Il n'est pas permis en poursuivant une bale d'élever la corde.

Ceux qui jouent à la paume ont ordinairement deux marqueurs. Ce sont proprement des valets de jeux de paume qui marquent les chasses. Ces marqueurs marquent au second bond, & à l'endroit où touche ce bond. Ils doivent encore avertir les joueurs tout hout qu'il y a chasse, & dire chasse, ou deux chasses si elles y sont, & à tant de carreaux, & à tel carreau la balle la gagne. Voyez ces mots à leur article.

Si les joueurs disent chasse morte, elle demeure telle, si les marqueurs ne lear répondent qu'il n'y en a une; d'où l'on voit que le principal emploi des marqueurs est de dire au juste l'état du jeu de part & d'autre, & de rapporter fidelement les sentimens des spectateurs lorsqu'il survient quelque contestation. Ces voix se doivent recueillir tant pour l'un que pour l'antre joueur, sans prendre parti pour aucun, à paine de perdre leur salaire & d'être chassés du jeu.

Les joueurs de leur côté se doivent rapporter a la bonne foi des spectateurs, lorsqu'il se présente quelque coup douteux dans leur jeu, puisqu'il n'y a point d'autres juges qui les puissent juger: ils s'en rapporteront même aux marqueurs, s'il n'y a qu'eux qui les puissent juger, lesquels diront leur sentiment sans craindre qu'on leur en veuille du mal.

On joue, pour l'ordinaire, partie, revanche & le tout, & l'on ne pout laisser cette derniere partie que pour bonne raison, comme à cause de la nuit, ou autre semblable.

Pour lors celui qui perd doit laisser des frais, & une partie de l'argent qu'on joue pour le tout, & l'autre pour la moitié.

Si c'est en deux parties liées qu'on joue, on ne peut les quitter non plus que les parties n'y consentent; & en ce cas, chacun doit donner de l'argent pour le tout, & choisir un jour pour l achever.

La chasse se marque paitout où la bale a fait son second bond dans quelqu'endroit du jeu où elle tombe.

Tout joueur qui touche une bale, de quelque maniere que ce soit, perd un quinze.

Si, par inadvertance ou par oubli les marqus urs disoient une chasse pour une autre, ou donneroient celle d'un joueur à l'autre, cela ne peut point prejudicier aux joueurs, parce que la premiere chasse doit toujours se jouer devant l'autre.

Quand on a mal servi on recommence, à moins qu'on ne joue qui fault & boit.

Qui met sur l'ais de voice en servant, ou sur les cloux qui le tiennent, gagne quinze, de même lorsqu'il met dans la lune. Voyez Lune & Volée.

On perd quinze pour dire pour rien trop tard. Voyez Pour rien. Celui qui sert ne peut pas le dire; qui fait trois chasses rend tout son coup faux: depuis le service une balle sortie hors les murailles, & qui y rentreroit après qu'on auroit joué dessus, le coup ne vaudroit rien.

Un joueur qui a quarante & sait deux chasses, ne perd point son avantage, mais il doit gagner au moins la derniere de ces chasses pour avoir le jeu.

Si l'autre joueur avoit pour lors trente, & qu'il gagnât la premiere chasse, ils n'auroient aucun avantage l'un sur l'autre; & l'autre qui gagneroit la derniere n'auroit qu'avantage. On ne perd rien pour se tromper en comptant moins de co qu'on a fait, quinze, trente ou même un jeu, supposé que la partie ne fût point finie, car on perdroit ce dont on se méprendroit à la sin de la partie, si l'on laissoit jouer après cette meprise.

Paume, jeu de la longue

Paume, jeu de la longue; ce jeu se nomme ainsi parce qu'on y joue dans une grande place qui n'est point fermée. Cette place est une grande rue, large, spacieuse & fort longue: il y a des villes où ces jeux sont dans des grands patis, ou de longues allees d'arbres. Au reste, il n'importe ou ces jeux soient, pourvu que le terrain en soit uni, ou bien pavé, parce que lorsqu'il faut courir à la balle, il seroit dangereux de faire un faux pas, si le sol étoit inégal. On joue plusieurs à ce jeu, comme trois,

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.