ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 2:5

Babylone

* Babylone, (Géog. anc. & mod.) ville de l'Egypte près du Nil; le grand Caire s'est formé de ses ruines.

Bac

Bac à naviguer, c'est en Marine un petit bâtiment dont on se sert sur les canaux & les rivieres pour porter le brai & le goudron. (Z)

Bac

Bac est encore sur les Rivieres un bateau grand, large & plat, dont on se sert pour passer hommes, bêtes & voitures.

Il y a aux environs de Paris plusieurs bacs, dans les endroits éloignés des ponts.

Bac

Bac, en Jardinage; on appelle ainsi un petit bassin, soit quarré soit rond, placé d'espace en espace dans les quarrés d'un potager, avec un robinet pour arroser. A Versailles, à Sceaux, il y en a dans chaque petit jardin. (K)

Bac a jet trempe

Bac a jet trempe, en terme de Brasseur, est celui qui est posé sur les chaudieres & qui a trois trous, un de chaque côté, pour pouvoir jetter d'une chaudiere dans l'autre; celui de devant est pour jetter les caux chaudes des chaudieres dans la cuve matiere, par le moyen de la gouttiere à jet trempe. Voyez Brasserie & Cuve matiere

Bac a la décharge

Bac a la décharge, dans les Brasseries, est un bac qui est sur un des bords d'une des chaudieres, dans lequel on jette les métiers lorsqu'ils sont cuits pour les laisser refroidir. Voyez Brasserie & Métiers.

Bac a formes

Bac a formes, en terme de Rafinerie de sucre, c'est une grande auge de bois très - sain, en planches de quatre pouces d'épaisseur, longues de 8 à 9, & larges de 4 à 5, dans laquelle on met les formes en trempe. Voyez Trempe & Formes.

Bac a chaux

Bac a chaux, en terme de Rafinerie de sucre, c'est un grand bassin en massif de brique & de ciment, portant 9 à 10 piés de long sur 4 à 5 de large, & 6 de profondeur, dans lequel l'on éteint la chaux dont on a besoin dans les clarifications. Voyez Clarifier.

Bac a sucre

Bac a sucre, en terme de Rafinerie de sucre, n'est autre chose que plusieurs espaces séparés par des cloisons de planches, dans lesquelles on jette les matieres triées & sorties des barils.

Bac à terre

Bac à terre, en terme de Rafineur de sucre, c'est une auge de bois de même que le bac à formes (Voyez Bac à formes) séparé en plusieurs chambrettes où l'on délaye la terre. Voyez Terre. A chaque extrémité & au - dessus de ce bac, on voit une planche percée au milieu, & qui sert de traverse à deux bouts de chevrons qui sont attachés au plancher. C'est dans le trou de cette planche que s'emmanche un ballet dont on se sert pour passer la terre par la couleresse. Voyez Couleresse.

BACA

* BACA, (Géog. sainte.) ville de la tribu d'Aser, au pié du mont Liban.

BACA, ou BAZA

* BACA, ou BAZA, (Géog.) ville d'Espagne, au royaume de Grenade. Long. 15. 34. lat. 37. 18.

BAÇAIM

* BAÇAIM, (Géog.) ville d'Asie, avec port, au royaume de Visapour, sur la côte de Malabar. Long. 90. 40. lat. 19.

BACALA

* BACALA, (Géog.) ville de la presqu'île de Jucatan, dans l'Amérique septentrionale, près du golfe d'Honduras, entre Valladolid & Salamanque.

BACALAOS

* BACALAOS, (Géog.) terre de l'Amérique méridionale, dont on ne nous dit rien de plus.

BACAR

* BACAR, (Géog. anc. & mod.) nom d'une vallée située dans la partie septentrionale du mont Liban, que les Latins appelloient Iturea Thraconitis.

BACAR, ou BAXAR

* BACAR, ou BAXAR, (Géog.) contrée du Mogol, sur le Gange. Becaner en est la capitale.

BACA - SERAY, ou BACHA - SERAI

* BACA - SERAY, ou BACHA - SERAI, (Géog.) ville de la presqu'île de Crimée, dans la petite Tartarie. Long. 52. 30. lat. 45. 30.

