ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 2:572

calice un pistil qui est attaché au bas de la fleur comme un clou, & qui devient dans la suite un fruit ordinairement double, filiqueux, bordé, qui s'ouvre longitudinalement, & qui renferme des semences oblongues, ailées, & disposées par écailles. Plumier, Nova plant. Amer. gener. V. Plante. (I)

CAMERINO

CAMERINO, (Géog.) petite ville d'Italie, dans l'état de l'Eglise, proche de l'Apennin, sur la riviere de Chiento. Long. 30. 42. lat. 43. 5.

CAMERLINGUE

CAMERLINGUE, s. m. (Hist. civ. & ecclés.) ce nom, selon M. Ducange, a été autrefois employé pour signifier un thrésorier du pape, & de l'empereur. Il vient de l'Allemand kammer - ling, qui signifie chambrier, ou maître de la chambre, ou thrésorier; & dans une charte de l'empereur Lothaire, on trouve un Berthold, qui exerçoit la charge de thrésorier, appellé camerling.

Aujourd'hui ce nom n'est plus en usage qu'à Rome, où par camerlingue on entend le cardinal qui régit l'état de l'Eglise, & administre la justice. C'est l'officier le plus éminent de cette cour, parce qu'il est à la tête des finances. Pendant la vacance du saint siége il fait battre monnoie, marche en cavalcade accompagné des Suisses de la garde & autres officiers, & fait publier des édits. Le cardinal camerlingue a sous lui un thrésorier général, un auditeur général, & est président d'une chambre ou bureau des finances, composée de douze prélats, qu'on nomme clercs de la chambre. Le cardinal Alexandre Albani, neveu de Clément XI. est aujourd'hui camerlingue du saint siege. (G)

CAMERON

CAMERON, (Géog.) petite ville d'Allemagne, dans la Poméranie, au duché de Stettin.

CAMERONIENS

* CAMERONIENS, s. m. pl. (Hist. eccles.) On appelloit de ce nom en Ecosse dans le dix septieme siecle, une secte qui avoit pour chef un nommé Archibald Cameron, ministre presbytérien, qui ne vouloit pas recevoir la liberté de conscience que Charles II. roi d'Angleterre, vouloit accorder aux presbytériens, parce que, selon lui, c'étoit reconnoître la suprémacie du roi, & le regarder comme chef de l'Eglise. Ces Caméroniens non contens d'avoir fait schisme avec les autres presbytériens, pousserent les choses si loin, qu'ils regarderent le roi Charles II. comme déchû de la couronne, & se révolterent: mais on les réduisit en peu de tems, & enfin en 1690, sous le regne de Guillaume III. ils se réunirent aux autres presbytériens. Mais en 1709, ils jugerent à propos d'exciter de nouveaux troubles dans l'église d'Ecosse; il s'en amassa un grand nombre en armes près d'Edimbourg: mais ils furent dispersés par des troupes reglées qu'on envoya contre eux. On prétnd qu'ils ont une haine plus forte contre les presbytériens que contre les épiscopaux.

CAMHOFF

CAMHOFF, (Géog.) ville d'Allemagne, dans la basse Baviere.

CAMILLE

* CAMILLE, s. m. (Hist. anc.) jeune garçon qui servoit à l'autel dans les sacrifices des Romains; sa fonction étoit de tenir le coffret d'encens & de parfums appellé acerra, ou le proefericulum. V. Acerra, & Prefericulum . Il falloit que ce desservant fût de bonne famille, & qu'il eût pere & mere vivans. l'autel il étoit vétu de long; sa robe étoit large, relevée par la ceinture, & descendant fort bas; il avoit sur la tête un ornement en pointe; du moins c'est ainsi qu'on le voit dans plusieurs antiques. On lui marque dans quelques autres la tête découverte quand le sacrificateur l'a voilée, & la tête couverte quand le sacrificateur l'a nue. Il seroit difficile d'en dne la raison. Le camille étoit de la célébration des mariages & des pompes publiques.

CAMIN ou CAMMIN

CAMIN ou CAMMIN, (Géog.) ville d'Allemagne dans la Poméranie ultérieure, proche de la mer Bal<cb-> tique, à l'embouchure de l'Oder. Long. 32. 45. lat. 54. 4.

