ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 8:209

ces & demi d'épaisseur, & dix pouces de largeur; ceux entre le milieu & les côtés, six pouces & demi dépaisseur, dix pouces de largeur.

Les hiloires du troisieme pont, des gaillards & de la dunette, diminuent proportionnellement. (Z)

HILPERHAUSEN

HILPERHAUSEN, (Géog.) ville d'Allemagne en Franconie, sur la Werra, au comté de Henneberg, entre Cobourg & Smalcalde; elle appartient à une branche de la maison de Saxe - Gotha. Long. 28. 15. lat. 50. 35. (D. J.)

HILPOLSTEIN

HILPOLSTEIN, (Géog.) petite ville d'Allemagne en Franconie, dans le territoire de la ville de Nuremberg.

HIMANTOPUS

HIMANTOPUS, s. m. (Hist. nat. Ornitholog.) oiseau aquatique; il ne mange point de poisson; il a le dessous du cou, la poitrine & le ventre de couleur blanchâtre; les côtés de la tête sont de même couleur au - dessous des yeux; au - dessus il y a une couleur noirâtre, qui est aussi sur le dos & sur les aîles; le bec est noir, il est long & mince, cependant l'oiseau s'en sert très - adroitement pour faire sa proie des chenilles & d'autres insectes. La queue est d'une couleur cendrée blanchâtre; il a des taches noires sur le dessus du cou; ses aîles sont très - longues; la longueur de ses cuisses & de ses jambes est excessive; elle sont très - déliéos, très - foibles, & d'autant moins assurées, que le pié n'a point de doigt en arriere, & que ceux de devant sont courts en comparaison de la longueur des jambes. Ses doigts ont une couleur de sang, celui du milieu est un peu plus long que les autres; ses ongles sont noirs, petits, & un peu courbes. Willug. Ornit. Voyez Oiseau.

HIMÉE

HIMÉE, s. f. (Littérat.) c'est le nom que les Grecs donnoient à la chanson des puiseurs d'eau; ce mot vient de I(MA=N, puiser. Aristophane en parle comme d'une chanson qui n'étoit que dans la bouche des personnes les plus viles; car pour reprocher à quelqu'un un chant de mauvais goût, il lui fait dire, d'où avez - vous pris cette chanson de tireur d'eau? La chanson des meuniers porte le même nom de himée dans Athénée; mais Elien & Pollux l'appellent épimulie, de MU/LH, meule, ou moulin. On sait que plusieurs professions dans la Grece avoient une espece de chanson qui leur étoit particulierement consacrée. Voyez Chanson. (D. J.)

HIMERA

HIMERA, (Géog. anc.) ancienne ville de Sicile, sur la rive septentrionale de l'isle à gauche, c'est - à - dire au couchant de la riviere de même nom; elle avoit été très - florissante; mais les Carthaginois, sous la conduite d'Annibal, la saccagerent après un siege dont on trouvera les détails dans Diodore de Sicile, liv. XIII. chap. lxij.

Il y avoit des bains fameux au couchant de cette ville, Himeroe thermoe; ces bains devinrent une ville; & c'est sur ce pié - là que Ptolomée les nomme. Ciceron nous apprend même comment cette ville se forma; ce lieu s'appelle encore aujourd'hui Termini, & les ruines de la ville d'Himera, campo di san Nicolo; la riviere d'Himéra se nomme Fiume grande.

