ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

ARMEE (Page 1:691)

ARMEE, s. f. (Art milit.) est un nombre considérable de troupes d'infanterie & de cavalerie jointes ensemble pour agir contre l'ennemi. Cette définition regarde les armées de terre. On peut définir celles de mer, qu'on appelle armées navales, la réunion ou l'assemblage d'un grand nombre de vaisseaux de guerre qui portent des troupes destinées à agir contre les vaisseaux ennemis. Voyez Flotte, Vaisseau, &c.

On comprend dans ce qui compose l'armée, l'artillerie, c'est - à - dire le canon & les autres machines de guerre, en usage dans l'attaque & la défense. « Toutes les troupes d'une armée étant divisées en escadrons & en bataillons, ces différens corps de cavalerie & d'infanterie peuvent être considérés comme les élémens de l'armée, de même que les [p. 692] hommes le sont de tous les corps dont elle est composée. Ainsi la formation de l'armée ne dépend que de l'arrangement des bataillons & des escadrons: comme l'action la plus considérable qu'elle puisse faire, est celle de livrer bataille, on appelle ordre de bataille celui qui s'observe dans la position des bataillons & des escadrons de l'armée.

On place les bataillons & les escadrons à côté les uns des autres, par les mêmes motifs qui font placer les hommes de cette maniere dans les différentes troupes: mais ces troupes ainsi placées dans l'ordre de bataille, ne sont point appellées troupes en rang, mais troupes en ligne ou en bataille; & l'on ne dit point non plus un rang de troupes, mais une ligne de troupes.

On met les troupes les unes derriere les autres, par les mêmes raisons qui font placer ainsi les hommes dont elles sont composées: mais on ne se sert pas du terme de file par rapport à cet arrangement. Si celles qui sont postées les unes derriere les autres sont destinées à se suivre, & qu'elles soient en grand nombre, on les appelle troupes en colonne, & l'on dit colonne de troupes, & non pas file de troupes. Si les troupes placées les unes derriere les autres ne sont pas destinées à se suivre, on ne les considere point par rapport à l'arrangement précédent, mais seulement par rapport aux autres troupes avec lesquelles elles sont en ligne. Ce dernier cas est beaucoup plus commun dans l'ordre de bataille que le premier.

Le nombre des lignes qu'on doit donner à l'armée n'est pas fixé, non plus que le reste de l'ordre de bataille: la différence des pays & des terreins où l'on doit combattre, & la disposition des ennemis, peuvent y occasionner des changemens considérables. Ainsi il paroît qu'on doit définir l'ordre de bataille: l'ordre & l'arrangement des bataillons & des escadrons d'une armée par rapport au terrein & aux desseins du général, & par rapport à l'arrangement que les ennemis ont pris, ou qu'ils peuvent prendre.

On n'entreprend point ici de donner tous les différens ordres de bataille ou exécutés ou possibles: on se contentera pour en donner une idée, d'en supposer un qui soit le plus conforme aux maximes en usage, & qu'on regardoit encore dans la guerre de 1701, comme des regles dont on ne devoit point s'écarter. On est fondé à en user ainsi sur ce qui se pratique réellement lorsqu'on assemble une armée. On suppose d'abord un ordre à peu près tel qu'on va le décrire, pour assigner & pour apprendre à chaque troupe le poste où elle doit être: on en fait un état dont on distribue des copies aux officiers principaux. Cet ordre n'est pas pour cela regardé comme quelque chose de fixe, & le général y fait dans la suite les changemens qu'il juge à - propos.

Voici les maximes qui dans les dernieres guerres » servoient de base à l'ordre de bataille.

Principes ou maximes qui servent de fondement à l'ordre de bataille. Premiere maxime. « Former l'armée sur deux lignes de troupes.

La ligne la plus proche des ennemis est appellée la premiere ligne; celle qui suit immédiatement, la seconde; celle qui suit la seconde, la troisieme; & ainsi de suite si l'on a un plus grand nombre de lignes: ce qui arrive lorsque le terrein ne permet pas » que l'armée soit seulement sur deux lignes.

II. maxime. « Garder quelques troupes outre celles qui composent les deux lignes, pour s'en servir au besoin, à porter du secours dans les endroits où il est nécessaire. Le corps composé de ces troupes, ou de bataillons & d'escadrons, est appellé réserve dans l'ordre de bataille. On en a vû jusqu'à trois dans les grandes armées. Le poste le plus naturel » des réserves est derriere la seconde ligne.

