ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 1:558

autres: un a, un b, &c. qui dans un mot seroient trop distans des autres lettres, seroient trop gros & mal approchés.

On appelle un caractere approché, quand toutes les lettres sont fort pressées les unes contre les autres; les Imprimeurs font quelquefois faire des caracteres de cette façon, pour qu'il tienne plus de mots dans une ligne & dans une page, qu'il n'en auroit tenu sans cela. Les lettres ainsi approchées ménagent le papier, mais ne font jamais des impressions élégantes. Voyez Imprimerie.

Approche

Approche, s. f. terme d'Imprimerie: on entend par approche, ou l'union de deux mots qui sont joints, quoiqu'ils doivent être espacés; où - la désunion d'un mot dont les syllabes sont espacées, quand elles doivent être jointes. Ces deux défauts viennent de la négligence ou de l'inadvertance du compositeur.

Approches

Approches, s. f. terme de Fortification, qui signifie les différens travaux que font les assiégeans pour s'avancer, & aborder une forteresse ou une place assiégée. Voyez les Pl. de l'Art milit. Voyez aussi Travaux & Fortifications. Les principaux travaux des approches sont les tranchées, les mines, la serpe, les logemens, les batteries, les galeries, les épaulemens, &c. Voyez ces articles.

Les approches ou lignes d'approches se font ordinairement par tranchées ou chemins creusés dans la terre. Voyez Tranchées.

Les approches doivent être liées ensemble par des paralleles ou lignes de communication. Voyez Communication.

Les assiégés font ordinairement des contre - approches, pour interrompre & détruire les approches des ennemis. Voyez Contre - approches. (Q)

APPROCHER

APPROCHER, (Marine.) s'approcher du vent. Voyez Aller au plus près . (Z)

Approcher

Approcher, (en Monnoyage.) c'est ôter du flanc son poids fort en le limant, pour le rendre du poids prescrit par les Ordonnances. Voyez Rebaisser.

Approcher

Approcher carreaux, (terme d'ancien Monnoyage.) c'étoit achever d'arrondir les carreaux, & approcher du poids que le flanc devoit avoir.

Approcher

Approcher, à la pointe, à la double pointe, au ciseau: ce sont en Sculpture diverses manieres de travailler le marbre, lorsqu'on fait quelques figures. Voyez Pointe.

Approcher

Approcher le gras des jambes, les talons ou les éperons, (Manege) c'est avertir un cheval qui ralentit son mouvement, ou qui n'obéit pas, en serrant les jambes plus ou moins fort vers le flanc. (V)

Approcher

Approcher conserve sa signification dans la chasse aux oiseaux marécageux.

Voici une machine plus facile & de moindre dépense que les peaux de vaches préparées pour tirer aux canards.

C'est un habit de toile couleur de vache ou de cheval, depuis la tête jusqu'aux piés, avec un bonnet qui doit être fait comme la tête d'une vache ou d'un cheval, avant des cornes ou des oreilles, des yeux, deux pieces de la même toile pour attacher autour du col, & tenir le bonnet; il faut laisser pendre deux morceaux de la même toile au bout des manches pour imiter les deux jambes de devant du cheval ou de la vache; il faut marcher en se courbant, & présentant toûjours le bout du fusil: vous approcherez ainsi peu - à - peu pour tirer les oiseaux à bas; & s'ils se levent, rien ne vous empêchera de les tirer en volant: la meilleure heure pour cette chasse est le matin.

APPROPRIANCE

APPROPRIANCE, terme de droit Coutumier, usité dans quelques Coûtumes, pour signifier prise de possession. Dans la coûtume de Bretagne, ce terme est synonyme à decret. Voyez Decret. (H)

Appropriation

Appropriation, s. f. terme de Jurisprudence canonique, est l'application d'un bénéfice ecclésiastique, qui de sa propre nature est de droit divin, & non point un patrimoine personnel, à l'usage propre & perpétuel de quelque prélat ou communauté religieuse, afin qu'elle en joüisse pour toûjours. Voyez Approprié.

Il y a appropriation, quand le titre & les revenus d'une cure sont donnés à un évêché, à une maison Religieuse, à un collége, &c. & à leurs successeurs; & que quelqu'un des membres de ce corps fait l'office divin, en qualité de vicaire. Voyez Cure & Vicariat.

Pour faire une appropriation, après en avoir obtenu la permission du Roi en chancellerie; il est nécessaire d'avoir le consentement de l'évêque du diocèse, du patron & du bénéficier, si l'église ou le bénéfice est rempli; s'il ne l'est pas, l'évêque du diocèse & le patron peuvent le faire avec la permission du Roi.

Pour dissoudre une appropriation, il suffit de présenter un clerc à l'évêque, & qu'il l'institue & le mette en possession; car cela une fois fait, le bénéfice revient à sa premiere nature. Cet acte s'appelle une desappropriation.

L'approprintion est la même chose que ce qu'on appelle autrement en droit canonique, Union. Voyez Union. (H)

Approprié

Approprié, adj. en terme de droit canonique, se dit, d'une église ou d'un bénéfice, dont le revenu est annexé à quelque dignité ecclésiastique ou communauté religieuse, qui nomme un vicaire pour desservir la cure. En Angleterre, le mot approprié est synonyme à inféodé. Voyez Inféodé. On y compte 3845 églises appropriées. V. Appropriation. (H)

Approvisionnement

Approvisionnement des places, s. m. c'est dans l'art militaire, tout ce qui concerne la fourniture des choses nécessaires à la subsistance des troupes renfermées dans une place.

Cet objet demande la plus grande attention. M. le maréchal de Vauban a donné des tables à ce sujet, qu'on trouve dans plusieurs livres, & notamment dans la défense des places, par M. le Blond; mais elles ont le défaut de n'être point raisonnées. Elles sont proportionnées au nombre des bastions de chaque place, depuis quatre bastions jusqu'à dix - huit. Il faudroit des regles plus générales & plus particulieres à ce sujet, qui pussent servir de principes dans cette matiere. Il y a un grand état de M. de S. Ferrier dressé en 1732, pour l'approvisionnement des places de Flandre. On le dit fait avec bien de l'intelligence, & c'est une piece manuscrite à laquelle il seroit à propos de donner plus de publicité. (Q)

Approuver

Approuver, un livre c'est déclarer par écrit qu'après l'avoir lû avec attention, on n'y a rien trouvé qui puisse ou doive en empêcher l'impression. Voyez Approbation, Censeur.

APPROXIMATION

APPROXIMATION, approximatio, s. f. (en Mathématique.) est une opération par laquelle on approche toûjours de plus en plus de la valeur d'une quantité cherchée, sans cependant en trouver jamais la valeur exacte. Voyez Racine.

Wallis, Raphson, Halley, & d'autres, nous ont donné différentes méthodes d'approximation: toutes ces méthodes consistent à trouver des séries convergentes, à l'aide desquelles on approche si près qu'on veut de la valeur exacte d'une quantité cherchée; & cela plus ou moins rapidement, selon la nature de la série. Voyez Convergent & Série.

Si un nombre n'est point un quarré parfait, il ne faut pas s'attendre d'en pouvoir tirer la racine exacte en nombres rationels, entiers ou rompus; dans ces cas il faut avoir recours aux méthodes d'approximation, & se contenter d'une valeur qui ne differe

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.