Le poëte Stésychore étoit d'Himéra; il fut ainsi nommé pour avoir adapté la maniere de la danse aux instrumens, ou au choeur sur le théatre; il fleurissoit dans la quarante - deuxieme olympiade, c'est - à - dire 610 ans avant J. C. Il mourut dans la cinquante - sixieme olympiade, sous Cyrus, roi de Perse. Quintilien dit que Stésychore avec sa lyre, soutint le poids & la noblesse du poëme épique. Denys d'Halycarnasse lui donne les grandes qualités & les graces de Pindare & de Simonide; son style étoit plein & majestueux, Stesychori graves camoenoe, suivant l'expression d'Horace. Pline ajoûte, que comme Stésychore étoit encore enfant, un rossignol vint chanter sur sa bouche. On ne pouvoit le louer plus délicatement; mais le tems nous a ravi les ouvrages de cet aima<cb-> ble poëte; il ne nous en reste que trente ou quarante vers, qui ne nous permettent pas d'en juger. Sa patrie lui érigea une très - belle statue; non seulement à cause de ses talens dans la poésie lyrique, mais plus encore pour avoir préservé son pays de l'esclavage. Cette ville se trouvant en guerre avec ses voisins, avoit imploré l'alliance de Phalaris, & lui avoit donné le commandement de ses troupes, avec une autorité presque sans bornes. Stésychore tâcha de détourner ses compatriotes de prendre ce parti, & leur raconta qu'autrefois, le cheval étant en différend avec le cerf, eut recours à l'homme, qui véritablement le vengea, mais lui ravit sa liberté: les Himéréens comprirent le sens de l'apologue, remercierent & congédierent Phalaris. Tel fut l'effet de cette fable ingénieuse, qu'Horace, Phedre & la Fontaine ont si heureusement mise en vers; Stésichore en fut l'inventeur.

J'oubliois presque de dire, qu'Himéra passoit pour avoir vû naître la comédie; ce fut dans son sein, si nous en croyons Silius Italicus, & Solin après lui, que ce spectacle amusant parut pour la premiere fois. Cette ville est peu de chose aujourd'hui; Volateran assure pourtant, que de son tems on y voyoit encore un théatre ruiné; les restes d'un aquéduc qui étoit d'une excellente maçonnerie; plusieurs autres monumens antiques, & quantité d'inscriptions que l'on peut lire dans cet auteur. (D. J.)

Himéra

Himéra, (Géog. anc.) riviere de Sicile; il y en avoit deux de ce nom, l'une sur la côte septentrionale, & l'autre dans la côte méridionale, ce qui doit s'entendre de leurs embouchures; toutes deux ont leurs sources dans les mêmes montagnes, que les anciens nommoient nebrodes; & leurs sources ne sont pas à une lieue de distance l'une de l'autre. L'Himéra méridionale s'appelle aujourd'hui Fiume salso; l'Himéra qui coule vers le Nord se nomme Fiume grande. (D. J.)

HIMMELBRUCK

HIMMELBRUCK, (Géog.) ville d'Allemagne en Westphalie, dans la principauté de Minden, sur une petite riviere qui se jette dans le Weser.

HIMMELSTEIN

HIMMELSTEIN, (Géog.) petite ville de Bohème dans le cercle d'Elnbogen, où il y a des mines.

HIMPOU

* HIMPOU, s. m. (Hist. mod.) juge criminel à la Chine, son tribunal est un des tribunaux souverains. L'himpou réside à Pekin, capitale de l'empire.

HIN

HIN, s. m. (Hist. anc.) mesure creuse des anciens Hébreux. C'étoit leur demi - boisseau ou le demi<-> scah, ou la sixieme partie du bath. Il tenoit quatre pintes, chopine, demi - septier, un posson, cinq pouces cubes & un peu plus. Voyez Bath. Dictionn. de la Bible.

Le demi - hin étoit de deux pintes, demi - septier, un posson, cinq pouces cubes, & [omission: formula; to see, consult fac-similé version] de pouces cubes, mesure de Paris, selon le même auteur. (G)

HINDOO

HINDOO, (Géog.) ville des Indes, sur la route d'Amadabar à Agra, dans les états du Mogol, remarquable par son excellent indigo. Long. 100. lat. 26. 30. (D. J.)

HINGISCH

HINGISCH, s. m. (Hist. nat. Bot. exot.) nom persan de la plante d'où découle l'assa foetida. Le célebre Kempfer la caractérise hengisch umbellifere, approchant de la livêche, à feuilles branchues comme celles de la pivoine, à grande tige, à graines feuillées, nues, droites, semblables de forme à celles de la berce, ou du panais des jardins, plus grandes cependant, plus noires, & cannelées. Mais vous trouverez la description complette de l'hingisch au mot Assa foetida. Elle mériteroit cette plante de porter le nom de Kempfer, puisque c'est lui le premier qui nous l'a fait connoître, & qu'il se détourna dans ses voyages de 40 ou 50 milles de chemin, pour en pouvoir donner une histoire véritable. (D. J.)

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.