CAMINHA

CAMINHA, (Géog.) ville forte du Portugal, avec titre de Duché. Long. 9. 5. lat. 41. 44.

CAMINIETZ

CAMINIETZ, (Géog.) petite ville de Pologne, sur la riviere de Bug, dans la Province de Mazovie.

CAMINIZI

CAMINIZI, (Géog.) ville & forteresse d'Asie, sur la mer Noire.

CAMION

CAMION, s. m. (ouvrage de Charron.) c'est une espece de petite voiture ou petit haquet, monté sur quatre petites roues, faites d'un seul morceau de bois chacune, sur laquelle on traine des fardeaux pesans & difficiles à manier. Le camion est à l'usage de plusieurs ouvriers.

Camion

Camion est parmi les Epingliers, la plus petite de toutes les especes d'épingles; elle ne sert gueres que pour attacher les coeffures & les autres ornemens des femmes.

CAMIS

CAMIS, s. m. pl. (Hist. mod.) idoles qu'adorent les Japonois, & principalement les bonzes ou ministres de la secte de Xenxus. Ces idoles représentent les plus illustres seigneurs du Japon, à qui les bonzes font bâtir de magnifiques temples, comme à des dieux, qu'ils invoquent pour obtenir la santé du corps, & la victoire sur leurs ennemis. (G)

CAMISADE

CAMISADE, s. f. terme de Guerre, qui signifie une attaque par surprise, de nuit ou de grand matin, lorsqu'on suppose que l'ennemi est couché.

Ce terme vient du mot chemise, qu'en quelques provinces on prononce camise. Cette sorte d'attaque s'appelloit camisade, parce que les soldats qui attaquoient, mettoient leur chemise par - dessus leurs armes pour se reconnoître plus aisément dans la mêlée. (Q)

CAMISARDS ou CAMISARS

CAMISARDS ou CAMISARS, s. m. plur. (Hist. mod.) est un nom qu'on a donné en France aux Calvinistes des Cevenes, qui se liguerent & prirent les armes pour la défense du Calvinisme en 1688.

On ne convient pas sur l'étymologie de ce mot: quelques - uns le font venir de camisade; parce que leurs attaques & leurs incursions furent subites & inattendues: d'autres le font venir de camise, qui en quelques provinces de France se dit pour chemise; parce qu'ils alloient dans les maisons prendre de la toile pour se faire des chemises, ou parce qu'ils portoient des habillemens faits comme des chemises: d'autres le font venir de camis, un grand chemin; parce que les routes publiques étoient infestées de Camisards.

On donna encore e même nom aux fanatiques, qui au commencement de ce siecle se révolterent & commirent beaucoup de desordres dans les Cevenes. Ils furent enfin réduits & dissipés par la bravoure & la prudence du maréchal de Villars. (G)

CAMISSANO

CAMISSANO, (Géog.) ville d'Italie dans le Vicentin, sur les frontieres du Padouan, aux Vénitiens.

CAMMALAMMA

CAMMALAMMA, (Géog.) ville d'Asie dans l'île de Ternate, dont elle est la capitale.

CAMMANAH

CAMMANAH, (Géog.) petite province d'Afrique dans la Guinée, sur la côte d'Or.

CAMME

CAMME, s. f. c'est ainsi qu'on nomme, dans les grosses - forges & dans plusieurs autres usines, des éminences pratiquées à la surface d'un arbre, qui tournant sur lui - même par le moyen d'une grande roue & d'une chûte d'eau, fait lever ou des pilons, ou des soufflets, auxquels on a pratiqué d'autres éminences que les cammes rencontrent.

CAMMONIA

* CAMMONIA, (Hist. nat. bot.) c'est une plante des Indes orientales, dont il y a plusieurs especes différentes. Elle croît à la hauteur de dix à douze piés; ses feuilles ressemblent assez à celles du bouis, hormis qu'elles sont un peu plus grandes. Elle fleurit quatre fois par année; ses fleurs sont blanches comme de la neige, ressemblent à celles du jasmin, &

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.