ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 17:706

des. Exposées à la lampe & au chalumeau des émailleurs, elles avoient la propriété de bouillonner comme du borax; les pyramides de l'une se sont séparées & se sont partagés en fils minces, qui cependant avoient gardé une sorte de liaison les unes avec les autres. Elles se sont d'abord changées en une matiere blanche & spongieuse, entuite elles ont donné une lumiere phosphorique, apres quoi elles se sont converties en un verre blanc, qui en continuant à pousser le feu, est devenu clair & sans couleur, parce que les bulles d'air qui s'étoient d'abord formees, & qui nuisoient à la transparence, avoient disparu.

Ces pierres mêlées avec le borax & le sel fusible de l'urine se sont fondues au seu, quoique lentement. Le sel de soude les fit entrer tres - promptement en fusion. La pierre venue de Laponie se changeoit avec le chalumeau en verre transparent sur un morceau de charbon, ce qui n'est point arrivé à celle d'Irlande: la premiere étoit un peu cuivreuse.

De ces experiences, M. Cronstedt conclud qu'on ne doit point la regarder comme un spath, quoiqu'elle en ait le coup d'oeil & la consistence, d'autant plus qu'elle ne se gonfle point lorsqu'elle est fondue avec le sel fusible de l'urine, & qu'elle fond aisément avec le sel de soude: propriétés qui ne conviennent point aux pierres calcaires. Voyez les mém. de l'acad. royale des seiences de Suede, année 1756.

D'apres ces faits, on pourroit conjecturer que cette pierre appellée zeolite par M. Cronstedt, n'est peut - être qu'un spath fusible mélangé. En effet, ce spath entre aisement en fusion, & est phosphorique; quant à la propriété de boui lonner, elle pourroit bien venir de l'alun qui s'y trouve mêle. ( - )

ZEOMEBUCH

ZEOMEBUCH, s. m. (Mytholog. germaniq.) ce mot veur dire le dieu noir; c'est ainsi que les Vandales appelloient le mauvais genie à qui ils offroient des sacrifices pour détourner sa coiere. (D. J.)

ZEOPYRON

ZEOPYRON, s. m. (Littérat. Botan.) ZE/OPURON; il paroit par l'étymologie de ce mot, que c'est une espece de grain moyen entre l'épeautre & le froment; Galien en fait mention, & dit qu'il croît en Bythinie. (D. J.)

ZEPHIR ou ZEPHIRE

ZEPHIR ou ZEPHIRE, s. m. (Marine.) c'est un vent qui souffle du côté de l'occident, & qu'on appelle vent d'ouest sur l'Océan, & vent au ponent ou vent du couchant sur la Méditerranée.

Zéphire

Zéphire, zephirus, (Mythol.) c'étoit un des vents qu'Hésiode dit etre enfans des dieux. Anchise sacrifia au zéphire une brebis blanche, avant que de s'embarquer. Il y avoit dans l'Attique un autel dédié au zéphire; c'est au dire des poëtes, le vent qui fait naître les fleurs & les fruits de la terre par son souffle doux & gracieux, qui ranime la végétation des plantes, & qui donne la vie à toute la nature; c'est aussi ce que signifie son nom, formé de *ZWH, vie, & FE/RW, je porte.

Le zéphire dans les auteurs, est le vent d'ouest qui souffle du couchant équinoctial. Favonius est le même vent, quoique Vegece les distingue; mais il saut avouer que la situation des vents n'a pas toujours été fixe chez les anciens, & qu'ils ont asiez varié sur cet article. (D. J.)

Zéphirs

Zéphirs, (Mytholog.) noms des vents bienfaisans nés d'Astroeus, mari de l'Aurore, selon Hésiode. Leur utilité répond à l'excellence de leur origine qui est divine. (D. J.)

ZEPHYRIUM

ZEPHYRIUM, (Géog. anc.) nom commun à plusieurs promontoires & à quelques villes.

1°. Zephyrium, promontoire d'Asie dans la Cétide, aux confins de la Cilicie propre; ce promontoire & celui de Sarpedon formoient l'embouchure du fleuve Calycadnus. A l'extrémité de ce promontoire, il y avoit une ville ou bourgade de même nom, dont parle Tite - Live, l. XXII. c. xx.

