Dictionnaire de l'Académie Française, 4ème edition (1762)

RECHERCHE Accueil Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 21

On l'emploie contre l'asthme & les maladies du poumon.

ACHIT. s.m. Espèce de vigne qui croît dans l'île de Madagascar. Elle porte beaucoup de grappes.

ACHOPPEMENT. s.m. Il ne se dit guère que dans cette phrase, Pierre d'achoppement, pour dire, Occasion de faillir, de tomber dans l'erreur. Les gens déréglés sont des pierres d'achoppement pour ceux qui les fréquentent. Ces sortes de propositions sont des pierres d'achoppement pour les foibles.

ACHORES. s.m.p. Petits ulcères qui viennent à la tête & aux joues, espèce de teigne qui attaque principalement les enfans.

ACIDE. s.m. Un des sels qu'on appelle primitifs. Lorsque ce sel est pur, il est toujours dans un état fluide; il imprime sur la langue une saveur piquante semblable à celle qu'y excite le vinaigre; il change en rouge la couleur bleue des fleurs, & le suc qui en a été tiré: lorsqu'il est uni avec le sel qu'on appelle alcali, il forme des sels concrets que l'on nomme sels neutres. Les Chimistes comptent trois acides. I. L'acide vitriolique ou acide universel, c'est celui qui se tire du vitriol, c'est le même que l'acide du souffre, & il est généralement répandu dans l'air. 2. L'acide nitreux, c'est celui qui se tire du nitre ou du salpêtre; on lui donne aussi le nom d'eau forte ou d'esprit de nitre. 3. L'acide du sel marin, c'est celui qui se tire du sel commun; on le nomme esprit de sel. L'un de ces acides, lorsqu'il a été tiré des plantes ou des végétaux, tel que le verjus, le jus de citron, le vinaigre, s'appelle Acide végétal, pour le distinguer des acides qui se tirent du règne minéral, que l'on nomme Acides minéraux.

Acide, est aussi adjectif. On dit, Un sel acide, une liqueur acide. Alors il désigne une liqueur, ou un sel où l'acide domine.

ACIDITÉ. s.f. Qualité de ce qui est acide. L'acidité de l'oseille, l'acidité du verjus.

ACIDULE. adj. de t. g. Qui est de la nature des acides. On se sert de ce mot, quoiqu'assez improprement, pour désigner des eaux minérales froides, lors même qu'elles ne contiennent point de sel acide, & pour les distinguer des eaux minérales chaudes, que l'on nomme eaux thermales. Dans ce sens on dit, que Les eaux de Passy sont acidules.

ACIER. s.m. Nom que l'on donne à du fer, lorsqu'il est parfaitement pur, & très-chargé de ce que les Chimistes appellent le principe inflammable ou phlogistique, ce qui le rend beaucoup plus dur & plus élastique que le fer ordinaire. Acier de bonne trempe. Acier de Damas. Lame d'acier. Couteau d'acier.

ACOLYTE. s.m. Clerc promu à l'un des quatre Ordres mineurs, & dont l'office est de porter les cierges, de préparer le feu, l'encensoir, le vin & l'eau; & de servir à l'Autel le Prêtre, le Diacre & le Soudiacre. Faire les fonctions d'Acolyte à une grande Messe.

ACOMAS. s.m. Arbre dont le bois est propre à la construction des navires.

ACONIT. s.m. Espèce de plante vénéneuse.

ACOQUINANT, ANTE. adj. Qui acoquine, qui attire. Le feu est acoquinant. Une vie acoquinante. Il est familier.

ACOQUINER. v.a. Attirer, attacher, faire contracter une habitude. Le métier de gueux acoquine ceux qui l'ont fait une fois. L'oisiveté acoquine. En hiver le feu acoquine. Il est familier.

Il est aussi réciproque & signifie, S'attacher trop. S'adonner trop. Il s'est acoquiné auprès de cette femme, il perdra sa fortune. Il s'est acoquiné en ce pays-là. S'acoquiner au jeu.

Il se dit aussi de quelques animaux domestiques. Il ne faut pas qu'un chien de chasse s'acoquine à la cuisine. Un chat qui s'acoquine auprès du feu.

ACOQUINÉ, ÉE, participe .

ACOUSMATE. s.m. Bruit de voix humaines ou d'instrumens qu'on s'imagine entendre dans l'air.

ACOUSTIQUE. s.f. Théorie des sons & de leurs propriétés. Traité d'acoustique.

ACOUSTIQUE Se dit aussi adjectivement, en parlant des instrumens qui servent à augmenter le son. Cornet acoustique.

ACQUÉREUR. s.m. Celui qui acquiert. Il ne se dit guère que de celui qui acquiert des biens immeubles. Acquéreur de bonne foi. Un tel, présent acquéreur. Nouvel acquéreur.

On dit proverbialement, Il y a plus de fous acquéreurs, que de fous vendeurs.

ACQUÉRIR. v.a. J'acquiers, tu acquiers, il acquiert; nous acquérons, vous acquérez, ils acquièrent. J'acquérois. J'ai acquis. J'acquis. J'acquerrai. Acquiers. Que j'acquisse. J'acquerrois. Acquérant. Acquis. Rendre sien par achat, faire acquisition de quelque chose d'utile & d'agréable. [alt p. 16] Acquérir une terre, une charge, une maison, un pré, une rente. Acquérir de ses deniers, des deniers d'autrui. Acquérir du bien légitimement. Acquérir du bien par de bonnes voies, par de mauvaises voies. Acquérir quelque chose en son nom, au nom d'autrui, sous le nom d'un autre. Il a beaucoup acquis depuis quelque temps. Il acquiert tous les jours. Il est en état d'acquérir.

On dit aussi, Acquérir les droits de quelqu'un. Acquérir un nouveau droit sur quelque chose.

ACQUÉRIR Se dit aussi de toutes les choses honnêtes qui se peuvent mettre au nombre des biens & des avantages. Acquérir de l'honneur, de la réputation, du crédit, de l'autorité, de la science. Il s'est acquis quantité d'amis. Il s'est acquis les bonnes graces de son maître. Vous avez acquis beaucoup de gloire en cette occasion.

ACQUIS, SE, participe Du bien mal acquis. Qualités naturelles, qualités acquises.

ACQUIS est aussi substantif, & dans cette acception on dit, qu'Un homme a de l'acquis, beaucoup d'acquis, pour dire, qu'Il est très-instruit dans sa profession; & cela se dit ordinairement en parlant d'un homme de lettres, d'un Médecin, d'un Avocat, &c.

ACQUÊT. s.m. Terme de Pratique. Chose acquise, ce que l'on a acquis. Il a fait un bel acquêt.

On dit proverbialement, qu'Il n'y a si bel acquêt que le don, pour dire, qu'Il n'y a point de bien plus légitimement, plus agréablement, & plus sûrement acquis, que celui est donné.

Next page


PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.