ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

"634"> en Bohème, en Silésie, en Saxe, &c. n'ont ni la dureté, ni la vivacité de la couleur des saphirs d'orient.

Il y a tout lieu de croire que la couleur du saphir est dûe au cuivre. Quand on veut priver cette pierre de sa couleur & en faire un diamant, on la met dans un creuset après l'avoir bien entourée de sable fin, parfaitement lavé pour le dégager de toute saleté; lorsque le saphir aura été ainsi environné de sable, on couvrira le creuset d'un couvercle qu'on luttera bien exactement; on exposera le creuset au fourneau de verrerie pendant douze heures; au bout de ce tems on le retirera peu - à - peu, & le saphir aura perdu toute sa couleur; mais il faudra le faire retailler.

Pour contrefaire le saphir il n'y aura qu'à joindre du saffre, ou du bleu des Emailleurs, à la composition du verre; on fera des essais pour savoir la quantité de cette matiere qu'il conviendra de joindre au verre.

Le saphirus des anciens n'étoit point la pierre dont on vient de parler, c'étoit le lapis lazuli; quant au saphir, ils l'appelloient cyanus. ( - )

Saphir (Page 14:634)

Saphir, (Mat. médic.) Voyez Fragment Précieux.

SAPHORIN (Page 14:634)

SAPHORIN D'OZON, saint, (Géogr. mod.) petite ville, ou plutôt bourgade à 3 lieues de Lyon.

Guypape, en latin Guidopapa, naquit dans ce bourg au commencement du xv. siecle. Il étudia la Jurisprudence en France & en Italie, & fut employé par le dauphin Louis, depuis Louis XI. en plusieurs affaires importantes, & entr'autres auprès de Charles VII. son pere, dont il s'agissoit d'appaiser la colere. Le roi fut content de la conduite de Pape, & l'employa même dans la suite. Il mourut à Grenoble, vers l'an 1476. Il a composé divers ouvrages qui sont assez rares. Le plus important est intitulé: Decisiones gratianopolitanoe, Grenoble 1490, in - fol. cette édition a été suivie de plusieurs autres. Les raisonnemens de cet ouvrage sont judicieux, les preuves solides, & les lois bien employées dans leur vrai sens; mais le style n'est ni pur, ni latin. Chorier en a donné une traduction qui vaut beaucoup mieux que l'original, & qui est intitulée: la jurisprudence de Guypape dans ses décisions, avec des remarques & la vie de l'auteur, Lyon 1692, in - 4°. (D. J.)

SAPIENCE (Page 14:634)

SAPIENCE, s. f. (Gram.) se dit quelquefois pour sagesse, pradence. Lafontaine a appellé la Normandie le pays de sapience.

Sapience de Jesus, fils de Sirach (Page 14:634)

Sapience de Jesus, fils de Sirach, (Critiq. sacrée.) c'est le titre grec ordinaire du livre communément appellé l'Ecclésiastique, mis par les uns au rang des livres canoniques de l'Ecriture, & par les autres au rang des apocryphes; nous ne répéterons pas ici ce qui en a été dit au mot Ecclésiastique, pour ne point faire de doubles emplois.

L'an 132 avant Jesus - Christ, & la 38. de Ptolomée Evergete II. plus connu sous le nom de Physeon, Jesus, fils de Sirach, juif de Jérusalem, vint s'établir en Egypte, & y traduisit en grec pour l'usage des Juifs hellénistes, le livre que Jesus son grand - pere avoit composé en hébreu, & qui est intitulé dans nos Bibles l'Ecclésiastique. Les anciens l'appellent Panareton, mot grec qui signifie le trésor de toutes les vertus, parce qu'ils le regardoient comme un recueil de maximes les plus vertueuses. Jesus l'avoit écrit en hébreu vers le tems du pontificat d'Onias II. & un autre Jesus son petit - fils le mit en grec. Ce dernier est distingué du grand - pere qui en étoit l'auteur, par le titre de fils de Sirach. L'original hébreu est perdu; on l'avoit encore du tems de saint Jérçme, car il déclare dans sa préface aux livres de Salomon, & dans son épît. 115. qu'il l'avoit vû sous le titre de paraboles.

