ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 1:356

laisse aucun lieu aux hypothéses. Mais je suis bien étonné que parmi les anciens Philosophes que cette lumiere n'eclairoit pas, il ne s'en soit trouvé aucun, du moins que je connoisse, qui ait songé à ajoûter aux tourmens du Tartare & aux plaisirs de l'Élisée, la seule broderie qui leur manquât; c'est que les méchans entendroient dans le Tartare, & les bons dans l'Élisée, ceux - ci tout le bien, & ceux - là tout le mal qu'on diroit ou qu'on penseroit d'eux, quand ils ne seroient plus. Cette idée m'est venue plusieurs fois à la vûe de la statue équestre de Henri IV. J'étois fâché que ce grand Monarque n'entendît pas où il étoit, l'éloge que je faisois de lui dans mon coeur. Cet éloge eût été si doux pour lui! car je n'étois plus son sujet.

AMENTUM

* AMENTUM, sub. m. pour bien entendre ce que c'est que l'amentum, il faut savoir que les Romains avoient deux sortes de lance ou pique, hasta: les unes pour les soldats armés à la légere, elles se lançoient comme le javelot; les autres plus longues & plus pesantes, dont on frappoit sans les lâcher, celles - ci s'appelloient hastoe amentatoe; & l'amentum étoit un petit lien de cuir qui les traversoit à peu près dans le milieu. Le soldat passoit son doigt dans le lien, de peur qu'en lançant son coup, la pique ne lui échappât de la main. Il y avoit aussi des javelots à amentum. Voyez l'Antiq. expliq. pag. 64.

AMENUISER

* AMENUISER, allégir, aiguiser, termes communs à presque tous les Arts méchaniques. Amenuiser se dit généralement de toutes les parties d'un corps qu'on diminue de volume. Amenuiser une planche, c'est lui ôter par - tout de son épaisseur; il ne differe d'allégir dans cette occasion qu'en ce qu'allégir se dit des grosses pieces comme des petites; & qu'amenuiser ne se dit guere que de ces dernieres; on n'amenuise pas un arbre, mais on l'allégit; on ne l'aiguise pas non plus; on n'aiguise qu'une épingle ou un bâton. Aiguiser ne se dit que des bords ou du bou; des bords, quand on les met à tranchan sur une meule; du bout, quand on le rend aigu à la lime, ou au marteau. Aiguiser ne se peut jamais prendre pour allégir; mais aménuiser & allégir s'employent quelquefois l'un pour l'autre. On allégit une poutre; on amenuise une voliche; on aiguise un poinçon. On allégit en diminuant un corps considérable sur toutes les faces; on en amenuise un petit en le diminuant davantage par une seule face; on l'aiguise par les extrémités.

AMER

* AMER, adj. qui désigne cette qualité dans les substances végétales & autres que nous reconnoissons au goût, quand elles excitent en nous par le moyen de ce sens, l'impression que nous fait principalement éprouver ou l'absynthe, ou la coloquinte; car il n'est pas possible de définir autrement les saveurs, qu'en les rapportant aux substances naturelles qui les excitent: d'où il s'ensuit que si les substances étoient dans un état de vicissitude perpétuelle, & que les choses ameres tendissent à cesser de l'être, & celles qui ne le sont pas à le devenir, les expressions dont nous nous servons ne transmettroient à ceux qui viendroient long - tems après nous, aucune notion distincte, & qu'il n'y auroit point de remede à cet inconvénient.

Quoi qu'il en soit de la saveur, passons à l'action des amers. En général ils paroissent agir premierement en augmentant le ressort des fibres des organes de la digestion qui sont relâchées & affoiblies; & secondement en succédant aux fonctions de la bile, quand elle est devenue trop languissante & peu propre aux services qu'elle doit rendre; d'où il s'ensuit encore que les amers corrigent le sang & les humeurs; qu'ils facilitent la digestion & l'assimilation des alimens; qu'ils fortifient les solides, & qu'ils les disposent à l'exercice qui convient de leur part, pour la conservation de la santé. V. Amertume.

