ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 16:493

La façon de passer le cordon & la cordeline dans les lisses pour faire cette lisiere mystérieuse, est la même qui a été démontrée dans l'article des satins à 8 lisses, c'est - à - dire, que du côté droit par lequel on commence à passer la navette, il faut passer un fil le premier sur la premiere lisse, sur la quatrieme, la cinquieme, & sur la huitieme; le second est passé sur la seconde, la troisieme, sur la sixieme & la septieme, en recommençant par le troisieme, comme par le premier & le quatrieme, comme le second, ainsi des autres jusqu'à la fin. Il n'en est pas de même pour le côté à gauche, là il faut commencer à passer le premier sur la troisieme, la quatrieme, la septieme & la huitieme, le second sur la premiere, la seconde, la cinquieme & la sixieme, & continuer comme dans la partie du côté droit.

Ce qui rend la façon de faire cette lisiere impossible à nos Lyonnois, est qu'ils ne sauroient penser que l'on montât des damas à 8 lisses, attendu que chacune des huit ne contiendroit que 11 portées, & un quart pour une chaîne de 90 portées, de même que sur une chaîne de 100 portées, il ne se trouveroit que 12 portées & demie sur chaque lisse, ce qui rendroit le damas trop maigre, puisque sur 100 portées à 5 lisses, elles portent chacune 20 portées. Les Génois pour parer à cet inconvénient mettent 120 portées pour les damas de cette espece, ce qui leur donne 15 portées sur chaque lisse, & fournit autant qu'il le faut la lisse; & comme la chaîne est infiniment mieux garnie, la diminution qu'on est obligé de faire sur la trame fait que le tout revient au même; au contraire, le satin dans ce genre d'étoffe est infiniment plus beau, vu la quantité supérieure d'organsin dont la chaîne est composée.

Si la façon de faire cette lisiere vient à la connoissance de nos Lyonnois par le moyen de l'Encyclopédie, ils seront surpris que la lecture de ce livre leur enseigne ce qu'ils ne devroient pas ignorer, ce qui ne sauroit flatter leur amour propre, quoiqu'ils ne doutent point ou ne doivent pas douter que les Génois fabriquent mieux le velours & le damas que nous.

TOURTE

TOURTE, voyez Tourterelle.

Tourte

Tourte, s. f. terme de Pâtissier; c'est une piece de pâtisserie qu'on fait cuire dans une tourtiere, & qui est faite de pigeonneaux, de béatille, de moelle ou de fruits. (D. J.)

Tourte

Tourte, terme de Verrerie; c'est une plate - forme de figure ronde, sur laquelle posent les pots ou creusets, dans lesquels on met la matiere de verre.

TOURTEAUX

TOURTEAUX, s. m. (Droguerie.) masse que l'on compose du résidu de certains grains, fruits ou matieres dont on a exprimé de l'huile.

Tourteau

Tourteau, terme de Blason; ce mot ne se dit maintenant en blason que de ces représentations de gâteaux qui sont de couleur, à la différence des besans qui sont de métal.

Le tourteau est plein comme le besan, sans aucune ouverture, autrement ce seroit un cercle ou un anneau. Il est ainsi nommé, à cause de sa rondeur. Quelques - uns lui donnent différens noms, selon sa différente couleur, & appellent ogoeses ceux de sable; gulpes, ceux de pourpre; guses, ceux de gueules; heurtes, ceux d'azur; & pommes ou volets, ceux de sinople.

Tourteau - besan, est une piece ronde d'armoiries, qui est moitié de couleur, & moitié de métal, soit qu'elle soit partie, tranchée ou coupée de l'un en l'autre. On commence à nommer la couleur la premiere. Ce mot vient du latin torta, qui se disoit d'une espece de pains tortillés, qui sont représentés par des tourteaux. Ménetrier. (D. J.)

