ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

GEMATRIE ou GAMETRIE (Page 7:544)

GEMATRIE ou GAMETRIE, s. f. (Théol.) nom de la premiere espece de cabale artificielle des Juifs. Voyez Cabale.

La gématrie est une espece d'explication géométrique & arithmétique des mots, qui se fait en deux manieres, ce qui forme deux especes de gématries: la premiere tient plus de l'Arithmétique, & la seconde a plus de rapport à la Géométrie.

Celle - là consiste à prendre la valeur numérique de chaque lettre dans un mot ou dans une frase, & à donner à ce mot la signification d'un autre mot ou d'une autre frase, dont les lettres prises de même pour des chiffres, sont le même nombre; car on sait que chez les Hébreux, comme chez les Grecs, il n'y a point d'autres chiffres que les lettres de l'alphabet. Voyez Lettre & Caractere.

Ainsi un cabaliste ayant trouvé que les lettres de la frase hébraique, il a créé au commencement, présentent le même nombre que les lettres de cette autre frase hébraïque, il a été créé au commencement de l'année, il en conclura que le monde a été créé au commencement de l'année.

Ainsi c'est une opinion reçue chez les Cabalistes, que le monde a été créé au mois Thisri, qui étoit autrefois le premier de l'année. C'est le premier mois d'autonne, qui répondoit à - peu - près à notre mois de Septembre. De même dans la prophétie de Jacob, Genes. 49. 10. où il est dit, celui qui est envoyé viendra, ils disent que celui qui est promis là est le Messie, parce que les lettres font le même nombre que celles du nom qui signifie Messiah, Messie; car les unes & les autres font le même nombre 358.

La seconde espece de gématrie est plus difficile & plus obscure, aussi est - elle plus rare: elle s'occupe à chercher des signification abstruses & cachées dans les masures des édifices dont il est fait mention dans l'Ecriture, en divisant, multipliant ces grandeurs les unes par les autres. En voici un exemple pris de quelques cabalistes chrétiens.

L'Ecriture dit que l'arche de Noé étoit longue de 300 coudées, large de 50, & haute de 30. Le cabaliste prend pour la base de ses opérations la longueur de l'arche, 300; c'est en hébreu un : il divise cette longueur par la hauteur, qui est 30: il trouve 10, qui en hébreu s'exprime par un , qu'il met à droite du : il divise ensuite la même longueur par la largeur, qui est 50; ce qui lui donne pour quotient 6, qui en hébreu s'exprime par un , qui étant mis au côté gauche du , fait avec les deux autres lettres le nom de Jesus, . Ainsi par les regles de la cabale il s'ensuit qu'on ne peut se sauver que par Jesus - Christ, comme au tems du déluge porsonne ne fut sauvé hormis ceux qui étoient dans l'arche.

On trouve de même le nom de Jesus dans les dimensions du temple de Salomon. Mais c'est faire tort [p. 545] à la religion, que de l'appuyer de ces vaines subtilités. Voyez Figure. Diction. de Trév. & Chamb. (G)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.