ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 6:819

d'aîle, c'est - à - dire un gallon moins fort que celui de bierre. Dictionn. de Commerce.

FIRMAMENT

FIRMAMENT, s. m. (Astronomie.) en termes d'astronomie ancienne, est le huitieme ciel, la huitieme sphere où les étoiles fixes sont attachées. V. Sphere.

On l'appelle le huitieme ciel, par rapport aux sept cieux des planettes qu'il environne.

Dans plusieurs endroits de l'Ecriture, le mot firmament signifie la moyenne region de l'air. Plusieurs anciens ont crû aussi - bien que les modernes, que le firmament est d'une matiere fluide; mais il paroît que ceux qui lui ont donné le nom de firmament, le croyoient d'une matiere solide. Harris & Chambers.

En esset c'étoit un des axiomes de la philosophie ancienne, que les cieux devoient être solides; Aristote prétendoit que la solidité étoit une chose attachée à la noblesse de leur nature, & nécessaire pour leur conserver l'incorruptibilité, qu'on regardoit comme une de leurs propriétes essentielles. D'un autre coté cependant, comme il falloît que la lumiere passât au - travers, cela obligeoit à faire les cieux de crystal. Et voilà l'origine de tous les cieux de crystal de l'astronomie ancienne. Voyez Ciel & Crystal. Toutes ces chimeres sont aujourd'hui entierement proscrites, & bien dignes de l'être; on ne donne plus le nom de firmament qu'à cette voûte céleste, & de couleur bleue, où les étoiles nous paroissent comme attachées. Dans la vérité les étoiles ne sont attachées à aucune surface sphérique. C'est notre imagination & nos sens qui nous trompent là - dessus. V. Etoile, Vision, &c. Toutes les étoiles étant à une prodigieuse distance de nous, nous les jugeons à la même distance, quoiqu'elles ne le soient pas. Voyez Apparent, ainsi nous les jugeons rangées sur une surface sphérique, abstraction faite - de quelques causes particulieres qui nous font juger cette surface applatie. l'égard de la couleur bleue du firmament, cette couleur n'est autre chose que celle de l'atmosphere vûe à une très - grande profondeur. Elle est la même que celle de l'eau de la mer. Apparemment l'air & l'eau ont la propriété de laisser passer à une grande profondeu les rayons bleus, en plus grande quantité que les autres. Voyez Bleu & Couleur. Pour déterminer la vraie figure apparente de la voûte azurée du firmament, il faudroit avoir résolu ces deux problemes, dont on n'a jusqu'ici que des solutions tres - bornées & très - incompletes, pour ne pas dire très - peu exactes & très - fautives. 1°. Un objet étant placé au - del de l'atmosphere, & envoyant à nos yeux des rayons qui se brisent à - travers de l'atmosphere, trouver le lieu où l'on verra cet objet. 2°. Déterminer suivant quelle loi un objet placé à la même distance, nous paroît plus ou moins éloigné, à proportion qu'il est plus loin ou plus près de notre zénith. Voilà pour les Géometres Physiciens une ample & belle matiere à s'exercet. On peut voir les tentatives & les conjectures que nous ont données sur la solution de ce grand & beau problème, M. Smith, dans son optique, & après lui M. de Mairan, dans les Mém. de l'Acad. de 1740.

Quelques théologiens appellent firmament, le ciel étoilé, pour le distinguer du ciel empyrée, qu'ils imaginent être au - dessus, & dont ils font la demeure des bienheureux. Voyez Empyrée. (O)

FIRMAN

FIRMAN, s. m. (Commerce.) on appelle ainsi dans les Indes orientales, particulierement dans les états du grand Mogol, les passeports ou permissions de trafiquer, que les princes accordent aux marchands étrangers. Dictionnaire de Commerce, de Chambers & de Trévoux. (G)

FISC, THRÉSOR PUBLIC

FISC, THRÉSOR PUBLIC, (Synon.) en latin fiscus, oerarium. Le premier mot se dit proprement du thrésor du prince, parce qu'on le mettoit autrefois dans des paniers d'osier ou de jonc, & le second du thrésor de l'etat.