BACAY

* BACAY, (Géog.) ville de l'Inde, delà le Gange, capitale du pays de même nom, sur la riviere de Pegu.

BACCALAURÉAT

BACCALAURÉAT, s. m. le premier des degrés qu'on acquiert dans les facultés de Théologie, de Droit, & de Médecine. Voyez Bachelier.

BACCARAT

BACCARAT, (Géog.) ville de France, en Lorraine, sur la Meurte, entre Nanci & Estival.

BACCARACH

BACCARACH, (Géog.) ville d'Allemagne, dans le bas Palatinat, sur le Rhin. Long. 25. 15. lat. 49. 57.

BACH

BACH, (Géog.) ville de la basse Hongrie, au comté de Toln, sur le Danube.

BACCHANALES

BACCHANALES, adj. pris subst. (Hist. anc.) fêtes religieuses en l'honneur de Bacchus, qu'on célébroit avec beaucoup de solennité chez les Athéniens, où l'on en distinguoit de diverses sortes; d'anciennes, de nouvelles, de grandes, de petites, de printanieres, d'automnales, de nocturnes, &c. Avant les olympiades, les Athéniens marquoient le nombre des années par celui des bacchanales, autrement nommées orgies, du mot Grec O)RGH\, fureur, à cause de l'enthousiasme ou de l'ivresse qui en accompagnoit la célébration: elles tiroient leur origine d'Egypte, & furent introduites en Grece par Melampe.

A Athenes l'Archonte régloit la forme & l'ordonnance des bacchanales, qui dans les premiers tems se passoient fort simplement: mais peu à peu on les accompagna de cérémonies ou ridicules ou infames. Les prêtresses ou bacchantes couroient de nuit, à demi - nues, couvertes seulement de peaux de tigres ou de pantheres passées en écharpe, avec une ceinture de pampre ou de lierre; les unes échevelées & tenant en main des flambeaux allumés, les autres portant des thyrses ou bâtons entourés de lierre & de feuilles de vigne, criant & poussant des hurlemens affreux. Elles prononçoient sur - tout ces mots, *E)UOI= *SABOI/, E)UOI= *BA/KXE, ou W= *I)A/KXE, ou I)W\ *BA/KXE. A leurs cris se mêloit le son des cymbales, des tambours, & des clairons. Les hommes en habits de satyres suivoient les bacchantes, les uns à pié, d'autres montés sur des ânes, traînant après eux des boucs ornés de guirlandes pour les immoler. On pouvoit appeller ces fêtes du Paganisme le triomphe du libertinage & de la dissolution; mais sur - tout les bacchanales nocturnes où il se passoit des choses si infames, que l'an 568 de Rome, le sénat informé qu'elles s'étoient introduites dans cette ville, défendit sous les peines les plus grieves de les célébrer. C'est avec raison que les peres de l'église ont reproché aux payens ces desordres & ces abominations. (G)

BACCHANTES

BACCHANTES, prêtresses de Bacchus, nom que l'on donna d'abord à des femmes guerrieres qui suivirent Bacchus à la conquête des Indes, portant des thyrses ou bâtons entortillés de pampres de lierre & de raisins, & faisant des acclamations pour publier les victoires de ce conquérant. Après l'apothéose de ce prince, elles célébrerent en son honneur les bacchanales. De - là les mysteres de Bacchus furent principalement confiés aux femmes; & dans les anciennes bacchanales de l'Attique, ces prêtresses étoient au nombre de quatorze. Il est pourtant fait mention dans l'antiquité d'un grand - prêtre de Bacchus, si respecté de tout le peuple, qu'on lui donnoit la premiere place dans les spectacles. Platon bannit de sa république la danse des bacchantes, & leur cortege composé de nymphes, d'égipans, de silenes, & de satyres, qui tous ensemble imitoient les ivrognes, & presque toûjours d'après nature, sous prétexte d'accomplir certaines expiations ou purifications religieuses. Ce philosophe pense que ce genre de danse n'étant convenable ni à la guerre, ni à la paix; & ne pouvant servir qu'à la corruption des moeurs, il doit être exclus d'un état bien policé. Tacite racontant les débauches de Messaline & de ses femmes, en fait

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.