ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 9:119

à un degré éminent, & avoit un talent particulier pour déchiffrer les lettres écrites en toutes sortes de chiffres: il se rendit par - là non - seulement utile à sa patrie, mais aux princes étrangers qui étoient liés à l'Angleterre, dont il reçut des marques glorieuses de reconnoissance. Comblé de gloire & d'années, il finit sa carriere à Oxford en 1703, âgé de 87 ans.

Wotton, fils du chevalier Thomas Wotton, créé chevalier lui - même par Jacques VI. se distingua par son esprit, ses ambassades dans les cours étrangeres, & des ouvrages rassemblés en un volume sous le titre de reliquioe Wottonianoe. Il mourut en 1639, âgé de 71 ans. (D. J.)

KENTZINGUE

KENTZINGUE, (Géog.) petite ville d'Allemagne, dans le Brisgow, sur l'Elz, peu loin du Rhin, & appartenante à l'empereur. Long. 25. 26. lat. 48. 15. (D. J.)

KEPATH

KEPATH, s. m. (Commerce.) petit poids dont se servent les Arabes. C'est - la moitié du daneck, c'est - à - dire du grain, douze kepaths font le dirhem ou dragme arabique. Quelques - uns croyent que le mot karat vient de celui de kepath. Voyez Carat, Dictionnaire de Commerce.

KEPLER

KEPLER (Loi de,) Astron. on appelle ainsi la loi du mouvement des planetes que le célebre astronome Kepler a découvert par ses observations. Voyez Astronomie. Il y a proprement deux lois observées par Kepler; mais on nomme ainsi principalement la seconde: la premiere de ces lois est que les planetes décrivent autour du soleil des aires proportionnelles au tems. La feconde est que les quarrés des tems des révolutions sont comme les cubes des distances moyennes des planetes au soleil.

M. Newton ale premier donné la raison de ces lois, en faisant voir que la premiere vient d'une force centripete, qui pousse les planetes vers le soleil; & la seconde de ce que cette force centripete est en raison inverse du quarré de la distance. Voyez Central, Gravite, New tonianisme , &c. (O)

KERAH

KERAH, (Géog.) ville de Perse, dont la longit. selon Tavernier, est de 86. 40. latit. 34. 15. (D. J.)

KERAKATON

KERAKATON, (Géog.) ville de la grande Tartarie, près de la grande muraille de la Chine, sur la riviere de Logaa.

KÉRAMÉE

KÉRAMÉE, (Géog.anc.) lieu de la Grecedans l'Attique, autrefois nommé Céramique, parce qu'on y faisoit des tuiles d'une terre grasse, qu'on tiroit des champs plantés d'oliviers. M. Spon distingue deux Kéramées ou Céramiques, l'un intérieur, & l'autre extérieur. Le céramique intérieur faisoit un quartier d'Athènes; c'étoit une promenade agréable, & le rendez - vous des courtisanes. Le céramique extérieur étoit un fauxbourg de la ville. où l'on faisoit les tuiles dont nous venons de parler, & où Platon enseignoit la Philosophie. (D. J.)

KÉRAMIEN

KÉRAMIEN, s. m. (Hist. mod.) nom d'une secte de musulmans qui a pris son nom de Mahomet Bent Keram, son auteur.

Les Kéramiens soutiennent qu'il faut entendre à la lettre tout ce que l'alcoran dit des bras, des yeux, & des oreilles de Dieu. Ainsi ils admettent le tagiassum, c'est - à - dire une espece de corporéÉté en Dieu, qu'ils expliquent cependant fort différemment entre eux. Voyez Anthropomorphite. Dictionnaire de Trévoux.

KÉRANA

KÉRANA, s. f. (Hist. mod.) longue trompette approchante de la trompette parlante, dont les Persans se servent pour crier à pleine tête.

Ils mêlent ce bruit à celui des hautbois, des timbales, des tambours, & des autres instrumens qu'ils font entendre au soleil couchant & à deux heures après minuit. Dictionnaire de Trévoux.

KÉRATOGLOSSE

KÉRATOGLOSSE, (Anatomie.) voyez Céraco - Glosse.

