ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

AE (Page 1:153)

AE. (Gramm.) Cette figure n'est aujourd'hui qu'une diphthongue aux yeux, parce que quoiqu'elle soit composée de a & de e, on ne lui donne dans la prononciation que le son de l'e simple ou commun, & même on ne l'a pas conservée dans l'orthographe Françoise: ainsi on écrit César, Enée, Enéide, Equateur, Equinoxe, Eole, Préfet, Préposition, &c.

Comme on ne fait point entendre dans la prononciation le son de l'a & de l'e en une seule syllabe, on ne doit pas dire que cette figure soit une diphthongue.

On prononce a - éré, exposé à l'air, & de même [p. 154] a - érien: ainsi a - é ne sont point une diphthongue en ces mots, puisque l'a & l'e y sont prononcés chacun séparément en syllabes particulieres.

Nos anciens Auteurs ont écrit par oe le son de l'ai prononcé comme un ê ouvert: ainsi on trouve dans plusieurs anciens Poëtes l'oer au lieu de l'air, aer, & de même oeles pour aîles; ce qui est bien plus raisonnable que la pratique de ceux qui écrivent par ai le son de l'é ouvert, Français, connaître. On a écrit connoître dans le tems que l'on prononçoit connoître; la prononciation a changé, l'orthographe est demeurée dans les Livres; si vous voulez réformer cette orthographe & la rapprocher de la prononciation présente, ne réformez pas un abus par un autre encore plus grand: car ai n'est point fait pour représenter ê. Par exemple, l'interjection hai, hai, hai, bail, mail, &c. est la prononciation du Grec TAI=, MOUSAI.

Que sion prononce par ê la diphthongue oculaire ai en palais, &c. c'est qu'autrefois on prononçoit l'a & l'i en ces mots - là; usage qui se conserve encore dans nos Provinces méridionales: de sorte que je ne vois pas plus de raison de réformer François par Français, qu'il y en auroit à réformer palais par palois.

En Latin oe & ai étoient de véritables diphthongues, où l'a conservoit toûjours un son plein & entier, comme Plutarque l'a remarqué dans son Traité des Festins, ainsi ai que nous entendons le son de l'a dans notre interjection, hai, hai, hai! Le son de l'e ou de l'i étoit alors très - foible, & c'est à cause de cela qu'on écrivoit autrefois par ai ce que depuis on a écrit par oe, Musai ensuite Musoe, Kaisar & Coesar. Voyez la Méthode Latine de P. R. (F)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.