Amer de Boeuf

* Amer de Boeuf, c'est le fiel de cet animal; les Teinturiers - Dégraisseurs en font un grand usage pour enlever les taches des étoffes. Voyez Détacheur, Détacher, Dégraisseur & Dégraisser

AMERADE

* AMERADE, s. m. c'étoit chez les Sarrasins la même chose qu'Emir. Voyez Emir. La fonction des Amerades répondoit à celle de nos Gouverneurs de province.

AMERIQUE

* AMERIQUE, ou le Nouveau - monde, ou les Indes occidentales, est une des 4 parties du monde, baignée de l'océan, découverte par Christophe Colomb, Génois, en 1491, & appellée Amérique d'Améric - Vespuce Florentin, qui aborda en 1497, à la partie du continent située au sud de la ligne; elle est principalement sous la domination des Espagnols, des François, des Anglois, des Portugais & des Hollandois. Elle est divisée en septentrionale & en méridionale par le golfe de Mexique & par le détroit de Panama. L'Amérique septentrionale connue s'étend depuis le 11e degré de latitude jusqu'au 75e. Ses contrées principales sont le Mexique, la Californie, la Loüisiane, la Virginie, le Canada, Terre - neuve, les îles de Cuba, Saint - Domingue, & les Antilles. L'Amérique méridionale s'étend depuis le 12e degré septentrional, jusqu'au 60e degré méridional; ses contrées sont Terre - ferme, le Pérou, le Paraguai, le Chili, la Terre Magellanique, le Brésil, & le pays des Amazones.

L'Amérique méridionale donne de l'or & de l'argent, de l'or en lingots, en paille, en pepins, & en poudre: de l'argent en barres & en piastres; l'Amérique septentrionale, des peaux de castors, de loutres, d'origneaux, de loups - cerviers, &c. Les perles viennent ou de la Marguerite dans la Mer du nord, ou des îles de Las - perlas dans celle du sud. Les éméraudes, des environs de Sainte - foi, de Bogette. Les marchandises plus communes sont le sucre, le tabac, l'indigo, le gingembre, la casse, le mastic, l'aloès, les cotons, l'écaille, les laines, les cuirs, le quinquina, le cacao, la vanille, les bois de campeche, de santal, de sassafras, de brésil, de gayac, de canelle, d'inde, &c. Les baumes de Tolu, de Copahu, du Pérou, le besoard, la cochenille, l'ipécacuhana, le sang de dragon, l'ambre, la gomme copale, la muscade, le vif - argent, les ananas, le jalap, le mécoachan, des vins, des liqueurs, l'eau des barbades, des toiles, &c.

Toute contrée de l'Amérique ne porte pas toutes ces marchandises: nous renvoyons aux articles du commerce de chaque province ou royaume, le détail des marchandises qu'il produit.

AMERS

AMERS ou Amets, s. m. (Marine) ce sont des marques prises sur la côte pour servir à guider les navigateurs, & les faire éviter les dangers cachés sous l'eau qu'ils trouvent dans certains parages; on se sert ordinairement pour amers, de clochers, d'arbres, de moulins, & autres marques sur les côtes qui puissent se distinguer aisément de la mer. (Z)

AMERSFORT

* AMERSFORT, ville des Pays - bas, dans la province d'Utrecht, sur la riviere d'Ems. Long. 23. lat. 52. 14.

AMERTUME

AMERTUME, s. f. (Phys.) espece de saveur ou de sensation opposée à douceur. On croit qu'elle vient de ce que toutes les particules d'un corps amer, sont émoussées & diminuées au point qu'il n'en reste pas une qui soit longue & roide, ce que l'expérience paroît confirmer. En effet, les alimens étant brûlés ou cuits, & leurs particules diminuées & brisées par le feu, deviennent amers: mais cette hypothese ou explication, comme on voudra l'appeller, est purement conjecturale. Voyez Gout & Amer. (O)

AMES ET FEAUX

* AMES ET FEAUX, expressions par lesquelles nos Rois avoient coûtume de distinguer dans leurs

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.