KERATO PHARYNGIEN

KERATO PHARYNGIEN, (Anatomie.) nom de deux paires de muscles du pharynx, qui sont distingués en grands & en petits. Voyez Hyopharyngien.

KERATOPHYTES, ou CÉRATOPHYTES

KERATOPHYTES, ou CÉRATOPHYTES, keratophyta lythoxyla, (Hist. nat.) les kératophytes sont de l'ordre des fossiles accidentels qui viennent originairement de la mer. Ce sont des pétrifications d'une espece de corail à branches hautes & minces. La substance de ce fossile a de la ressemblance avec de la corne: Wallerius définit les keratophytes corallia origine cornea ramosa tenuiora.

On trouve trois especes de keratophytes fossiles décrits par les Naturalistes.

1°. Le kératophyte réticulé ou en raizeau: il ressemble à une noix mince, creuse & vuidée. C'est le retepora de quelques lithologistes: corallina reticulata; keratophyton retiforme.

2°. Le keratophyte rameux ou en forme de branches d'arbre; il ressemble à un arbrisseau branchu; les intervalles des branches dans la pétrification sont remplis par la pierre même ou par le roc, dans lequel le kèratophyte se trouve. Il en vient du comté de Neufchàtel, ainsi que du canton de Bâle; on découvre les branches en faisant tremper la pierre dans une eau seconde, ou dans du vinaigre; parce que la pierre qui les enveloppe est calcaire & soluble dans les acides. Wallerius l'appelle keratophyton fruticosum: corallina fruticosa alba.

3°. Le keratophyte entortillé en forme de bruyere ou de buisson; les branches en sont minces, entrelassées & en grand nombre: il ressemble à un petit buisson ou à de la bruyere. En latin erica marina, petrefacta, keratophyton ramosissimum forma ericoe.

Il ne faut pas confondre ce keratophyte avec des bruyeres & d'autres plantes pétrifiées, ou plutot incrustées, qui se trouvent quelquefois dans le tuf. Article de M. Elie Bertrand.

Keratophyte

Keratophyte, (Hist. nat. fossile.) nom donné par quelques naturalistes à une espece de corail qui se trouve pétrifiée dans le sein de la terre; on la nomme aussi lithoxylon. Wallerius en compte trois especes, la premiere a, selon lui, la forme d'une noix; il l'appelle retiforme, ou rétépore, ou coradna reticulata, & dit qu'elle ressemble à une coquille de noix, & est ou blanche ou noire; la teconde espece est rameuse; la troisieme espece a, selon lui, la tigure de la bruyere. Voyez la Minéralogie de Wallerius, tome II.

KERES

KERES (le,) Géog. riviere de Hongrie, qui a sa source en Transylvanie, au comté de Zarand, dans les montagnes, & se perd enfin dans la Teisse, au comté de Czongratz. (D. J.)

KERMAN

KERMAN, (Géog.) province de Perse dans sa partie méridionale. Elle répond à la Caramanie des anciens; Berdaschir, Gireft ou Sirest, Sirgian, Sarmaschir, Bam, sont les principales villes de cette province. D'Herbelot la borne à l'Orient par le Macran & le Ségestan, & au Couchant par le Fars. Le grand desert de Nanbendigian la sépare du Khorassan vers le Nord; la mer & le golphe de Perse la terminent au Midi. On rencontre, dit le même auteur, beaucoup de cantons dans le Kerman, qui sont entierement deserts, faute d'eau; car il n'y a dans toutle pays aucune riviere considérable qui l'arrose. C'est, au rapport de Tavernier, dans le Kerman que se sont retirés presque tous les Gaures; ils y travaillent les belles laines des moutons de ce pays - là; ils en font des ceintures dont on se sert en Perse, & de petites pieces de serge, qui sont presque aussi douces, & aussi lustrées que la soie. (D. J.)

KERMASIN

KERMASIN, (Géog.) ville d'Asie en Perse, dans l'Irac - Adgend, au Midi de Hamadan. Nassir - Eddin,

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.