III, maxime. « Mettre toute l'infanterie au milieu de l'armée. L'espace qu'elle occupe ainsi placée,» se nomme le centre.

IV. maxime. « Placer la cavalerie également sur les deux flancs de l'infanterie. Cette cavalerie de » chaque ligne se nomme alors aîles de cavalerie.

V. maxime. « Laisser entre les bataillons un intervalle égal à leur front, & observer la même chose entre le escadrons; ensorte que par cette disposition les lignes ayent autant de vuide que de plein: ce qui fait que les bataillons & les escadrons peuvent se mouvoir facilement, & exécuter les différens mouvemens qui leur sont ordonnés par le général, sans que pour cela ils s'embarrassent les uns » les autres.

VI. maxime. « Placer les bataillons & les escadrons - de la seconde ligne vis - à - vis les intervalles de ceux de la premiere, afin qu'en cas de besoin les troupes de la seconde ligne puissent secourir aisément celles de la premiere; & que si les troupes de cette premiere ligne sont battues & mises en desordre, elles trouvent les intervalles de la seconde, par où elles peuvent se retirer sans causer de désordre à cette ligne, & qu'enfin elles puissent se » rallier ou reformer derriere.

VII. maxime. « Placer la seconde ligne environ à trois cens pas, ou cent cent cinquante toises de la premiere, afin que le feu des ennemis ne parvienne pas jusqu'à l'endroit qu'elle occupe. Dans le moment du combat, la seconde ligne s'approche davantage de la premiere; mais à cent toises elle perd du monde, & elle en perd beaucoup plus à » cinquante toises & à vingt - cinq.

Obsvations sur les maximes précédentes. « Suivant ces maximes, une armée doit avoir une très - grande étendue de la droite à la gauche, & très - peu de profondeur de la tête à la queue.

Pour connoître cette étendue, il faut savoir le nombre des bataillons & des escadrons dont la premiere ligne doit être composée, & quel doit être l'intervalle qui les sépare. Comme on connoît l'espace qu'occupe un bataillon & un escadron, il ne s'agit plus que d'une simple multiplication pour savoir l'étendue du terrein de cette premiere ligne, & par conséquent celui du front de l'armée.

Si l'on objecte à cela que les bataillons & les escadrons peuvent être fort différens les uns des autres, & qu'ainsi le calcul qu'on vient d'indiquer ne peut être exact, on répondra à cette objection, que si ces troupes different considérablemont entre elles, c'est aux officiers à qui il importe particulierement de connoître le terrein que l'armée doit occuper, de s'instruire de ces différences pour y avoir égard dans le calcul. Si ces différences ne sont pas considérables, ou si elles ne viennent que du nombre complet des troupes, on peut sans erreur sensible, ajoûter la moitié de la différence des plus fortes troupes aux plus petites, & regarder ensuite comme égales celles de la même espece: autrement il faut calculer l'étendue de chaque troupe en particulier, & les additionner ensemble avec les intervalles convenables. Ce calcul est un peu plus long que le précédent: mais il faut convenir aussi qu'il n'a rien de difficile.

M. le maréchal de Puysegur propose dans son excellent livre de l'art de la guerre, pour déterminer exactement le terrein nécessaire à une armée, de régler au commencement de la campagne le nombre de rangs que les bataillons & les escadrons doivent avoir. Pour cela il faut examiner la force ou le nombre des hommes de chacune de ses troupes, & fixer ce qu'il peut y en avoir à chaque rang par le plus grand nombre des bataillons & des escadrons. S'il s'en trouve quelques - uns qui ayent un front beau<pb-> [p. 693] coup plus grand que les autres, cet illustre général prétend qu'il faut leur donner un rang de plus, & en donner un de moins à ceux qui auront trop peu de front. De cette façon on pourroit regarder les bataillons & les escadrons, comme occupant toûjours le même front, & faire le calcul du terrein que toute l'armée doit occuper avec une très grande facilité.

