ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous subarticle

Arbre (Page 1:589)

Arbre de la science du bien & du mal, c'étoit un arbre que Dieu avoit planté au milieu du paradis. Il avoit défendu à Adam d'y toucher sous peine de la vie: quo enim die comederis ex eo, morte morieris. On dispute si l'aibre de vie & l'arbre de la science du bien & du mal étoient un même arbre. Les sentimens sont partagés sur cela. Voici les raisons qu'on apporte pour & contre le sentiment qui tient que c'étoit deux arbres différens. Moyse dit que Dieu ayant planté le jardin d'Eden, y mit toutes sortes de bons arbres, & en particulier l'arbre de vie au milieu du paradis; comme aussi l'arbre de la science du bien & du mal. Et lorsqu'il eut mis l'homme dans le paradis, il lui dit: mangez de tous les fruits du jardin, mais ne mangez pas du fruit de la science du bien & du mal: car au moment que vous en aurez mangé, vous mourrez. Et lorsque le serpent tenta Eve, il lui dit: pourquoi Dieu vous a - t - il défendu de manger de tous les fruits du jardin? Eve répondit: Dieunous a permis de manger des fruits du paradis, mais il nous a défendu d'user du fruit qui est au milieu du jardin, de peur que nous ne mourions. Le serpent répliqua: vous ne mourrez point; mais Dieu sait qu'aussi - tot que vous en aurez mangé, vos yeux seront ouverts, & vous serez comme des dieux, sachant le bien & le mal. Et après qu'Adam & Eve eurent violé le commandement du Seigmeur, Dieu les chassa du paradis, & leur dit: voilà Adam qui est devenu comme l'un de nous, sachant le bien & le mal; mais à présent de peur qu'il ne prenne encore du fruit de vie, qu'il n'en mange, & ne vive éternellemet, il le mit hors du paradis. Genes. ij. 9. ibid. v. 17. Genes. iij. 1. 2. 3. & v. 22.

De tous ces passages on peut inférer en faveur du sentiment qui n'admet qu'un arbre dont Dieu ait défendu l'usage à Adam. 1°. Qu'il n'est pas nécessaire d'en reconnoître deux; le même fruit qui devoit conférer la vie à Adam, pouvant aussi donner la science. 2°. Le texte de Moyse peut fort bien s'entendre d'un seul arbre: Dieu planta l'arbre de la vie, ou l'arbre de la science. Souvent dans l'Hébreu la conjonction & est équivalente à la disjonctive ou; & de la même maniere, de peur qu'il ne prenne aussi du fruit de vie, & ne vive éternellement, se peut expliquer en ce sens: de peur que, comme il en a pris, croyant y trouver la science, il n'y retourne aussi pour y trouver la vie. 3°. Enfin le démon attribue véritablement au même arbre le fruit de la vie & le fruit de la science: vous ne mourrez point; mais Dieu sait qu'aussi - tôt que vous aurez mangé de ce fruit, vous saurez le bien & le mal. Il les rassûre contre la peur de la mort, & leur promet la science en leur offrant le fruit défendu.

Mais l'opinion contraire paroît mieux fondée dans la lettre du texte. Moyse distingue manifestement ces deux arbres, l'arbre de la vie, & l'arbre de la science: pourquoi les vouloir confondre sans nécessité? la vie & la science sont deux effets tous différens: pourquoi vouloir qu'ils soient produits par le même fruit? Estce trop que de défendre à Adam l'usage de deux arbres? Le discours que Dieu tient à Adam après son péché, paroît bien exprès pour distinguer ici deux arbres: de peur qu'il ne prenne aussi du fruit de vie, & ne vive éternellement, comme s'il disoit, il a déjà goûté du fruit de la science, il faut l'éloigner du fruit de vie, de peur qu'il n'en prenne aussi. Le démon à la vérite rassûre Eve & Adam contre la crainte de la mort: mais il ne leur offre que le fruit de la science, en leur disant que dès qu'ils en auront goûté, ils seront aussi éclairés que les dieux; d'ou vient qu'après leur péché, il est dit que leurs yeux furent ouverts. Ces raisons nous font préférer ce dernier sentiment au premier. Voyez S. Augustin, lib. VI. de l'ouvrage imparfait contre Julien, cap. xxx. p. 1359. & suiv.

On demande quelle étoit la nature du fruit défendu. Quelques - uns ont cru que c'étoit le froment; d'autres que c'étoit la vigne; d'autres le figuier, d'autres le cerisier; d'autres le pommier: ce dernier sentiment a prévalu, quoiqu'il ne soit guere mieux fondé que les autres. On cite pour le prouver le passage du Cantique des cantiques: je vous ai éveillée sous un pommier, c'est là que votre mere a perdu son innocence; comme si Salomon avoit voulu parler en cet endroit de la chûte de la premiere femme. Rabb. in Sanhedrin, fol. 70. Theodos. apud Theodoret. quoest. xxviij. in Gent. Indor. Pelus. liv, I. épitr. ij. canticor. viij. 5.

Plusieurs Anciens ont pris tout le récit de Moyse dans un sens figuré, & ont cru qu'on ne pouvoit expliquer ce récit que comme une allégorie.

S. Augustin a cru que la vertu de l'arbre de vie, & de l'arbre de la science du bien & du mal, étoit surnaturelle & miraculeuse: d'autres croyent que cette vertu lui étoit naturelle. Selon Philon l'arbre de vie marquoit la piété, & l'arbre de la science la prudence. Dieu est auteur de ces vertus. Les Rabbins racontent des choses incroyables & ridicules de l'arbre de vie. Il étoit d'une grandeur prodigieuse; toutes les eaux de la terre sortoient de son pié; quand on auroit marché cinq cens ans, on en auroit à peine fait le tour. Peut - être que tout cela n'est qu'une allégorie: mais la chose ne mérite pas qu'on se fatigue à en chercher le sens [p. 590] caché. August. de Genes. ad Litter. lib. VIII. & lib. II. de peccat. Merit. c. xxj. Joseph, Antiq. lib. I. Bonavent. Hugo Victor. &c. Philo de Opificio mundi, pag. 35. Basnage, hist. des Juifs, liv. VI. cap. xij. art. 18. Calmet, dict. de la bibl. tom. I. lettre A. p. 205. (G)

Next subarticle


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.