2°. Zephyrium, promontoire de l'île de Cypre, sur la côte occidentale, entre la nouvelle & la vieille Paphos.

3°. Zephyrium, promontoire d'Italie dans la grande Grece, sur la côte orientale du Brutium, entre le promontoire d'Hercule, & la ville de Locres, d'où les habitans furent nommés Locri. Epizephyrii. Le nom moderne de ce promontoire est Cabo Bruzzano.

4°. Zephyrium, promontoire d'Afrique dans la Cyrénaique, sur la côte de la Pentapole: le nom moderne, selon Niger, est Bonendrea.

5°. Zephyrium, ville de l'Asie mineure dans la Galatie, sur la côte de la Paphlagonie. Ptolomée, l. V. c. iv. & Arrien, p. 15. en parlent.

6°. Zephyrium, ville de l'Asie mineure dans le Pont cappadocien. Arrien, periple, p. 15. lui donne un port.

7°. Zephyrium, promontoire de l'Asie mineure dans la Carie. Strabon le place au voisinage de la ville de Myndus.

8°. Zephyrium, lieu d'Egypte sur la côte de la Lybie extérieure, selon Strabon, l. XIV. p. 638. Euenne le geographe, appuyé du témoignage de Callimaque, fait de ce lieu un promontoire dont Vénus & Arsinoe avoient pris le nom de Zéphyrite.

9°. Zephyrium, ville de la Chersonnese taurique, dont parle Pline, l. IV. c. xij.

10°. Zephyrium, promontoire de l'île de Crete; Ptolomée, l. III. c. xvij. le marque sur la côte orientale, entre Heraclium & Olus. (D. J.)

ZER

ZER, s. m. (Monnoie étrang.) les Persans appellent zer, toutes sortes d'especes de monnoies; ce terme signifie or, quand on parle du métal qui porte ce nom; mais en fait de monnoie, il est générique comme en France le mot d'argent, dont on se sert pour marquer en général toutes les especes qui ont cours, aussi - bien celle de billon ou de cuivre, comme les sols marqués & liards, que celles qui sont d'or ou d'argent, comme les louis & les écus. (D. J.)

ZERBIS

ZERBIS, (Géog. mod.) fleuve d'Asie dans l'Assyrie; ce fleuve, selon Pline, l. VI. c. xxvj. coule dans le pays des Aloni, & se perd dans le Tigre. Le p. Hardouin conjecture que c'est le sleuve Gorgos *GORGOS2 POTAMOS2 de Ptolomée, l. VI. c. j. & que les Grecs nommerent de la sorte à cause de la rapidité de son cours. Si cela est, le fleuve Zerbis étoit à la gauche du Tigre, dans lequel il avoit son embouchure, entre celles des fleuves Capros & Silla. (D. J.)

ZERBST

ZERBST, (Géogr. mod.) ville d'Allemagne sur l'Elbe, dans la principaute d'Anhalt, vers les confins du duché de Magdebourg; elle est chef - lieu d'une seigneurie de même nom, à 2 lieues de Dessaw, à 5 de Magdebourg, & à 6 de Vittemberg Il y a un château où réside une des quatre branches des princes d'Anhalt. Long. 30. 24. latit. 51. 58.

Beckman (Chretien) né à Zerbst, & mort à Anhalt en 1648, âgé de 68 ans, a publié dans sa langue maternelle plusieurs ouvrages de théologie qui sont aujourd'hui dans l'oubli. (D. J.)

ZEREND

ZEREND, (Géog. mod.) ville de la Caramanie persienne; le Géographe persien la place dans le troisieme climat, à 25 parasanges de Sirgian, capitale de cette province. (D. J.)

ZERENG'

ZERENG', (Géog. mod.) ville de Perse dans la province de Segestan; elle a produit parmi les gens de lettres, Mohamed - Ben - Keram, auteur de la secte des Kéramiens. (D. J.)

ZERGUE

ZERGUE, (Géog. mod.) petite riviere de France au Beaujolois; elle a sa source dans la paroisse de Poule, & coule dans la Saone, vis - à - vis de Trévoux. (D. J.)

ZERIGAN

ZERIGAN, (Géog. mod.) ville de Perse dans l'Itaque babylonienne, dans une plaine renfermée en<pb->

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.