ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

PASTOPHORE (Page 12:156)

PASTOPHORE, s. m. (Antiq. Greq.) les pastophores étoient des especes de prêtres, ainsi nommes par les Grecs, à cause de leurs longs manteaux, ou parce qu'ils étoient employés à porter le lit de Venus, PASO\S2, dans certaines cérémonies; mais ils pratiquoient la médecine en Egypte. Clément d'Alevandrie dit, en parlant des quarante - deux livres sacres de Mercure egyptien, qu'on gardoit avec tant de soin dans les temples d'Egypte, qu'il y en avoit six appartenant à la Médecine, & que l'on les faisoit étudier aux pastophores, pour l'exetcice de cet art. Le premier traitoit de la structure du corps; le second, des maladies en général; le troisieme, des instrumens nécessaires; le quatrieme, des medicamens; le cinquieme, des maladies des yeux; & le sixieme, des maladies des femmes. Les pastophores, selon Diodore de Sicile, promettoient de se conformer aux préceptes de cet ouvrage sacré; alors si le malade périssoit, on ne leur en attribuoit point la faute; mais quand ils s'étoient écartés des ordonnances, & que le malade venoit à mourir, on les condamnoit comme des meurtriers. Les autres trente - six livres de Mercure ne regardoient point la Medecine, ils ne concernoient que la philosophie égyptienne; les sacrificateurs & les prophetes en faisoient leur étude.

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.