ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous subarticle

HISTOIRE NATURELLE, REGNES ANIMAL, |QUADRUPEDES. |PLANCHE XV. (Page 23:2:8)

PLANCHE XV.

Les Tatous sont des animaux quadrupedes qui ont des caracteres qui les font aisément distinguer des au - tres. Ils n'ont point de dents incisives ni de dents cani - nes, mais seulement des dents molaires, & au - lieu de poils leur corps est couvert d'un test osseux qui occupe le dessus de la tête, le cou, le dos, les flancs, la croupe & la queue, il ne s'étend pas sur la gorge, la poitrine & le ventre, ces parties sont recouvertes par une peau grenue. Le test osseux est composé de plusieurs pieces, de façon que la partie antérieure & la partie postérieure du corps sont recouvertes chacune par une seule piece, & il y a sur le milieu du corps des ban - des mobiles attachées les unes aux autres par une peau qui permet à ces bandes de se replier les unes sur les autres: de façon que ces animaux quoique couverts d'un test solide, peuvent se mettre en boule à - peu - près comme le Hérisson. Le nombre de ces bandes va - rie dans les Tatous, & servent de caracteres pour di - stinguer les especes: les uns ont trois bandes, comme l'Aspar; d'autres six, comme l'Enconbert; d'autres huit, comme le Tatuette; d'autres neuf, comme le Cachi - came; d'autres douze, comme le Kabassou; & enfin il y en a qui ont dix - huit bandes, comme le Cirquinçon. Dans cette derniere espece les bandes mobiles au - lieu de n'occuper que le milieu du corps, comme nous avons dit, s'étendent au - delà, & recouvrent toute la partie postérieure du corps.

Le Kabassou, fig. 1. est le plus grand de tous les Tatous, il y a des individus de cette espece qui ont jusqu'à deux piés huit pouces de longueur, depuis le bout du mu - seau jusqu'à l'origine de la queue. Les Tatous en géné - ral se retirent dans des terriers qu'ils se creusent sous terre avec autant de facilité que la Taupe; ils y restent le jour & n'en sortent que la nuit pour aller chercher des fruits ou des racines dont ils font leur nourriture: on trouve toutes les especes ci - dessus en Amérique.

On a donné le nom de Paresseux à deux animaux d'Amérique, parce qu'ils ont la démarche difficile, mais cependant pas aussi lente que la plûpart des voya - geurs l'ont assuré; ces animaux ressemblent par leurs caracteres génériques aux Tatous, ils n'ont point de dents incisives ni de dents canines, ils ont seulement des dents molaires, & le corps couvert de poils.

L'Unau, fig. 2. & l'Ai, sont les deux seules especes que l'on connoisse; ils different entre eux par un cara - ctere très - sensible, c'est que l'Unau n'a que deux doigts aux piés de devant, & trois à ceux de derriere, au - lieu que l'Ai en a trois aux piés de devant comme à ceux de derriere; d'ailleurs l'Unau n'a point du tout de queue, & l'Ai en a une petite, ils se nourrissent tous les deux de feuilles d'arbres, sur lesquels ils grimpent avec beaucoup plus de facilité qu'ils ne marchent sur terre, parce que leurs ongles leur servent à saisir les branches, au - lieu qu'en marchant ils les tiennent cour - bés sous la paume du pié, ce qui les gêne beaucoup.

Le Sarigue ou l'Opossum, fig. 3. est du genre des [p. 2:9] Philanders, qui ont pour caracteres génériques dix dents incisives à la mâchoire supérieure, & huit à la mâchoire inférieure, quatre doigts à chaque pié, & un pouce séparé des autres doigts, comme dans les Singes, tous ces doigts garnis d'un ongle, à l'exception du pouce des piés de derriere qui n'a point d'ongle.

On distingue trois sortes de Philanders; savoir le Sarigue, fig. 3. la Marmose, & le Cayopolin. Ces trois animaux different beaucoup des autres par le tems de la gestation qui est très - court; à - peine leurs petits ont - ils vie quand ils naissent, ils restent ensuite collés cha - cun à une mamelle fort long - tems, & ils ne la quittent que quand ils peuvent marcher. Le Sarigue femelle a une poche sous le ventre dans laquelle sont les mamel - les, & qu'on pourroit regarder comme une seconde matrice, dans laquelle le foetus acheve de se dévelop - per & prend de l'accroissement. Les femelles des autres especes de Philanders n'ont point de poches, cependant leurs petits restent collés aux mamelles comme ceux du Sarigue pour achever de s'y former.

Les trois especes de Philanders ont quelques appa - rences du Rat par la couleur du poil & par la queue qui est longue, & qui n'est garnie de poils qu'à son origine, le reste est recouvert de petites écailles. Ils se creusent des terriers comme le Rat; le Sarigue est plus grand que la Marmose & que le Gayopolin, il a plus de quinze pouces de longueur depuis le bout du museau jusqu'à l'anus: ces trois especes d'animaux se trouvent en Amérique, & on en a donné la figure & l'histoire dans le tom. X. de l'Hist. Nat. gén. & part. &c.

Next subarticle


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.