Il est vraissemblable qu'il y a dans la traduction grecque des choses qui n'étoient pas dans l'original. La conclusion du ch. l. v. 27. & suiv. & la priere du dernier chapitre, sont sans doute des additions du traducteur; car ce que l'auteur y dit du danger qu'il a couru de perdre la vie par une fausse accusation portée au roi contre lui, appartient au regne barbare de Ptolomée Physeon, & ne peut pas regarder le grand-pere de Jesus, qui demeuroit à Jérusalem, trois générations auparavant, lorsqu'il n'y avoit point de tyrannie exercée sur le pays.

La version latine de ce livre de l'Ecclésiastique contient aussi plusieurs choses qui ne sont pas dans le grec. Il faut qu'elles y aient été insérées par celui qui l'a traduit en latin. A présent que l'hébreu qui étoit l'original est perdu, le grec qui est la traduction du petit - fils de l'auteur en doit tenir lieu, & les versions devroient toutes être faites sur le grec, & non sur le latin.

Les juifs modernes ont un livre qu'ils appellent le livre de Ben - Sira, ou du fils de Sira. Comme ce livre est aussi un recueil de sentences de morale; quelques critiques ont pensé que ce Ben - Sira, ou fils de Sira, étoit le même que Ben - Sirach, ou fils de Sirach; & que son livre est le même que notre Ecclésiastique; mais c'est une erreur facile à connoître par la confrontation des deux ouvrages. Celui des Juifs modernes a été imprimé plusieurs fois. Voyez la Bibliotheque rabinique de Buxtorf, pag. 324. (D. J.)

SAPIENTIAUX (Page 14:634)

SAPIENTIAUX, adj. (Théolog.) nom que les interpretes & les théologiens donnent à quelques livres de l'Ecriture qui sont destinés spécialement à l'instruction des hommes, & à leur donner des leçons de morale & de sagesse; on les appelle ainsi pour les distinguer des livres historiques ou prophétiques.

Les livres sapientiaux sont les Proverbes, le Cantique des Cantiques, l'Ecclésiaste, l'Ecclésiastique, la Sagesse, & selon quelques - uns les Pseaumes & le livre de Job, quoique la plûpart regardent ce dernier comme un livre historique. Voyez Hagiographe.

SAPIENZA, mare dio (Page 14:634)

SAPIENZA, mare dio, (Géogr. mod.) on appelle ainsi en Italie cette partie de la Méditerranée qui bat les côtes de la Morée, entre la mer Ionienne au couchant, & l'Archipel à l'orient; les golfes de Coron & de Colochine en font partie. (D. J.)

SAPIENZE, le (Page 14:634)

SAPIENZE, le, (Géog. mod.) on nomme le Sapienze trois petites îles de la Grece, qui sont sur la côte occidentale de la Morée; ce sont les OEnusoe de Pausanias. Quelques auteurs ont nommé la premiere Sphagia ou Sfragia; la seconde est appellée par Ptolomée Tiganusa; la troisieme anciennement nommée Baccantia, aujourd'hui san Venatio, est sans habitans quoiqu'elle ait un bon port. (D. J.)

SAPIN (Page 14:634)

SAPIN, s. m. (Hist. nat. Botan.) abies, genre de plante à fleur en chaton, composée de plusieurs sommets, & stérile. Les embryons naissent séparément des fleurs, entre les écailles ou les feuilles d'un épi, & qui deviennent dans la suite une semence garnie d'une aîle membraneuse, & cachée aussi entre les écailles qui sont attachées à l'axe, & qui constituent le fruit des plantes de ce genre; ce fruit n'est autre chose que l'épi qui est devenu plus gros. Ajoutez aux caracteres de ce genre que les feuilles naissent seules le long des branches, & non pas par paires comme celles du pin. Tournefort, Inst. rei herb. V. Plante.

