ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 5:821

Ce terme n'est presque plus en usage que pour les lettres écrites en vers, & pour les dédicaces des livres.

Quand on parle des lettres écrites par des auteurs modernes, ou dans les langues vivantes, & sur - tout en prose, on ne se sert point du mot épître: ainsi l'on dit, les lettres du cardinal d'Ossat, de Balzac, de Voiture, de madame de Sevigné, & non pas les épîtres du cardinal d'Ossat, de Balzac, &c.

Au contraire, on se sert du mot épître, en parlant des lettres écrites par des anciens, ou dans une langue ancienne: ainsi l'on dit les épîtres de Cicéron, de Séneque, &c. Il est pourtant vrai que les modernes se sont servis du terme de lettres, en parlant de celles de Cicéron & de Pline.

Le mot épître paroît encore plus particulierement restraint aux écrits de ce genre, en matiere de religion: ainsi l'on dit les épîtres de S. Paul, de S. Pierre, de S. Jean, & non les lettres de S. Paul, &c. (G)

On attache aujourd'hui à l'épître l'idée de la réflexion & du travail, & on ne lui permet point les négligences de la lettre. Le style de la lettre est libre, simple, familier. L'épître n'a point de style déterminé; elle prend le ton de son sujet, & s'éleve ou s'abaisse suivant le caractere des personnes. L'épître de Boileau à son jardinier, exigeoit le style le plus naturel; ainsi ces vers y sont déplacés, supposé même qu'ils ne soient pas mauvais par - tout.

Sans cesse poursuivant ces fugitives fées, On voit sous les lauriers haleter les Orphées. Boileau avoit oublié en les composant, qu'Antoine devoit les entendre.

L'épître au roi sur le passage du Rhin, exigeoit le style le plus héroïque: ainsi l'image grotesque du fleuve essuyant sa barbe, y choque la decence. Virgile a dit d'un genre de poésie encore moins noble, sylvoe sint consale dignoe.

Si dans un ouvrage adressé à une personne illustre on doit annoblir les petites choses, à plus ferte raison n'y doit - on pas avilir les grandes; & c'est ce que fait à tout moment dans les épîtres de Boileau, le mélange de Cotin avec Louis le Grand, du sucre & de la canelle avec la gloire de ce héros Un bon mot est placé dans une épître familiere; dans une épître sérieuse & noble, il est du plus mauvais goût.

Boileau n'étoit pas de cet avis; il lui en coûta de retrancher la fable de l'huitre, qu'il avoit mise à la fin de sa premiere épître au roi, pour délasser, disoit - il, des lecteurs qu'un sublime trop sérieux peut enfin fatiguer. Il ne fallut pas moins que le grand Condé pour vaincre la répugnance du poëte à sacrifier ce morceau.

En général, les défauts dominans des épîtres de Boileau sont la sécheresse & la stérilité, des plaisanteries parasites, des idées superficielles, des vûes courtes, & de petits desseins. On lui a appliqué ce vers:

Dans son génie étroit il est toûjours captif.

Son mérite est dans le choix heureux des termes & des tours. Il se piquoit sur - tout de rendre avec grace & avec noblesse des idées communes, qui n'avoient point encore été rendues en Poésie. Une des choses par exemple qui le flatoient le plus, comme il l'avoue lui - même, étoit d'avoir exprimé poétiquement sa perruque.

Au contraire, la bassesse & la bigarrure du style défigurent la plûpart des épîtres de Rousseau. Autant il s'est élevé au - dessus de Boileau par ses odes, autant il s'est mis au - dessous de lui par ses épîtres.

Dans l'épitre philosophique, la partie dominante doit être la justesse & la profondeur du raisonnement. C'est un préjugé dangereux pour les Poëtes & injurieux pour la Poesie, de croire qu'elle n'exige ni une vérité rigoureuse, ni une progression méthodique dans les idées. Nous ferons voir ailleurs que les écarts même de l'enthousiasme ne sont que la marche réguliere de la raison. V. Ode & Enthousiasme.

Il est encore plus incontestable, que dans l'épître philosophique on doit pouvoir presser les idées sans y trouver le vuide, & les creuser sans arriver au faux. Que seroit - ce en effet qu'un ouvrage raisonné, où l'on ne feroit qu'effleurer l'apparence superficielle des choses? Un sophisme revêtu d'une expression brillante, n'est qu'une figure bien peinte & mal dessinée; prétendre que la Poésie n'a pas besoin de l'exactitude philosophique, c'est donc vouloir que la Peinture puisse se passer de la correction du dessein. Or qu'on mette à l'épreuve de l'application de ce principe & les épîtres de Boileau, & celles de Rousseau, & celles de Pope lui - même. Boileau, dans son épître à M. Arnaud, attribue tous les maux de l'humanité à la honte du bien. La mauvaise honte ou plûtôt la foiblesse en général, produit de grands maux:

Tyran qui cede au crime & détruit les vertus. Henriade. Voilà le vrai. Mais quand on ajoûte, pour le prouver, qu'Adam, par exemple, n'a été malheureux que pour n'avoir osé soupçonner sa femme; voilà de la déclamation. Le desir de la loüange & la crainte du blâme produisent tour à tour des hommes timides ou courageux dans le bien, foibles ou audacieux dans le mal; les grands crimes & les grandes vertus émanent souvent de la même source: quand? & comment? & pourquoi? voilà ce qui seroit de la philosophie.

Dans l'épître à M. de Seignclai, la plus estimée de celles de Boileau, pour démasquer la flaterie le poëte la suppose stupide & grossiere, absurde & choquante au point de loüer un général d'armée sur sa défaite, & un ministre d'état sur ses exploits militaires; estce là présenter le miroir aux flateurs? Il ajoûte que rien n'est beau que le vrai; mais confondant l'homme qui se corrige avec l'homme qui se déguise, il conclut qu'il faut suivre la nature.

C'est elle seule en tout qu'on admire & qu'on aime. Un esprit né chagrin, plaît par son chagrin même. Sur ce principe vague, un homme né grossier plaira donc par sa grossiéreté? un impudent par son impudence? &c.

Qu'auroit fait un poëte philosophe? qu'auroit fait par exemple, l'auteur des discours sur l'égalité des conditions, & sur la modération dans les desirs? Il auroit pris le naturel inculte & brute, comme il l'est toûjours: il l'auroit comparé à l'arbre qu'il faut tailler, émonder, diriger, cultiver enfin, pour le rendre plus beau, plus fécond, & plus utile. Il eût dit à l'homme: « ne veuillez jamais paroître ce que vous n'êtes pas, mais tâchez de devenir ce que vous voulez paroître: quel que soit votre caractere, il est voisin d'un certain nombre de bonnes & de mauvaises qualités; si la nature a pû vous incliner aux mauvaises, ce qui est du moins très - douteux, ne vous découragez point, & opposez ce penchant la contention de l'habitude. Socrate n'étoit pas né sage, & son naturel en se redressant ne s'étoit pas estropié».

On n'a besoin que d'un peu de philosophie pour n'en trouver aucune dans les épitres de Rousseau. Dans celle à Clement Marot il avoit à développer & à prouver ce principe des Stoïciens, que l'erreur est la source de tous les vices, c'est - à - dire qu'on n'est méchant que par un intérêt mal entendu. Que fait le poëte? il établit qu'un vaurien est toujours un sot sous le masque; & au lieu de citer au tribunal de la raison un Aristophane, un Catilina, un Narcisse, qu'il auroit eu bien de la peine à faire passer pour d'honnêtes gens, ou pour des sots; il prend un fat,

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.