Pour donner une idée du calcul qu'on vient d'indiquer, c'est - à - dire de celui qui est utile pour trouver l'espace nécessaire pour le front d'une armée, soit une armée de 48 bataillons & 80 escadrons, & soit supposé aussi que suivant l'usage ordinaire les intervalles sont égaux au front de chaque troupe, & qu'on veut disposer ou placer l'armée sur deux lignes. On aura 24 bataillons & 40 escadrons pour chaque ligne. On suppose que les bataillons sont de 650 hommes à 4 de hauteur, & les escadrons de 150 à 3 de hauteur; ce qui donne, en comptant 2 piés pour chaque soldat dans le rang, & 3 piés pour le cavalier, 54 toises pour le front du bataillon, & 25 pour celui de l'escadron. Multipliant donc 24 par 54, on aura 1296 toises pour le front de 24 bataillons, cy, . . . . 1296

On aura la même étendue pour les intervalles, ci, . . . . . . 1296

Pour le front des escadrons, on multipliera 40 par 25: ce qui donnera 1000 toises pour le front, ci, . . . . . . 1000

Il faut observer les mêmes espaces pour les intervalles », ci, . . . . . . 1000

Total du front de chaque ligne, 4592. « A l'égard de la profondeur du terrein occupé par l'armée, elle ne contient que celle de deux bataillons ou de deux escadrons, avec la distance de deux lignes, qu'on peut régler de 150 toises; ainsi cette profondeur n'auroit guere que 160 toises. On n'a point parlé des réserves dans ce calcul, parce qu'elles n'ont point de poste fixe & déterminé.

Il est difficile de ne pas convenir qu'une étendue de 4592 toises, ou de deux lieues communes de France, telle qu'est celle du front de l'armée qu'on vient de supposer, est exorbitante par rapport à la profondeur de cette même armée. Aussi d'habiles généraux pensent - ils qu'il seroit à propos de diminuer ce front en retranchant quelque chose de la grandeur des intervalles.

M. le maréchal de Puysegur est non - seulement de l'avis de ceux qui croyent que les grands intervalles sont préjudiciables & qu'il faut les diminuer: mais il pense encore qu'il seroit à - propos de faire combattre les troupes à lignes pleines, c'est - à - dire sans intervalle.

Il suppose, pour en démontrer l'avantage, 20 bataillons de 120 hommes de front sur six de hauteur, rangés à côté les uns des autres sans aucun intervalle, & que chaque bataillon occupe un espace de 40 toises de front: il suppose aussi 10 bataillons de pareille force, qui leur soient opposés & rangés à l'ordinaire av des intervalles égaux à leur front: cela posé, il paroît évident que les 20 bataillons battront sans difficulté les 10 opposés, & même 15 qui occuperoient un pareil front; car lorsque deux troupes combattent l'une contre l'autre, l'avantage doit être du côté de celle qui a le plus de combattans qui agissent ensemble dans le même lieu. Il est arrivé cependant quelquefois que des lignes pleines ont été battues par des lignes tant pleines que vuides: mais l'évenement en doit être attribué aux troupes de la ligne pleine, qui n'ont pas su entrer dans les intervalles de l'autre ligne, & attaquer le flanc des bataillons de cette ligne.

M. de Puysegur examine encore, si une armée rangée sur une seule ligne pleine sera placée plus avantageusement qu'une autre armée de pareil nombre de bataillons & d'escadrons rangée sur deux lignes tant pleines que vuides. Il est clair qu'alors les deux armées occuperont le même front: mais il ne l'est pas moins que si des deux troupes qui ont à combattre, l'une joint tout son monde & l'autre le sépare, celle qui attaque avec tout le sien a incontestablement un avantage considérable sur la partie qu'elle attaque, & qu'elle doit battre en détail toutes celles de la troupe dont le monde est séparé.

S'il est difficile de ne pas penser là - dessus comme l'illustre Maréchal qui fait cette observation, on peut lui objecter, & il ne se le disimule pas, que si la premiere ligne est rompue, la seconde vient à son secours pour en rétablir le desordre, & que la premiere peut alors se rallier derriere la seconde; au lieu qu'en combattant à ligne pleine, si l'effort de cette ligne ne réussit pas, l'armée se trouve obligée de plier sans pouvoir se reformer derriere aucun autre corps qui la couvre & qui la protege. A cela M. le maréchal de Puysegur, d'accord avec le savant marquis de Sancta - Crux, prétend que tout le succès d'une bataille dépend de l'attaque de la premiere ligne, & que si elle est rompue, la seconde ne peut guere rétablir le combat avec avantage. Ajoûtez à cela, que cette seconde ligne s'avançant avec la même foiblesse dans son ordre de bataille que la premiere, elle sera battue avec la même facilité par la ligne pleine, qui a presque le même avantage sur cette ligne que sur la premiere; on dit presque, parce qu'il n'est pas possible à la ligne pleine, de battre celle qui lui est opposée, sans déranger un peu son ordre, & que la seconde ligne arrivant dans ce moment, est en état d'attaquer la ligne pleine avec plus d'avantage que la premiere ne le pourroit faire. Il faut voir plus en détail dans l'ouvrage de M. le maréchai de Puysegur, tous les raisonnemens par lesquels il démontre en quelque façon ce qu'il dit à l'avantage des lignes pleines. Ce détail n'est point de la nature de ce traité, & nous n'en avons dit un mot, que pour exciter les militaires à ne pas négliger l'étude d'un livre aussi utile pour l'intelligence de leur métier, & dont ils peuvent tirer les plus grands avantages, pour en posséder parfaitement les principes.