A Rome sous les premiers empereurs, on appelloit oerarium, les revenus publics, ceux de l'épargne destinés aux besoins & aux charges de l'état; & on nommoit fiscus, ceux qui ne regardoient que l'entretien du prince en particulier; mais bien - tôt après, ces deux mots furent confondus chez les Romains, & nous avons suivi leur exemple. Aussi le dictionnaire de Trévoux définit le fisc par thrésor du toi, ou du royaume indifféremment: car, ajoûte ce dictionnaire, la différence de ces deux choses que l'on remarquoit dans le commencement de l'empire romain, ne se trouve point en France. Il n'y a que trop d'autres pays ou le thrésor du prince & le thrésor public sont des termes synonymes: voyez cependant Thrésor public. Du mot fisc, on a fait consisquer, confiscare, bona fisco addicere, par la raison que tous les biens queles empereurs confisquoient, appartenoient à leur fisc, & non point au public. Les biens de Séjan, dit Tacite (annal. liv. V.), furent transportés du thrésor public dans le fisc de l'empereur. L'usage des confiscations devint si fréquent, qu'on est fatigué de lire dans l'histoire de ce tems là, la liste du nombre infini de gens dont les successeurs de Tibere confisquerent les biens. Nous ne voyons rien de semblable dans nos histoires modernes; on n'a point à dépouiller des familles de sénateurs qui ayent ravagé le monde. Nous tirons du moins cet avantage, dit M. de Montesquieu, de la médiocrité de nos fortunes, qu'elles sont plus sûres; nous ne valons pas la peine qu'on confisque nos biens: & le prince qui les raviroit seroit un mauvais politique.

Le fisc des pontifes s'appelloit arca; & celui qui en avoit la garde, étoit honoré du titre d'arcarius, comme il paroît par plusieurs inscriptions recueillies de Gruter, qu'il ne s'agit pas de transcrire ici. Art. de M. le Chevalier de Jaucourt.

Fisc

Fisc, (Jurisp.) en latin fiscus, se prend en général pour le domaine du prince, ou pour celui de quelque seigneur particulier.

Il a été ainsi appellé du latin fiscus, qui dans l'origine signifie un panier d'osier, parce que du tems des Romains on se servoit de semblables paniers pour mettre de l'argent.

Du tems de la république il n'y avoit qu'un seul fisc, qui étoit le thrésor public; mais du tems des empereurs, le prince avoit son thrésor & domaine particulier, distinct de celui de l'état; & l'on donna le nom de fisc au thrésor des empereurs, pour le distinguer du thrésor public, qu'on appelloit oerarium, & qui étoit destiné pour l'entretien de l'état; au lieu que le fisc du prince étoit destiné pour son entretien particulier, & celui de sa maison.

Confisquer une chose, signifie l'attribuer au fisc; ce qui est une peine qui a lieu en certains cas.

Cicéron, dans son oraison pro domo sua, observe que dans l'âge d'or de la république le fisc ou thrésor public n'étoit point augmenté par la confiscation; cette peine étoit alors inconnue.

Ce ne fut que dans le tems de la tyrannie de Sylla que fut faite la loi Cornelia, de proscript. qui déclara les biens des proscrits acquis au profit du fisc.

La confiscation avoit lieu du tems des empereurs, mais ils ne faisoient guere usage de ce droit; c'est pourquoi Pline, dans le panégyrique qu'il a fait de Trajan, le loue principalement de ce que sous son regne la cause du fisc ne prévaloit point ordinairement: quoe proecipua tua gloria est, dit - il, soepius vincitur fiscus, cujus mala causa nunquam est nisi sub bono principe.

L'empereur Constantin, par une loi du mois de Février 320, défendit de faire souffrir à ceux qui seroient redevables au fisc, ni les prisons ordinaires, qui ne sont, dit - il, que pour les criminels; ni les foüets & autres supplices, inventés, dit - il, par l'in<pb->

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.