Sapin (Page 14:634)

Sapin, abies, très - grand arbre, toujours verd, qui se trouve sur les plus hautes montagnes de l'Europe, de l'Asie, & dans l'Amérique septentrionale. On peut admirer dans le sapin, la direction extrèmement droite & uniforme de sa tige, la position horisontale de ses branches, dont chaque étage marque la croissance d'une année, la régularité de son ac<pb-> [p. 635] croissement, la forme pyramidale de sa tête, & sa grande élévation, qui va quelquefois jusqu'à plus de cent piés. Son écorce est cendrée, assez unie, fort seche, & très - cassante. Cet arbre fait beaucoup de tacines qui font rarement le pivot; mais elles s'étendent pour la plûpart, se divisent en quantité de ramifications. Ses jeunes branches se garnissent d'un grand nombre de feuilles petites & étroites, d'un verd tendre & brillant en - dessus & blanchâtre en - dessous; elles sont placées fort près & à plusieurs rangs de chaque côté des branches en maniere de peigne, & à - peu - près comme la feuille de l'if. Ses fleurs femelles ou chatons paroissent au comm encement de Mai; elles sont d'un assez beau rouge, mais dont l'apparence n'est sensible que de près. Les fruits que produit le sapin sont des cônes qui different de ceux du pin par leur forme qui est cylindrique, au - lieu que le cône du pin est de figure pyramidale. Sa graine aîlée comme celle du pin est plus mollasse, & les écailles qui la couvrent sont moins ligneuses. Il faut s'y prendre à tems pour cueillir les cônes du sapin proprement dit, ou sapin à feuille d'if, car ils ne tombent point en entier; dès que leur maturité est parfaite, ce qui arrive de bonne heure en automne, les écailles & les graines qui forment le cône se détachent des filets qui les soutiennent, elles tombent & se dispersent de façon qu'il n'est guere possible de les retrouver: les cônes du sapin proprement dit, ont la pointe tournée en - haut, à la différence de ceux de l'épicea qui pendent en - bas.

Le sapin par rapport au volume & à l'utilité de son bois se met au nombre des arbres forestiers du premier rang. Il a de plus le mérite de croître dans des endroits où les arbres d'un bois de meilleure essence se refusent absolument. Il se plaît dans les pays froids & élevés, dans les gorges ténébreuses & sur le revers des montagnes exposées au nord, dans les lieux frais & humides, & dans les terres fortes & profondes; cependant on le voit réussir aussi dans les terreins sablonneux, maigres & graveleux, pourvû qu'ils aient beaucoup de fond. Le sapin pénetre dans les joints des rochers, & jusque dans les fentes qui en séparent les lits; c'est même dans cette position que cet arbre réussit le mieux; il profite également dans le gravier humide, dans les terres rouges, limonneuses, & généralement par - tout où le hêtre réussit. Il peut venir aussi dans la glaise pure & dans un sol fort & grossier, mais il ne réussit pas si bien lorsque les terres sont engraissées de fumier ou qu'elles sont en culture. Il peut se soutenir encore dans les terres seches, pauvres & stériles, à - moins qu'elles ne soient extrèmement sablonneuses & légeres, trop superficielles & sans aucun mélange; on l'a vû venir enfin sur des voûtes d'anciens bâtimens fort élevés, où ses racines perçoient à - travers la maçonnerie. Cependant il n'y avoit sur ces voûtes qu'une épaisseur d'un ou deux piés de terre fort légere. Cet arbre ne se refuse presqu'à aucun terrein, si ce n'est à l'aridité de la craie, à la dureté du tuf & au sable vif. Il ne craint jamais le froid, mais il ne fait que languir dans les pays chauds; il ne réussit même sur les montagnes froides & élevées que quand les plants sont fort près les uns des autres; c'est aussi le meilleur moyen d'en accélérer l'accroissement dans toutes sortes de terreins.