Tourteau

Tourteau, (Artificier.) les artificiers appellent ainsi de la vieille corde ou de la vieille mêche dé<cb-> tortillée, que l'on trempe dans la poix ou le goudrons & qu'on laisse sécher, pour s'en servir ensuite à éclairer dans les fossés & autres lieux d'une place assiégée: on le fait de la maniere suivante.

Prenez de la poix noire douze livres, suif ou graisse six livres, le tout fondu ensemble à petit feu, puis ajoutez - y trois parties d'huile de lin, faites bouillir le tout; prenez ensuite de vieilles meches ou de vieilles cordes, faites - en des cordons de la grandeur que vous voudrez, mettez - les bouillir dans ces matieres; & si vous voulez qu'ils ne brûlent pas si fort, mettez - y deux livres de colophone, & deux livres de térébenthine.

TOURTELETS

TOURTELETS, s. m. terme de Pâtisserie; ce sont des morceaux de pâte larges comme la main, & déliés presque comme une feuille de papier, qu'on fait cuire dans de l'eau avec du sel & du beurre, & qu'on mange d'ordinaire les jours maigres. (D. J.)

TOURTERELLE

TOURTERELLE, Turterelle, Tortorelle, Turtrelle, Tourte, s. f. (Hist. nat. Ornitholog.) turtur; oiseau que M. Brisson a mis dans le genre des pigeons; il a 11 pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu'à l'extrémité de la queue, & seulement 9 pouces jusqu'au bout des ongles; l'envergure est d'un pié huit pouces; les aîles étant pliées s'étendent jusqu'aux trois quarts de la longueur de la queue. Le dessus de la tête & de la face supérieure du cou est cendré; le bas de cette même face du cou, le dos, le croupion & les plumes qui recouvrent l'origine de la queue ont une couleur brune. Les petites & les moyennes plumes des aîles sont en partie brunes & en partie rousses; le milieu de chaque plume est noir, & les bords sont roux; les grandes plumes ont une couleur brune, à l'exception des bords extérieurs, qui sont blanchâtres. La face inférieure du cou & le dessus de la poitrine ont une couleur rouge vineuse; le bas de la poitrine & les côtés du corps sont d'un gris - brun; le ventre, les jambes & les plumes du dessous de la queue, ont une couleur blanche. Les plumes de la queue sont d'un gris - brun en - dessus, & noirâtres en - dessous; elles ont toutes l'extrémité blanche, excepté les deux du milieu; la plume extérieure de chaque côté a les barbes externes blanches. Il y a de chaque côté du cou une grande tache noire, & traversée par trois ou quatre lignes blanches, qui descendent obliquement vers le dos, & qui forment une espece de collier: les yeux sont entourés d'un petit cercle rouge. Ornit. de M. Brisson, t. I. Voyez Oiseau.

Tourterelle

Tourterelle, (Diette & Mat. médic.) Voyez Pigeon.

Tourterelle d'Amérique

Tourterelle d'Amérique, turtur Americanus; cet oiseau est de la grosseur de notre tourterelle; il a environ 11 pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu'à l'extrémité de la queue: les aîles étant pliées, ne s'étendent guere qu'au quart de la longueur de la queue. La partie antérieure de la tête & la gorge sont d'un brun roussâtre, & le derriere de la têté a une couleur cendrée bleuâtre; il y a de chaque côté à l'endroit où le cendré & le brun se réunissent, une petite tache noire & ronde, qui a environ deux lignes de diametre. La face supérieure du cou, la partie antérieure du dos, les grandes plumes des épaules, les petites & les moyennes plumes des aîles sont d'un brun obscur, & il y a de plus sur les moyennes plumes des aîles & sur les grandes des épaules des taches noirâtres & ovales de différentes grandeurs. La partie postérieure du dos & le croupion, ont une couleur qui tire sur le cendré; la face inférieure du cou & la poitrine sont d'une couleur de rose, qui s'affoiblit par degré en descendant vers la poitrine: les plumes du ventre, des jambes & du dessous de la queue ont une couleur brune mélée d'un peu de cendré. Il y à de chaque côté de la tête une petite ligne

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.