Des divisions de l'armée, appellées brigades. S'il n'y avoit point de division dans l'armée que celle des bataillons & des escadrons, c'est - à - dire si elle étoit seulement partagée en plusieurs parties par ces différentes troupes, ou bien en partie du centre & en ailes, on pourroit dire que la premiere de ces divisions donneroit de trop petites parties, & la seconde de trop grandes. Mais comme on a vû par la formation des troupes en particulier, qu'il ne convient pas de les composer, ni d'un trop petit nombre d'hommes, ni d'un trop grand; il s'ensuit que les divisions de l'armée doivent être proportionnées de même d'un nombre de bataillons ou d'escadrons assez considérable pour produire de grands effets dans le combat, mais trop petit pour donner de l'embarras dans le mouvement de l'armée. Ce qu'on appelle division dans l'armée n'étant autre chose que l'union ou la liaison de plusieurs corps de troupes destinés à agir ensemble; l'union de plusieurs bataillons ou escadrons peut donc être considérée comme une division de l'armée.

Chaque régiment peut aussi être considéré comme une division: mais comme les régimens sont très - différens en France les uns des autres par le nombre d'hommes dont ils sont composés, la division de l'ordre de bataille par régimens ne con<pb-> [p. 694] viendroit pas; c'est pour cela qu'on en joint plusieurs ensemble, qu'on met sous les ordres d'un même chef appellé brigadier; & cette union de régimens, ou plûtôt des bataillons ou des escadrons qu'ils composent, se nomme brigade d'armée ou simplement brigade. Voyez Brigadier. Il suit de - là qu'on doit définir la brigade un certain nombre de bataillons ou d'escadrons destinés à combattre & à faire le service militaire ensemble sous les ordres d'un chef appellé brigadier.

Les troupes d'une même brigade sont sur la même ligne dans l'ordre de bataille, & placées immédiatement à côté les unes des autres: elles ne sont point de différente espece, mais seulement ou d'infanterie ou de cavalerie.

Toute l'armée est divisée par brigades: mais le nombre des bataillons ou des escadrons de chaque brigade n'est pas fixé. On regarde cependant le nombre de six bataillons ou celui de huit escadrons comme le plus convenable pour former les brigades: mais il y en a de plus fortes & de plus foibles.

Il y a encore quelques autres regles usitées dans la formation de l'ordre de bataille, par rapport au rang que les régimens ont entr'eux: mais on renvoye pour ce détail aux Ordonnances militaires, qui fixent le rang de chaque régiment, & l'on se restraint à ce qu'il y a de plus essentiel & de plus général dans l'ordre de bataille.

Les brigades suivent entr'elles le rang du premier régiment qu'elles contiennent: les autres régimens sont regardés comme joints avec ce premier, & ne faisant en quelque façon que le même corps. Conformément au rang de ce régiment, on donne aux brigades les postes d'honneur qui lui conviennent ». Voyez Poste d'honneur. Essai sur la Castramétation par M. Le Blond.

On a expérimenté en Europe, qu'un prince qui a un million de sujets, ne peut pas lever une armée de plus de dix mille hommes sans se ruiner. Dans les anciennes républiques cela étoit différent, on levoit les soldats à proportion du reste du peuple, ce qui étoit environ le huitieme, & présentement on ne leve que le centieme. La raison pourquoi on en levoit anciennement davantage, semble venir de l'égal partage des terres que les fondateurs des républiques avoient fait à leurs sujets, ce qui faisoit que chaque homme avoit une propriété considérable à défendre, & avoit les moyens de le faire. Mais présentement les tetres & les biens d'une nation étant entre les mains d'un petit nombre de personnes, & les autres ne pouvant subsister que par le commerce ou les arts, &c. n'ont pas de propriétés à défendre, ni les moyens d'aller à la guerre sans écraser leurs familles; car la plus grande partie du peuple est composée d'artisans ou de domestiques, qui ne sont que les ministres de la mollesse & du luxe. Tant que l'égalité des terres subsista, Rome, quoique bornée à un petit état, & dénuée du secours que les Latins devoient lui fournir après la prise de leur ville, sous le consulat de Camille, leverent cependant dix légions dans la seule enceinte de leur ville: ce qui, dit Tite - Live, étoit plus qu'ils ne peuvent faire à présent, quoiqu'ils soient les maîtres d'une grande partie du monde; & la raison de cela, ajoûte cet historien, c'est qu'à proportion que nous sommes devenus plus puissans, le luxe & la mollesse se sont augmentés. Voyez Tite - Live, Dec. I. liv. VII. consid. sur les caus. de la grand. des Rom. ch. iij. p. 24.

