ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 7:190

Si l'on trouve que cette construction donne les angles saillans trop aigus, on les augmentera en diminuant un peu la grandeur de la perpendiculaire, qui peut être réduite à la cinquieme ou à la sixieme partie du côté du pentagone.

On construira de la même maniere un quarré en étoile, en donnant environ la septieme ou la huitieme partie du côté du quarré à la perpendiculaire élevée en - dedans sur le milieu de chaque côté.

Si l'on veut faire un fort à étoile à huit angles, il faut commencer par en construire un à quatre, de la maniere qu'on vient de l'enseigner; ensuite, de l'extrémité du tiers de chaque côté, pris de part & d'autre du sommet des angles rentrans, & de l'intervalle de ces deux extrémités, décrire deux arcs qui se couperont dans un point; tirant de ce point des lignes au centre de ces arcs, on aura l'étoile à huit angles.

Les angles rentrans des forts à étoiles ne sont pas propres à être défendus (voyez Angle mort); & cette considération a fait dire à quelques auteurs que ces forts étoient des cometes fatales à ceux qui les construisoient. Mais ce jugement est un peu rigoureux; car il est certain qu'on peut s'en servir assez avantageusement pour garder différens postes à la guerre. Ils étoient autrefois en usage dans les lignes de circonvallation; on s'en sert plus rarement aujourd'hui. M. de Clairac dit dans son livre de l'ingénieur de campagne, qu'il en fit construire un de cette espece sur la Queich en 1743, qui fut approuvé. (Q)

Fort à Etoile

Fort à Etoile, voyez ci devant Fort de Campagne. (Q)

Fort Royal

Fort Royal; c'est celui dont la ligne de défense a environ 120 toises. Voyez Ligne de Défense & Fort . (Q)

Fort & Forts

Fort & Forts, s. m. nom donné à une espece de monnoie d'or, frappée par les ordres de Charles de France, duc d'Aquitaine, fils de Charles VII. & frere de Louis XI.

Ce prince y étoit représenté d'un côté la couronne en tête, déchirant un lion, avec ces mots: Karolus Francorum Regis filius Acquitanorum dux. On voit au revers une croix fleurdelisée & cantonnée de lis & de léopards; au milieu est l'écu du prince, qui porte écartelé au 1et & au 4e de France, au 2e & 3e d'Aquitaine, qui est d'or au léopard de gueules; on lit autour: Tu es Domi ne Deus meus, fortitu do mea et laux mea .

Le nom de cette monnoie se trouve conservé dans le traité de Budé, de asse & partibus ejus, où en parlant en général des monnoies d'Angleterre, & en particulier de celle qu'on appella des nobles à la rose, qu'Edoüard prince de Galles & duc d'Aquitaine fit faire en grande quantité, il dit qu'elles étoient moins pesantes que celles de Charles d'Aquitaine, qu'on appelloit des forts. Rosatos, Edoüardeosque pondere superant Carolei Aquitanioe nummi qui fortes appellantur.

Il est aisé de comprendre pourquoi on donna le nom de fort à cette monnoie. Elle étoit plus forte que celle des ducs prédécesseurs de Charles de France; d'ailleurs l'action dans laquelle ce prince étoit représenté, avoit pû contribuer à cette dénomination qui s'accorde encore avec le mot fortitudo qu'on lit dans l'inscription du revers. Enfin ce nom pouvoit avoir été pris par opposition à celui de hards, qu'on avoit donné aux monnoies des princes anglois, derniers ducs d'Aquitaine, & prédécesseurs de Charles de France, qui y étoient représentés tenant une épée nue. Ce nom qui se communiqua aux petites especes de cuivre & de billon, a formé selon toutes les apparences celui de liard, dont nous nous servons, comme qui diroit li hardi, c'est - à - dire en vieux françois le hardi. Mém. de l'acad. des Belles - Lettres, tom. I. (G)

