ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

"51"> rieur, & que ces deux arcboutans ayent 3 piés 4 pouces de long sur 4 pouces d'équarrissage.

Fortifiez les arcboutans I K, I K, de deux autres arcboutans horisontaux r t, r t, assemblés chacun par une de leurs extrémités r, r, avec les arcboutans I K des supports, & par leur autre extrémité t, t, avec deux autres arcboutans I K, assemblés chacun par un de leurs bouts k k avec le sommier inférieur a b, & par l'autre bout i i avec les pieces prismatiques A C, B D de la proue & de la poupe fig. 2. Pl. XXVIII. que les deux arcboutans r t, r t ayent chacun 3 piés 10 pouces de long sur 4 pouces d'équarrissage.

Et les deux arcboutans I K, I K de la poupe & de la proue, qui sont semblables à ceux des deux supports extrèmes ayent, comme ces arcboutans, 3 piés 4 pouces de long sur 4 pouces d'équarrissage.

Placez entre chaque support m n un rouleau z élevé de deux pouces au - dessus des côtés du bateau; que ce rouleau ait 15 pouces de long sur 4 pouces de diametre.

Ayez pour chaque bateau deux mâts de sapin de 18 piés de long sur 6 pouces de diametre par le bas.

Secondement, assemblez, Pl. XXIII. fig. 2, sur les neuf supports m n le sommier supérieur f g, ou une piece de bois de chêne de 18 piés de long sur 5 pouces d'équarrissage.

Que sa surface supérieure soit arrondie, & que l'arc de son arrondissement ait un pié de rayon.

Qu'elle soit garnie à des distances convenables, Pl. XXIX. fig. 2, de onze goujons de fer g g g d'un pouce de diametre sur 3 pouces 3 lignes de haut.

Que chacun de ces goujons parte du milieu d'une embrassure de fer, dont le sommier soit revêtu dans les endroits où ces goujons seront placés.

Que ce sommier soit percé, Pl. XXVIII. fig. 2, à 9 pouces de chacune de ses extrémités d'un trou u de 9 lignes de diametre.

Et qu'il porte à 6 pouces de chacune de ses extrémités deux bouts de chaîne u chacun de 6 pouces de long, & que ces bouts de chaîne partent d'une embrassure de fer, Pl. XXVIII. fig. 2.

Troisiemement, ayez des barres de fer r s, r s, Pl. XXVIII. fig. 5, de 24 piés de long sur 6 lignes de diametre.

Quatriemement, ayez des pieces de bois de chêne, Pl. XXVIII. fig. 5, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, &c. Pl. II. de 19 piés de long sur 8 pouces d'equarrissage.

Pratiquez à 6 pouces de chacune de leurs extrémités des ouvertures x, y, z, Pl. XXIX. fig. 1, en forme de cône renversé, dont la hauteur soit de 3 pouces 6 lignes, la base la plus petite d'un pouce 4 lignes de diametre, & la base la plus grande de 3 pouces 6 lignes.

Garnissez chacune de ces pieces à chacune de ces ouvertures d'une plaque de fer entaillée dans la piece & percée d'un trou correspondant à celui de la piece dont le diametre soit d'un pouce 4 lignes, Pl. XXVIII. fig. 4.

Terminez, Pl. XXIX. fig. 1, la partie supérieure des extrémités de chacune de ces pieces de biseaux l, b, t, de 6 pouces de long sur un pouce de haut.

Que celles de ces pieces qui occupent les parties latérales des travées soient garnies chacune à leur partie supérieure de trente - un pitons, & de même nombre à la partie inférieure; que celui de dessous soit posé perpendiculairement à celui de dessus, Pl. XXVIII. fig. 3 & 5.

Que toutes les pieces de bois des travées O O soient garnies de pitons à leurs extrémités XXXX, Pl. XXVIII. fig. 4 & 5.

Cinquiemement, ayez des attaches de fer r, s, v, Pl. XXVIII. fig. 3, n°. 1 & 2, composées de deux parties assemblées & mobiles en s, dont la partie r passe d'une ouverture pratiquée au bord du bateau en D ou C, & l'autre partie V se rende à la piece O, O, & qu'elles puissent jouer l'une & l'autre, l'une en D ou C, & l'autre en V.

Que ces attaches soient de 18 pouces sur 6 lignes de diametre.

Sixiemement, ayez des madriers p q, Pl. XXVIII. fig. 5, de 16 piés de long sur 6 pouces de large & sur 4 pouces d'épais.

Que ces madriers ayent à leurs extrémités des pitons x x.

Qu'ils soient percés à 3 pouces de leur extrémité d'un trou c c de 9 lignes de diametre.

Que le nombre de trente - un madriers servant aux travées, & portant sur les cinq pieces, formant ladite travée, soient percés à 2 piés & à un pié de leur extrémité, d'un trou t, t, de 6 lignes de diametre & que le même nombre de trente - un madriers servant & portant sur les travées garnies de 6 pieces, soient percés à un pié & à 2 piés de leur extrémité d'un trou t, t, de 6 lignes de diametre, afin de servir indifféremment à l'une ou l'autre des travées.