Anciennement nos armées étoient une sorte de milice composée des vassaux & des tenans des seigneurs. Voyez Vassal, Tenant, Seigneur, Service, Milice . Quand une compagnie avoit servi le nombre de tems qui lui étoit enjoint par son tenement ou par la coûtume du fief qu'elle tenoit, elle étoit licentiée. Voyez Tenement, Fief, &c.

Les armées de l'Empire consistent en différens corps de troupes fournies par les différens cercles d'Allemagne. Voyez Empire, Cercle. La principale partie de l'armée françoise, sous la premiere race, consistoit en infanterie. Sous Pepin & Charlemagne elles étoient composées également d'infanterie & de cavalerie: mais depuis le défaut de la ligne Carlovingienne, les fièfs étant devenus héréditaires, les armées nationales, dit le Gendre, sont ordinairement composées de cavalerie.

Les armées du Grand - Seigneur sont composées de janissaires, de spahis, & de timariots.

Armée d'observation (Page 1:694)

Armée d'observation, est une armée qui en protege une autre qui fait un siége, & qui est destinée à observer les mouvemens de l'ennemi pour s'y opposer.

Suivant M. le maréchal de Vauban, lorsqu'on fait un siége il faut toûjours avoir une armée d'observation: mais elle doit être placée de maniere qu'en cas d'attaque elle puisse tirer du secours de l'armée assiégeante, avec laquelle elle doit toûjours conserver des communications.

Armée royale (Page 1:694)

Armée royale, est une armée qui marche avec du gros canon, & qui est en état d'assiéger une place forte & bien défendue. On pend ordinairement le gouverneur d'une petite place, quand il a osé tenir devant une armée royale.

Armée a deux fronts (Page 1:694)

Armée a deux fronts, c'est une armée rangée en bataille sur plusieurs lignes, dont les troupes font face à la tête & à la queue, en sorte que les soldats des premieres & des dernieres se trouvent dos à dos. Cette position se prend lorsqu'on est attaqué par la tête & par la queue. (Q)

Armée navale (Page 1:694)

Armée navale: on appelle ainsi un nombre un peu considérable de vaisseaux de guerre réunis & joints ensemble: lorsque ce nombre ne passe pas douze ou quinze vaisseaux, on dit une escadre.

Quelques - uns se servent du mot de flotte, pour exprimer une escadre ou une armée navale peu considérable: mais cette expression n'est pas exacte; on la réserve pour parler de vaisseaux marchands qui sont réunis pour naviger ensemble. Voyez Flotte.

Une armée navale est plus ou moins forte, suivant le nombre & la force des vaisseaux dont elle est composée. La France en a eu de considérables à la fin du siecle dernier, & au commencement de celui - ci. En 1690, l'armée navale commandée par M. le comte de Tourville, vice - Amiral de France, étoit de 116 voiles; savoir 70 vaisseaux de ligne, depuis 100 canons jusqu'à 40 canons; 20 brûlots, 6 frégates, & 20 bâtimens de charge.

En 1704, l'armée navale commandée par M. le comte de Toulouse étoit de 50 vaisseaux de ligne, depuis 104 canons jusqu'à 54 canons; de quelques frégates, brûlots, & bâtimens de charge, avec 24 galeres.

Nous divisons nos armées navales en trois corps principaux, ou trois escadres, qu'on distingue par un pavillon qu'ils portent au mât d'avant; l'une s'appelle l'escadre bleue, l'autre l'escadre blanche, & la troisieme l'escadre bleue & blanche. L'escadre blanche est toûjours celle du commandant de l'armée. Ces trois escadres forment une avant - garde, un corps de bataille, & une arriere - garde; chaque vaisseau porte des flammes de la couleur de son escadre.

L'avant - garde est l'escadre la plus au vent, & l'arriere - garde, celle qui est sous le vent. Lors du combat ces trois escadres se rangent sur une même ligne, autant qu'il est possible; de sorte que le commandant se trouve au milieu de la ligne. (Z)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.