ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 1:36

par des Rois, dont l'autorité duroit autant que leur vie, ensuite par deux Consuls annuels; que cet usage fut interrompu pendant quelques années; que l'on élut des Décemvirs qui avoient la suprème autorité, mais qu'on reprit bien - tôt l'ancien usage d'élire des. Consuls: qu'enfin Jules César, & après lui, Auguste, s'emparerent de la souveraine autorité; qu'eux & leurs successeurs furent nommés Empereurs: il me semble que cette idée générale s'entend en ce qu'elle est en elle - même: mais nous avons des abregés qui ne nous donnent qu'une idée confuse qui ne laisse rien de précis. Un célebre Abréviateur s'est contenté de dire que Joseph fut vendu par ses freres, calomnié par la femme de Putiphar, & devint le Surintendant de l'Égypte. En parlant des Décemvirs, il dit qu'ils furent chassés à cause de la lubricité d'Appius; ce qui ne laisse dans l'esprit rien qui le fixe & qui l'éclaire. On n'entend ce que l'Abréviateur a voulu dire, que lorsque l'on sait en détail l'Histoire de Joseph & celle d'Appius. Je ne fais cette remarque que parce qu'on met ordinairement entre les mains des jeunes gens des abregés dont ils ne tirent aucun fruit, & qui ne servent qu'à leur inspirer du dégoût. Leur curiosité n'est excitée que d'une manicre qui ne leur fait pas venir le desir de la satisfaire. Les jeunes gens n'ayant point encore assez d'idées acquises, ont besoin de détail; & tout ce qui suppose des idées acquises, ne sert qu'à les étonner, à les décourager, & à les rebuter.

En abregé, façon de parler adverbiale, summatim. Les jeunes gens devroient recueillir en abregé ce qu'ils observent dans les Livres, & ce que leurs Maitres leur apprennent de plus utile & de plus intéressant. (F)

Abregé

Abregé ou Abréviation, lorsqu'on veut écrire avec diligence, ou pour diminuer le volume, ou en certains mots faciles à deviner, on n'écrit pas tout au long. Ainsi au lieu d'écrire Monsieur & Madame, on écrit Mr ou Me par abréviation ou par abrégé. Ainsi les abréviations sont des lettres, notes, caracteres, qui indiquent les autres lettres qu'il faut suppléer. D. O. M. c'est - à - dire, Deo optimo, maximo. A. R. S. H. Anno reparatoe salutis humanoe. Au commencement des Epîtres latines, on trouve souvent S. P. D. c'est - à - dire, Salutem plurimam dicit. Aux Inscriptions, D. V. C. c'est - à - dire, Dicat, vovet, consecrat. Sertorius Ursatus a fait une collection des explications De Notis Romanorum. (F)

ABREGÉ

ABREGÉ, s. m. partie de l'Orgue. C'est un assemblage de plusieurs rouleaux par le moyen desquels on répand & l'on transmet l'action des touches du clavier dans une plus grande étendue. Voyez la Figure 20. Planches d'Orgue.