Septiemement, ayez des boulons de fer I, I, Pl. XXVIII. fig. 3, n°. 5, de 15 pouces de long sur 6 lignes de diametre.

Huitiemement, des pilastres K, Pl. XXVIII. fig. 3, n°. 2, & un chassis de fer de 6 lignes d'équarrissage, de 18 pouces de large & de 3 piés 6 pouces de haut, couvert de tole, Pl. XXIX. fig. 1.

Que ces pilastres soient garnis d'une barre de fer S, Pl. XXIX. fig. 1, de 19 pouces de long, de 9 lignes d'équarrissage même figure.

Neuviemement, ayez des balustrades L L L L, Pl. XXVIII. & XXIX. fig. 3 & 1, dont le chassis soit de 17 piés de long sur trois & demi de haut, & assemblé par 5 montans de 4 piés de long.

Que ce chassis porte 15 balustres de tole.

Dixiemement, ayez des treteaux a a p q, Pl. XXIX. fig. 3, construits de la maniere suivante:

Soient a b, a b, leurs piés inégaux & ferrés.

c d, c d, les arcboutans de ces piés.

e f, un arcboutant des arcboutans c d, c d.

g h, un sommier inférieur & immobile de 4 piés de long sur 8 pouces de large & 6 d'épais.

I K, I K, deux barres de fer de 3 piés de long sur 15 lignes d'équarrissage fixées dans le sommier supérieur m, n, & mobiles dans l'inférieur.

Soit m, n, un sommier supérieur mobile à l'aide des vis de bois l l.

Que les têtes des vis l l soient arrondies & garnies d'un goujon qui entre dans une ouverture conique, pratiquée dans le sommier supérieur m n. Voyez la fig. 4, Pl. XXIX.

r s, r s, deux vis de fer capables de fixer la piece de bois t représentée dans toute sa longueur t t, fig. 5, dont on ne voit ici que le bout t, & qui est parallele aux sommiers supérieurs assemblés avec les supports & qui portent les pieces des travées d'un bateau à un autre bateau.

Le treteau est vû de côté dans cette figure.

Onziemement, ayez une piece de bois t t, Pl. XXIX. fig. 5, de 18 piés de long sur 8 pouces d'équarrissage, arrondie par sa partie supérieure & garnie d'onze goujons avec leur embrassure.

Que l'arc de son arrondissement soit d'un pié de rayon.

Douziemement, un mouton A D B C, tel qu'on le voit Pl. XXIX. fig. 6.

Treiziemement, des pieux, des pioches, des pelles, des cordages, & quelques outils de menuiserie, de charpenterie & de serrurerie.

Quatorziemement, des chariots tels qu'on en voit un, Pl. XXIX. fig. 2.

Soient F G les roues: celles de derriere F, sont [p. 52] d'un pié & demi plus hautes que celles de devant G h i; une piece de bois assemblée au train de derriere pour qu'il soit tiré en même tems que celui de devant & sans fatiguer.

lll, fig. 2. Pl. XXIX. & fig. 7. des crics à dent de loup qui portent des fortes courroies qui passent sous le bateau, & le tiennent suspendu pendant la marche.

m m. fig. 2. Pl. XXIX. des courroies qui passent sur le bateau & qui l'empêchent de vaciller, tenues par de moyens crics à dents de loup n n.

o o o, des rouleaux.

Quinziemement, que les bateaux, tels qu'on en voit un, Pl. XXIX. fig. 2. soient transportés dans le chariot que je viens de décrire, sur le bord d'une riviere, & les autres pieces dans des voitures ordinaires à quatre roues.

Cela fait, j'ai sur le bord de la riviere tout ce qui doit servir à la construction du pont que j'exécute de la maniere suivante.

Je commence par m'assurer de la largeur de la riviere.

Pour cet effet, j'ai un cordon divisé de 18 piés en 18 piés, distance fixe que je laisse toujours entre mes bateaux.

Je donne l'extrémité de ce cordon à un homme qui passe dans une petite barque à l'autre bord.

Je lui enjoins de s'arrêter dans un endroit où la riviere ait au moins 3 piés & demi d'eau; & j'en fais autant de mon côté, observant de me mettre avec mon second dans une direction perpendiculaire au cours de la riviere.

Il arrive de ces deux choses l'une, ou que la distance qui nous sépare contient 18 piés un nombre de fois juste & sans aucun reste, ou qu'elle contient 18 piés un certain nombre de fois avec un reste.

Si cette distance contient 18 piés un nombre de fois juste & sans reste, je laisse masonde à 3 piés & demi de haut où je l'ai posée; je regarde ce point comme le milieu de mon premier bateau, & je fais planter à 18 piés de - là vers mon bord trois treteaux selon le cours de la riviere.