Dans les pays où il y a de vieux sapins, ces arbres se multiplient fort aisément d'eux - mêmes, mais quand on veut faire de nouvelles plantations, il n'est pas si facile d'y réussir. Quoiqu'à proprement parler cet arbre puisse venir de bouture & de branches couchées, ce sont des moyens trop longs, qui ne peuvent guere servir que pour la multiplication de quelques especes rares de sapins, & qui ne conviennent nullement pour faire des plantations en grand. Ce n'est qu'en semant qu'on peut bien remplir cet objet. Il y a deux façons d'y procéder; l'une qui est la moins sure & la plus dispendieuse, est de mettre le terrein en bonne culture par plusieurs labours, comme si on vouloit lui faire porter du blé; de le herser soigneusement sur le dernier labourage au printems; d'y semer ensuite la graine à plein champ comme on répand le blé; & de la recouvrir fort légerement en faisant traîner par un cheval des branchages sur le terrein, car cette graine ne leve point lorsqu'elle est trop enterrée. Ordinairement ces semis levent à merveille dans les terreins qui ne sont pas trop exposés au soleil, mais on court le risque de les voir dépeuplés, soit par les chaleurs de l'été ou par les gelées d'hiver. On peut parer le premier inconvénient en semant de l'avoine avec la graine de sapin. Cette avoine entretient une fraîcheur qui garantit les jeunes plants de l'ardeur du soleil; on peut la couper ou faucher sans endommager le semis, mais l'inconvénient de la gelée reste, & c'est le plus à craindre; car si le semis a été fait dans une bonne terre, les mauvaises herbes envahissent le terrein les années suivantes & étouffent les jeunes plants, à moins d'y donner des soins de culture qui iroient à grands frais dans un espace un peu considérable. Le sapin d'ailleurs ne peut souffrir la culture, les soins qui lui viennent de main d'homme lui sont contraires, il ne veut être garanti que par les secours de la nature. Une autre maniere de faire des semis du sapin, qui quoique moins expéditive que la précédente, est plus assurée & presque de nulle dépense, c'est de répandre la graine aussi - tôt qu'elle est recueillie, parmi les broussailles, les bruyeres, les genévriers, les ronces, les épines, &c. Plus le terrein sera couvert d'arbrisseaux, plus le semis prosperera. Il pourra sembler que ceci est en contrariété avec ce que j'ai dit sur les herbes qui étouffent les jeunes plants de sapin venus dans une terre cultivée; mais il faut considérer que la culture prêtant faveur à la crue des mauvaises herbes, elles deviennent folles & couvrent le terrein, au - lieu que les arbrisseaux laissent peu d'herbes à leur pié, & forment un abri naturel aux jeunes plants qui levent; c'est ainsi que seme la nature; il est vrai que ses progrès sont lents dans les commencemens. Le tems n'est rien pour elle; le succès est l'unique but qu'elle se propose. Aussi arrive - til que les semis faits de cette façon ne commencent à se montrer qu'au bout de quatre ou cinq ans. Cependant on est dédommagé par la suite des progrès que font ces arbres lorsqu'ils sont dans leur force; on peut s'attendre que s'ils sont dans un terrein convenable, ils s'éleveront à plus de 30 piés en trente ans, & la plûpart auront jusqu'à deux piés de diametre à l'âge de quarante ans, & on remarque en Angleterre que des sapins âgés d'environ quatre - vingt ans avoient aussi quatre - vingt piés d'hauteur sur dix à onze de circonférence dans une terre argilleuse & forte; mais si l'on ne veut faire que de petites plantations, on pourra semer les graines au mois d'Avril, dans des caisses plattes ou des terrines, ou même dans des planches de terre à potager qui soit meuble & légere, que l'on aura mêlée d'une moitié de vieux décombres.

Il faudra arroser bien légerement dans les tems de hâle & de sécheresse, soit le semis, soit les jeunes plants lorsqu'ils seront levés; les sarcler au besoin, les garantir de la grande ardeur du soleil avec des branchages feuillus, & serrer les caisses ou terrines pendant l'hiver. A l'égard des planches, il sera à propos de leur faire de l'abri avec de la paille hachée, ou telle autre chose que l'on imaginera pouvoir les sauver des grandes gelées. Il faudra les transplanter au bout de deux ou trois ans sans différer davantage, car ces arbres ne reprennent pas lorsqu'ils sont âgés,

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.