ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous subarticle

Accord (Page 1:79)

Accord de l'orgue. Ce mot a deux significations; premierement, il signifie la même chose que partition. Voyez Partition. Secondement, il signifie l'accord respectif de tous les jeux. C'est dans ce sens qu'il est pris dans cet article.

La partition est le fondement de l'accord: elle se fait sur le prestant qui tient le milieu entre tous les jeux de l'orgue. Quant au grave & à l'aigu, pour bien accorder, il est nécessaire d'être doüé d'une oreille extrèmement fine, ce qui s'appelle parmi les facteurs & les gens de l'art, avoir de l'oreille; c'est un don de la nature qu'un Maître ne sauroit communiquer.

Après que la partition est faite sur le prestant (ou sur la flûte, s'il n'y a point de prestant à l'orgue) on accorde à l'octave en - dessous le bourdon de quatre piés bouché. Ensuite on accorde le huitieme pié ouvert à l'unisson du bourdon de quatre piés bouché, & à l'octave au - dessous du prestant; on accorde ensuite la montre de seize piés à l'octave en - dessous du huitieme pié ouvert, du quatrieme pié bouché, & à la double octave en - dessous du prestant: on accorde ensuite le bourdon de seize piés à l'unisson de la montre de 16 piés, & à l'octave en - dessous du huitieme pié ouvert, du quatrieme pié bouché, & à la double octave en - dessous du prestant. Voyez la table du rapport des jeux. Fig. 67. Planche d'orgue.

On accorde ensuite le grand cornet composé de cinq tuyaux sur le prestant seul. Il faut remarquer que le grand cornet n'a que deux octaves, & que des cinq tuyaux qui le composent, il n'y a que le dessus de flûte qui s'accorde à l'unisson des tailles & des dessus du prestant; que les autres tuyaux, le dessus de bourdon, le dessus de nazard, le dessus de quarte nazard, & le dessus de tierce, s'accordent à l'unisson des jeux dont ils portent le nom. On accorde ensuite le cornet de récit & le cornet d'écho sur le prestant, comme on a accordé le grand cornet. On accorde ensuite la flûte sur le prestant seul, à l'unisson de laqueile elle doit être. Ensuite on accorde la double tierce à la tierce au - dessus du prestant, & sur tous les fonds de l'orgue. Ce qu'on appelle les fonds de l'orgue, sont tous les jeux de mutation plus graves que le preftant; comme qui diroit les basses de l'orgue, dont le prestant tient le milieu, y ayant autant d'octaves dans l'étendue de l'orgue au - dessus & au - dessous des quatre dont le prestant est composé. On accorde ensuite le nazard sur les fonds & à la quinte au - dessus du prestant. Le gros nazard s'accorde aussi sur les fonds à l'octave au - dessous du nazard & à la quarte au - dessous du prestant. On accorde [p. 80] ensuite la quarte de nazard sur les fonds & avec la double tierce, & le nazard: ce jeu doit sonner l'octave du prestant. On accorde ensuite la tierce sur les fonds & la double tierce, dont elle doit sonner l'octave, & sur le nazard & la quarte nazard. Ensuite on accorde le larigot sur les fonds accompagnés de la double tierce du nazard, dont il doit sonner l'octave de la quarte nazard, de la tierce. On accorde ensuite la doublette sur tous les fonds: elle doit sonner l'octave au - dessus du prestant. Sur la doublette & les fonds on accorde les deux parties du plein jeu, la fourniture & la cimbale, dont on bouche les tuyaux des rangs que l'on n'accorde pas avec des plumes d'oie ou de pigeon, afin de les empêcher de parler, & de mieux entendre l'accord de ceux qu'on laisse libres. Ensuite quand un rang est accordé, on accorde le rang suivant, dont on ôte les plumes que l'on remet dans le rang accordé, s'il est nécessaire. Voyez Fourniture & Cimbale.

La pédale de quarte s'accorde sur les fonds & à l'unisson des basses du prestant.

La pédale de huit ou flûte s'accorde aussi sur les fonds & à l'unisson du huitieme pié ouvert, ou à l'octave au - dessous du prestant.

Lorsque tous les jeux de mutation sont accordés, on accorde les jeux d'anches, à commencer par la trompette que l'on accorde à l'octave au - dessous du prestant seul. Sur la trompette on accorde la cromorne à l'unisson, à l'octave au - dessous de la trompette. On accorde la bombarde à l'octave au - dessus de la même trompette; on accorde le clairon qui sonne l'unisson du prestant. La voix humaine qui sonne l'unisson de la trompette s'accorde à l'octave au - dessous du prestant seul, & la voix angélique à l'unisson du même prestant. La trompette de récit qui n'a que deux octaves, sonne l'unisson des dessus de la trompette, dont elle ne differe qu'en ce qu'elle a le son plus net.

Les pédales des jeux d'anches s'accordent, savoir, celle de clairon à l'unisson des basses du clairon; s'il y a ravalement au clavier de pédale, le ravalement descend dans le huitieme pié à l'unisson de la trompette.

La pédale de trompette sonne l'unisson des basses de la trompette; le ravalement descend dans le seizieme pié à l'unisson de la bombarde.

La pédale de bombarde s'accorde à l'octave au - dessous des basses de la trompette, par conséquent elle sonne le seizieme pié; s'il y a ravalement, il descend dans le trente - deuxieme pié. Voyez la table du rapport des jeux, Fig. 67. & pour le mélange des jeux, l'article Jeux, & pour leur construction, leurs articles particuliers.

On accorde tous les jeux de mutation avec les accordoirs représentés, Fig. 49. Planche d'orgue. dont on coëffe les tuyaux ouverts ou à cheminée, pour diminuer l'orifice du tuyau & le faire baisser de ton; on enfonce au contraire les accordoirs dans les tuyaux, ce qui élargit leur ouverture quand on veut les faire hausser de ton. Dans un orgue bien accordé, la partition de chaque jeu doit être semblable à celle du prestant.


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.