S les sommiers n'avoient pas plus d'étendue que le clavier, il suffiroit alors de mettre des targettes qui seroient attachées par leur extrémité inférieure aux demoiselles du clavier, & par leur extrémité upérieure aux anneaux des boursettes. Il est sensible qu'en baissant une touche du clavier, on tireroit sa targette qui feroit suivre la boursette, l'esse & la soupape correspondante. Mais comme les soupapes ne peuvent pas être aussi près les unes des autres que les touches du clavier dont 13, nombre de touches d'une octave y compris les feintes, ne font qu'un demi - pié, puisqu'il y a tel tuyau dans l'Orgue, qui porte le double; il a donc fallu nécessairement les écarter les ues des autres: mais en les éloignant les unes des autres, elles ne se trouvent plus vis - à - vis des touches correspondantes du clavier, d'où cependant il faut leur transmettre l'action. Il faut remarquer que l'action des touches du clavier se transmet par le moyen des targettes posées verticalement, & ainsi que cette action est dans une ligne verticale. Pour remplir cette indication, on fait des rouleaux B C, Fig. 21. qui sont de bois & à huit pans d'un pouce ou environ de diametre: aux deux extrémités de ces rouleaux que l'on fait d'une longueur convenable, ainsi qu'il va être expliqué on met deux pointes de fil de fer d'une ligne ou une demi - ligne de diametre pour servir de pivots. Ces pointes entrent dans les trous des billots. A A. Voyez Billots. Soit maintenant la ligne E D, la targette qui monte d'une touche de clavier au rouleau, & la ligne GF celle qui descend de la soupape au même rouleau. La distance FD entre les perpendiculaires qui passent par une soupape, & la touche qui doit la faire mouvoir s'appellera l'expansion du clavier. Les rouleaux doivent être de trois ou quatre pouces plus longs que cette étendue. Ces trois ou quatre pouces doivent être repartis également aux deux côtés de l'espace IK qui est l'espace égal & correspondant du rouleau. A l'espace FD, aux points I & K, on perce destrous qui doivent traverser les mêmes faces. Ces trous servent à mettre des pattes IF, KD de gros fil de fer. Ces pattes sont appointées par l'extrémité qui entre dans le rouleau, & rivées après l'avoir traversé; l'autre extrémité de la pate est applatie dans le sens vertical, & percée d'un trou qui sert à recevoir le leton des targettes. Les pattes ont trois ou quatre pouces de longueur hors du rouleau, & sont dans le même plan horisontal. On conçoit maintenant que si l'on tire la targette ED attachée à une touche, en appuyant le doigt sur cette touche, l'extrémité D de la patte DK doit baisser. Mais comme la patte est fixée dans le rouleau au point K, elle ne sauroit baisser par son extrémité D sans faire tourner le rouleau sur lui - même d'une égale quantité. Le rouleau en tournant fait suivre la patte IF dont l'extrémité F décrit un arc de cercle égal à celui que décrit l'extrémité D de l'autre patte, & tire la targette FG à laquelle le mouvement de la targette E a ainsi été transmis. Cette targette FG est attachée à la boursette par le moyen du leton H. Voyez Boursette, Sommier.

Un abregé est un composé d'autant de rouleaux semables à celui que l'on vient de décrire, qu'il y a de touches au clavier ou de soupapes dans les sommiers. Tous les rouleaux qui composent un abregé sont rangés sur une table ou planche EFGH, Fig. 20, dans laquelle les queues des billots entrent & sont collées. Une de leurs pattes répond directement au - dessus d'une touche du clavier LM, à laquelle elle communique par le moyen de la targette ab. L'autre patte communique par le moyen d'une targette cd à une soupape des sommiers SS, TT qui s'ouvre, lorsque l'on tire la targette du clavier en appuyant le doigt sur la touche à laquelle elle est attachée, ce qui fait tourner le rouleau & tirer la targette du sommier. On appelle targette du clavier celle qui va du clavier à l'abregé, & targette du sommier celle qui va de l'abregé au sommier. Les unes & les autres doivent se trouver dans un même plan vertical dans lequel se doivent aussi trouver les demoiselles du clavier & les boursettes des sommiers. Par cette ingénieuse construction, l'étendue des sommiers qui est quelquefois de 15 ou 20 piés, se trouve rapprochée ou réduite à l'étendue du clavier qui n'est que de deux piés pour quatre octaves. C'est ce qui lui a fait donner le nom d'abregé, comme étant les sommiers réduits ou abregés.

Dans les grandes Orgues qui ont deux sommiers placés à côté l'un de l'autre en cette sorte ACB, les tuyaux des basses & des dessus sont repartis sur tous les deux; ensorte que les plus grands soient vers les extrémités extérieures A - B, & les plus petits vers C; les tuyaux sur chaque sommier se suivent par tons, en cette sorte:

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.