Fort, Denier fort

Fort, Denier fort, prêter son argent au denier fort, c'est le prêter sur un pié au - delà du taux ordonné par le prince, ou le donner à un plus haut prix que celui qui est reglé par le courant de la place. Ceux qui prêtent leur argent au denier fort, sont réputés usuriers. Voyez Usure. Diction. du Comm. & Chamb. (G)

Fort

Fort se dit des poids & des mesures. On dit qu'une mesure est plus forte dans un endroit que dans un autre, pour faire entendre qu'elle contient davantage dans un lieu que dans l'autre; qu'une balance est trop forte, lorsqu'elle ne trebuche pas avec facilité; qu'un poids est trop fort, lorsqu'il n'est pas juste, & qu'il est plus pesant qu'il ne faut.

On appelle le fort de la balance romaine, le côté le moins éloigné du centre de la balance, qui sert à peser les marchandises les plus pesantes. Diction. de Comm. & Chamb. (G)

Fort

Fort, parmi les Commerçans, & sur - tout à Paris, signifie un porte - faix, un crocheteur, un gagne denier qui travaille à la décharge ou au transport des marchandises.

Les principaux lieux de Paris où il y a des forts établis, sont la douane, la halle aux draps, la halle aux toiles, le port Saint - Paul, & le port Saint - Nicolas.

Les forts de la douane dépendent des fermiers - gé. néraux: ceux de la halle aux draps sont préposés par les maîtres & gardes - drapiers & merciers: ceux de la halle aux toiles sont placés par les officiers de cette halle; & ceux des ports sont autorisés par les prevôt des marchands & échevins.

Dans chacun de ces endroits, il n'y a qu'un certain nombre de forts reglé, n'étant pas permis à d'autres personnes de la ville d'y venir travailler à leur préjudice. Voyez Gagne - denier. Dictionnaire de Commerce. (G)

Fort

Fort, adv. en Musique, s'écrit dans les parties pour marquer qu'il faut forcer le son avec véhémence, mais sans le hausser; chanter à pleine voix, tirer beaucoup de son de l'instrument; ou bien, pour détruire le mot doux sur les notes où l'on veut faire cesser de chanter ou joüer doux. Voyez Doux.

Les Italiens ont encore le superlatif fortissimo, dont on n'a guere besoin dans la Musique françoise: car on y chante ordinairement très - fort. (S)

Fort

Fort de bouche, (Manége.) cheval dont la bouche est forte, cheval qui a de la gueule. Voy. Mors. (e)

Fort

Fort, on dit volée de poing fort, c'est quand on jette les oiseaux de poing après le gibier.

Fort

Fort, (Bot. & Arts méch.) est l'épaisseur du bois.

Fort - Dauphin

Fort - Dauphin, (Géog.) fort de l'île de Madagascar, sur la pointe méridionale de la province d'Anossi. Il a été bâti par les François, présentement abandonné, & est à 1d. 37'. 20". au - delà du tropique du Capricorne. (D. J.)

Fort

Fort de l'Ecluse, (Géog.) arx clausuloe; fort de France sur un grand rocher, & à quelques lieues de Genêve, à la droite du Rhône. Long. 23. 48. lat. 46. 12. (D. J.)

Fort - Louis

Fort - Louis, (le) Géog. Arx Ludovicia; place forte de France, en Alsace, bâtie par Louis XIV. dans une île formée par le Rhin, à 8 lieues de Strasbourg & de Landau, 12 de Philisbourg, 5 de Weissenbourg. Longit. 25d. 44'. 0". latit. 48d. 48'. 0". (D. J.)

FORTAGE

FORTAGE, s. m. (Commerce.) on appelle en France droit de fortage, ce qu'on paye aux seigneurs des rochers ou pierres de grès qui servent à faire des pavés. Ce droit va environ à cent sous pour 100 de pavé. Voyez Pavé. Dict. de Comm. (G)

FORTE CLAMEUR

FORTE CLAMEUR, (Jurisprud.) voyez au mot Clameur. (A)

FORTERESSE

FORTERESSE, s. f. (Fortificat.) c'est un nom gé<pb->

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.