ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 5:800

gneuses comme celles de l'épine - vinette, ou corticales comme celles du framboisier: les premieres partent du bois, & les dernieres de l'écorce.

Les petits poils dont plusieurs plantes sont revêtues, ont dans leur forme tant d'analogie avec les épines, que dans quelques - unes les poils un peu roides se changent en épines comme dans la tige de la bourrache, & même dans la partie supérieure de ses feuilles.

La base de chaque épine est composée de petites trachées ou vaisseaux excrétoires oblongs, rouges dans les tiges tendres, & verdâtres dans les autres. La hampe de l'épine est un tube plein d'un liquide transparent, qui sort par l'extrémité de ce tube quand on en rompt le bout.

On ne manque pas de plantes garnies de piquans, & quelques - unes, comme la courge, le sont dans leurs tiges, leurs feuilles; & leurs fleurs. Les branches de la bugrande, ou de l'atrête - boeuf, forment une palissade de pointes aiguës, qui percent l'endroit où sont posées les feuilles. L'ortie piquante, nommée par cette raison urtica aculeata, jette depuis sa tige quantité d'épines molles & foibles, entre lesquelles il en pousse d'autres plus fortes, plus grandes, droites, horisontales, courbes, diversement panchées tantôt en - haut, tantôt en - bas; elles sont plantées dans une base solide & ligneuse, s'élevent ensuite, & finissent en forme de stilet. La bardane pousse aussi des feuilles garnies de longues épines crochues.

Je ne détaillerai point les noms des arbustes & des arbres armés d'épines ligneuses ou corticales; ce sont des faits si connus, que plusieurs botanistes ont imaginé que le seul usage des épines étoit de servir de défense ou d'appui aux parties qu'elles avoisinent.

Le rosier, cet arbrisseau qui donne les plus belles & les plus odorantes fleurs du monde, est tout hérissé d'épines dans sa tige, ses fleurs, & ses feuilles. Les piquans de l'épine - vinette sortent de la tige d'une année, à l'origine de la feuille qui tombe, & se cachent sous l'apparence de boutons feuillus; ils sont revêtus d'une écorce molle, formée de vaisseaux excrétoires rouges & diaphanes: la partie ligneuse de l'épine de cet arbrisseau s'endurcit; & vient ensuite se terminer en pointe. A la base de cette épine, sous les petites feuilles de la tige, il se forme d'ordinaire une nouvelle épine, qui reçoit un pareil accroissement: enfin, pour abréger, toutes les especes de néflier, l'aubépine, & l'épine - jaune, sont si chargées d'aiguillons épineux, tournés en différens sens, qu'il n'est pas possible d'y porter la main sans se piquer.

Mais quel que soit le nombre des plantes épineuses, & la différente position de leurs épines, on remarque qu'en général elles naissent de la base des boutons, ou paroissent vers les noeuds des plantes. Est - ce que le suc nourricier qui doit servir à l'accroissement des boutons & des rejettons, n'ayant pas acquis dans les trachées la ténuité requise, & en conséquence ne pouvant être reçu dans les branches supérieures, perce nécessairement par la base des boutons, s'éleve ensuite en petit rejetton qui s'amenuise faute de nourriture, & devient finalement une pointe ligneuse, laquelle disparoît avec le tems à mesure que la plante s'éleve & prospere? C'est le système du célebre Malpighi, qui nous paroît cependant plus ingénieux que solide.

Il vaut mieux avoüer ici deux choses: l'une, qu'on n'a point encore trouvé la vraie cause de l'origine des épinès: l'autre, que leur utilité nous est également inconnue. Souvent les épines nous offrent dans leur distribution les mêmes variétés que les fleurs & les fruits; souvent elles suivent le même arrangement que les feuilles; souvent aussi le contraire se présente: en un mot, tout ce qui regarde cette matiere est un champ neuf à défricher. On a fait des recherches & des découvertes sur toutes les autres parties des plantes, le bois, l'écorce, la racine, les feuilles, les fleurs, les fruits, & les graines: mais on n'a jetté que de loin des regards sur les épines; il semble qu'on ait craint d'en approcher. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Epine - jaune

Epine - jaune, scolimus, (Hist. nat. bot.) genre de plante à fleur, composée de plusieurs demi - sleurons, portés chacun sur un embryon, dont le filet s'insere dans le trou qui est au - bas de chacun de ces demi - fleurons; ils sont séparés les uns des autres par une petite feuille, & ils sont soûtenus par un calice écailleux. Lorsque la fleur est passée, chaque embryon devient une semence qui tient à une petite feuille, & qui est attachée à la couche. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

Epine - Vinette

Epine - Vinette, berberis, (Hist. nat. bot.) genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposés en rond. Il s'éleve du milieu de la fleur un pistil, qui devient dans la suite un fruit de figure cylindrique, qui est mou, plein de suc, & qui renferme une ou deux semences oblongues. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

L'épine - vinette est un arbrisseau épineux, qui croît naturellement en Europe dans les bois & dans les haies des pays plus froids que chauds, & plûtôt en montagnes, que dans les vallées. Il pousse du pié plusieurs tiges assez droites, dont l'écorce lisse, mince, grise en - dessus, est d'une belle couleur jaune en - dessous. Ses jeunes branches sont hérissées d'épines foibles, longues, & souyent doubles ou triples. Il fait de copieuses racines qui sont peu profondes, & dont l'écorce est d'un jaune encore plus vif que celles des tiges. Sa feuille est ovale, finement dentelée, d'un verd tendre, & d'un goût aigrelet. Au commencement de Mai l'arbrisseau donne ses fleurs, qui durent pendant trois semaines: elles sont jaunâtres & assez apparentes, mais d'une odeur forte & desagréable. Le fruit qui succede est cylindrique, d'une belle couleur rouge, disposé en grappe comme la groseille sans épines, & d'un goût fort aigre, mais rafraîchissant & très - sain. Il mûrit au mois de Septembre.

Cet arbrisseau s'éleve jusqu'à dix piés quand on le cultive, mais le plus souvent il n'en a que quatre ou cinq. Il vient à toute exposition, & dans tous les terreins; cependant il se plaît davantage dans les terres fortes & humides. On peut le multiplier de graine, c'est la voie la plus longue; de branches couchées, qui font de bonnes racines la même année; de rejettons, que l'on trouve ordinairement au pié des vieux arbrisseaux, & c'est le plus court moyen; enfin par les racines mêmes, qui reprennent & poussent aisément en les plantant de la longueur du doigt. Le meilleur service que l'on puisse tirer de cet arbrisseau, c'est d'en former des haies vives qui croissent promptement, qui font une bonne défense, & qui sont de longue durée. On fait quelqu'usage en Bourgogne du fruit de cet arbrisseau, qui y est fort commun; on en fait des confitures, qui sont en réputation. L'écorce de ses racines a la propriété de teindre en jaune; on s'en sert aussi pour donner du lustre aux cuirs corroyés.

On connoît six especes ou variétés de cet arbrisseau.

1. L'épine - vinette commune; c'est principalement à cette espece qu'on doit appliquer ce qui vient d'être dit en général.

2. L'épine - vinette sans pepin; c'est une variété accidentelle qui se rencontre dans quelques vieux piés de l'espece commune, qui ont été cultivés, & qui sont sur le déclin: encore se trouve - t - il souvent que tous les fruits du même arbrisseau ne sont pas

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.