Mais si la distance qui est entre mon second & moi n'est pas d'un certain nombre de fois juste de 18 piés, je partage l'excès en deux parties égales, & je m'avance dans la riviere d'une de ces parties, ou de la moitié de l'excès; je regarde le nouveau point où je me trouve comme le milieu de mon premier bateau, & je fais planter à 18 piés de - là vers mon bord trois treteaux selon le cours de la riviere.

La distance qu'on laissera entre chaque treteau doit être de 7 piés.

Pendant cette opération on a monté les moutons, enfoncé un ou plusieurs pieux à différentes distanes, selon que la riviere est plus ou moins large, & jetté les bateaux à l'eau.

Ils ont tous au mât de leur poupe une corde qui va se rendre à un cable qui part d'un des pieux D, fig. 9. Pl. XXIX. c'est à l'aide de cette corde & d'une manoeuvre semblable à celle qui s'exécute dans nos coches d'eau, qu'ils se mettent & se tiennent à la distance, dans la direction & le parallélisine convenables.

Ils viennent se mettre en ligne vis - à - vis les uns des autres & de mes tretaux.

Alors je travaille à placer au niveau de l'eau & sur une parallele au premier bateau la piece t t, arrondie par sa surface supérieure, & garnie de 11 goujons, voyez la Pl. XXIX. fig. 5. & je fais construire l'avant - pont composé de six pieces telles que celles qui forment les travées O O, Pl. XXVIII. fig. 5. portant d'un bout sur la terre & soutenues de l'autre bout sur la piece t t, Pl. XXIX. fig. 5.

J'entends par une travée cinq ou six pieces o, o, o, Pl. XXVIII. fig. 5. alternativement, de même longueur & grosseur, paralleles entr'elles, & occupant une intervalle de 18 piés.

Tandis que l'avant - pont se construit & se couvre des madriers p q, Pl. XXVIII. fig. 5. qui forment le commencement de la chaussée, on arrête à la distance de 18 piés de la piece t t, Pl. XXIX. fig. 5. portée sur les tretaux, le premier bateau en place; ce qui se fait à l'aide de deux chevrons de sapin percés d'un trou à chacune de leurs extrémités, & fixés à la partie la plus élevée de la poupe & de la proue de deux bateaux, dans deux goujons destinés à cet usage.

On fait ensuite porter huit madriers de sapin, qu'on appuie d'un bout sur les treteaux, & de l'autre sur les rouleaux z z, Pl. XXVIII. fig. 2. du premier bateau; ils servent d'échafauds aux pontonniers, qui apportent en même tems les cinq ou six pieces o, o, o, o, o, qui forment la premiere travée, & qui servent d'échafaud aux porteurs des trente - un madriers p q, p q, qui couvrent cette travée & font la chaussée.

Pendant que les trente - un madriers formant la chaussée se posent, on fait glisser les madriers de sapin des rouleaux du premier bateau sur ceux du second bateau; on pose les pieces o, o, o, de la seconde travée, on les couvre de madriers p q, & la seconde travée est construite.

Les madriers de sapin étant glissés des rouleaux du second bateau sur les rouleaux du troisieme bateau, alors les pieces o, o, o, qui forment la troisieme travée, se posent, elles sont suivies des madriers p q qui les couvrent; & la troisieme travée est construite, & ainsi de suite d'un bateau à un autre.

Cependant on place les pilastres, on plante la balustrade, on met les boulons I I, Pl. XXVIII. fig. 3. n°. dans les trous t t, même Pl. fig. 5. on ajuste les attaches L, S, V, Pl. XXVIII. fig. 3. n°. 1. on accroche les barres de fer r, s, Pl. XXVIII. fig. 5. & l'on satisfait au même détail de la construction, qui ne demande presque aucune sorce, peu d'intelligence, & n'emploie point un tems particulier à celui de la construction du pont, tout se construisant en même tems.

De l'assemblage de ces différentes pieces, dont le méchanisme est simple, & qui sont en assez petit nombre pour une travée; savoir de

5 ou 6 pieces de bois.  4 bouts de chaînes.
31 madriers.            4 attaches.
62 boulons.             2 pilastres.
2 barres de fer.        2 balustrades.
résulte le pont représenté Pl. XXIX. ce qui est évident.

Or, je soutiens que ce pont se construit promptement & facilement, reçoit dix hommes de front, peut porter les fa - deaux les plus pesans qui suivent une armée, & ne sera rompu ni par l'action de ces fardeaux, ni par les mouvemens de l'eau.

C'est ce que je vais maintenant démontrer.

Démonstration. Je diviserai cette démonstration en trois parties.

Je ferai voir dans la premiere, que ce pont est capable de supporter les fardeaux les plus pesans qui suivent une armée.

Dans la seconde, que les mouvemens de l'eau les plus violens & les plus irréguliers ne le rompent point.

Et dans la troisieme, que sa construction est prompte & facile, & qu'il peut recevoir dix hommes de front.

Premiere partie. Le pont proposé est capable de supporter les fardeaux les plus pesans qui suivent une armée.

Premierement la chaussée est capable de résister

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.