ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous subarticle

CARACTERES ET ALPHABETS DE LANGUES MORTES ET VIVANTES, | |PLANCHE Iere. (Page 19:20:1)

PLANCHE Iere. Hébreu & Samaritain.

Les Hébreux ont vingt - deux lettres; leurs déno - minations sont significatives. Aleph signifie boeuf, chef; beth, maison; ghimel, un chameau; daleth, porte; vav, un crochet; zaïn, trait, glaive, massue; cheth, un quadrupede, un sac; theth, boue; iod, la main; caph, la paume de la main; lamed, pointe pour animer le boeuf au travail; mem, tache ou eau; noun, poisson, race, lignée; samech, appui; aïn, l'oeil; phe, la bouche, le visage; tsade, les côtés; coph, singe; resch, la tête; schin, les dents; tav, terme, borne. Comme il y a déja beaucoup de siecles que la langue hébraïque n'est plus une langue vivante, on ne peut répondre que tous ces noms signifient précisément ce qu'on leur fait signifier ici; mais il y en a plusieurs dont on est assuré. Ces dénomina - tions, selon moi, prouvent deux choses, la pre - miere, que les caracteres alphabétiques des Hé - breux avoient été empruntés des lettres sacrées ou hiérogrammes des Egyptiens; la seconde, que ces let - tres hébraïques, telles que nous les présentons ici, non plus que les samaritaines, ne sont point de la premiere antiquité, puisqu'elles devroient figurer les choses qu'elles signifient. Cependant à mettre en parallele les lettres hébraïques avec les samaritai - nes, & en les examinant attentivement d'après cette idée, je ne doute aucunement qu'on ne donne la prééminence aux lettres samaritaines; elles retien - nent plus de leur ancienne origine, que les lettres hébraïques; mais je suis persuadé que les unes & les autres viennent constamment des Egyptiens, qui sans doute avoient formé leur alphabet de quelques - unes de leurs lettres sacerdotales ou hiérogrammes; peut - être même doit - on envisager ces dénomina - tions aleph h, &c. comme les anciens noms égyp - tiens de ces lettres.

Les Hébreux comptent quatorze points - voyelles, dont cinq longs, cinq brefs, & quatre très - brefs. Les cinq longs & les cinq brefs sont appellés méla - kim, ou les rois; les cinq très - brefs sont les minis - tres. Les dénominations de ces points - voyelles, qui sont camets, tsere, chirek, cholem, patach, &c. ont leurs significations dans la langue hébraïque, quoi - que Capelle soutienne le contraire, & qu'il pré - tende que ce sont des mots étrangers à cette langue. Camets signifie le compresseur, parce qu'il faut serrer les levres pour le prononcer; patach, apertor, par - ce qu'il oblige à ouvrir les levres, &c.

Outre ces points - voyelles que l'on voit dans la Planche, les Hébreux en ont encore d'autres, que je n'aurois point omis, si cette Planche n'eût point été déja gravée lorsque j'ai eu la direction de ces al - phabets. Ces points sont le dagesch, qui se met dans le ventre de la lettre, & sert à la doubler; le map - pik, qui est un point qui se met dans le he finale, & le rend mobile. Les Hébreux ont aussi un grand nom - bre d'accens; savoir, douze qui se mettent sous les lettres, dix - huit qui se mettent dessus, quatre qui se mettent dessus & dessous, un qui se met à côté. Ces ac - cens servent à avertir d'élever ou de baisser la voix; il y a les accens aigu, grave & circonflexe; d'autres servent à distinguer les différens membres d'une phrase; enfin il en est aussi dont on ignore l'usage, mais qu'on ne laisse pas, nonobstant cela, de mar - quer dans le texte hébreu de la Bible, avec la plus sévere exactitude. Les doctes hébraïsans ont eu de grandes disputes entr'eux sur l'origine & l'antiquité de ces points & de ces accens; les uns, par un ex - cès de zele, ont prétendu soutenir que cette quan - tité prodigieuse de points & d'accens étoit aussi an - cienne que les lettres mêmes; leurs adversaires, au contraire, ont soutenu qu'ils étoient nouveaux, & de l'invention des Massoretes, qui trouverent le moyen de fixer la leçon du texte sacré, par l'appo - [p. 20:2] sition de ces points - voyelles & des autres remarques marginales. Mais il y a, je crois, un milieu à pren - dre entre deux sentimens si opposés; il ne s'agit que de réduire cette ponctuation hébraïque à la simpli - cité de la ponctuation arabe, & on verra que tout le reste n'a été imaginé que pour une plus grande exactitude, à cause de la profonde vénération que l'on a eu pour le texte hébreu. Masclef, chanoine d'Amiens, s'avisa en 1716, de publier une gram - maire hébraïque, dans laquelle rejettant & l'anti - quité des points, & l'autorité de la massore, il pré - tendit qu'on devoit donner aux lettres hébraïques le son qu'elles ont dans l'alphabet; ainsi par - tout où il se trouveroit un beth, ghimel, daleth, &c. il falloit prononcer be, ghi, da, &c. ensorte que suivant ce nouveau système, au lieu de moscheh, canaan, ma - nascheh, selomoh, il faudra lire, meschih, canouan, menouschih, silameh: système aussi ridicule que mal conçû, & qui ne tend pas moins qu'à renverser toute la grammaire hébraïque. « Quo nomine tantam ad - ficiam temeritatem, non invenio, dit le savant M. Schultenz, hoc non est illudere tantum orbi erudito, sed etiam insultare. Publicum, suamque in eo famam, parum curent necesse est, qui talia scribere audent. Ne mentionem quidem fecissem tantoe vanitatis, nisi mate - ria coegisset». En effet, l'ignorance grossiere qui fait la base de tout ce système, est telle que je n'eusse point rapporté moi - même ces paroles de M. Schul - tenz, si je n'avois eu dessein de détourner plusieurs personnes, qui encore aujourd'hui à Paris, perdent leur tems à vouloir apprendre l'hébreu d'après ces principes.

Next subarticle


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.