ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 1:437

Figure 6. du même; elle représente les parties externes de la génération d'une fille de 14 ans.

AA, BB, C, D, E, comme dans la figure précédente. F concours du bord charnu dd. G la fosse naviculaire. H entrée du vagin renfermée entre l'hymen & l'orifice de l'urethre; le reste de l'espace compris entre le clitoris, les nymphes & cette entrée, s'appelle le vestibule du vagin. I le périnée. K l'anus. a, b, c les parties placées dans le vestibule. a l'orifice de l'urethre. bb les deux ventricules. cc les deux orifices ou lacunes situées dans la partie supérieure du vestibule. dd les bords charnus saillans de la fente la plus étroite. (L)

Anatomie des Plantes

Anatomie des Plantes, (Jardinage.) c'est la recherche de leur structure interieure. On ne peut mieux faire que de rapporter ici ce qu'en a dit l'auteur de la théorie & de la pratique du Jardinage, 3. partie, page 176. édit. 1747. « Tout ce qui a vie a besoin de respiration; & l'on ne peut douter que les plantes ne respirent aussi bien que les animaux: elles ont comme eux tous les organes nécessaires à la vie; des veines, des fibres, dont les unes portent la nourriture dans toutes les parties les plus élevées, tandis que les autres rapportent cette nourriture vers les racines: d'autres enfin, comme des trachées & des poumons, respirent l'air sans cesse, & reçoivent les influences du soleil. Cet air est si nécessaire à leur accroissement, qu'en mettant une goutte d'huile à l'extrémité de leurs racines, elle bouche l'entrée de l'air dans les fibres & les canaux, & fait mourir cette partie de racines que l'on a trempée dans l'huile. Par la chaleur qui se trouve dans la terre, le mouvement de la seve est plus ou moins accéléré, l'air est plus ou moins rareé: ainsi il est poussé facilement jusqu'en haut, il y fait sa fonction, & y montre sa force ».

Y a - t - il rien de plus admirable que le méchanisme des plantes? on y trouve des creusets & des moules différens pour former l'écorce, le bois, les épines, les poils, la moelle, le coton, les feuilles, les fleurs, les fruits & les graines. Ce sont les sus de la terre, qui passant & se filtrant à travers la peau de la graine, y reçoivent les qualités nécessaires au suc nourricier qui entre dans les plantes, & qui s'y diversiie par le moyen des fermens en mille manieres différentes. La chaleur du soleil & la fermentation de la terre perfectionnent ensuite l'ouvrage: enfin les plantes sont composées de petits canaux séparés & produits dans la terre; ces petits canaux se ramassent peu à peu en paquets; ils se rassemblent sous un même cylindre, & forment ur tronc qui à l'une de ses extremités produit des racines, & à l'autre pousse des branches; & petit à petit avant subdivisé les paquet des plus grands en plus petits, acheve sa figure par l'extension de ses feuilles. (K)

* Cette anatomie n'est pas moins digne de l'étude du Philosophe, & ne montre pas moins la sagesse du Créateur, que l'anatomie des animaux. En effet, combien de merveilles n'offre - t - elle pas, dans les ouvrages de Malpighi, du docteur Grew, & dans la statique des végétaux? Il ne paroit pas que les anciens ayent fait de ce côté quelques progrés considérables; & il n'en faut pas être étonné: l'organisation d'une plante est un arrangement de filets si déliés, de corpuscules si minces, de vaisseaux si étroits, de pores si serrés, que les modernes n'auroient pas éte fort loin sans le secours du microscope. Mais voyez ce que cet instrument & leur réflexion leur ont appris sur l'anatomie des plantes, aux articles Plante, Arbre, Arbrisseau, Arbuste, Herbe, Graine, Racine, Tige, Bourgeon, Branche, Feuille, Fleur, Fruit , &c. Voyez aussi l'article Animal.

ANATOMIQUE

ANATOMIQUE, adject de tout genre, tout ce qui appartient à l'Anatomie. C'est dans ce sens qu'on dit observations anatomiques, préparations anatomiques, &c. Voyez Anatomie.

Pour conserver les parties préparées, il faut les exposer à l'air jusqu'à ce que toute leur humidité soit dissipée, & alors elles deyiendront seches, dures, & ne seront plus exposées à se corrompre; ou bien il faut les plonger dans quelque liqueur propre à les conserver.

Il faut principalement, lorsque les parties préparées sont grosses & épaisses, & que le tems est chaud, empêcher les mouches d'en approcher & d'y déposer leurs oeufs, qui transformés en vers les détruiroient. Il faut aussi avoir soin qu'elles ne soient point attaquées des souris, des rats, & des autres insectes: pour cela il faut, avant que de mettre la piece sécher, la tremper dans une dissolution de sublimé corrosif, faite avec de l'esprit - de - vin; & pendant qu'elle seche, il faut la mouiller de tems en tems avec la même liqueur. On peut par ce moyen, & sans craindre aucun inconvénient, faire dessécher, même dans l'été, des cadavres disséqués de sujets assez grands.

Lorsque la préparation est seche, elle est encore exposée à se réduire en poudre, à devenir cassante, à se gerser, & à avoir une surface inégale; c'est pourquoi il est nécessaire de la couvrir partout d'un vernis épais, dont on mettra autant de couches qu'il faudra pour qu'elle soit luisante; & il faut toûjours la preserver de la poussiere & de l'humidité.

Les préparations seches sont fort utiles en plusieurs cas: mais il y en a aussi beaucoup d'autres où il est nécessaire que les préparations anatomiques soient flexibles & plus approchantes de l'état naturel que ne le sont ces premieres. La difficulté a été jusqu à présent de trouver une liqueur qui puisse les conerver dans cet état approchant du naturel: les liqueurs aqueuses n'empêchen pas la pourriture, & elles disolvent les parties les plus dures du corps: les liqueurs spiritueuses préviennent la corruption, mais elles réduisent les parties en mucilage: les esprits ardens les racornissent, en changent la couleur, & détruisent la couleur rouge des vaisseaux injectés; l'esprit de térebenthine, outre qu'il a l'inconvénient des liqueurs spiritueuses, a encore celui de devenir épais & visqueux.

Mais sans s'arrêter plus long - tems sur le défaut des liqueurs qu'on peut employer, celle dont on se trouve le mieux est quelqu'esprit ardent rectifié, n'importe qu'il soit tiré du vin ou des grains; qui soit toûjours limpide, qui n'ait aucune couleur jaune, & auquel on ajoûte une petite quantité d'acide minéral, tel que celui de vitriol ou de nitre: l'une & l'autre de ces liqueurs résistent à la pourriture; & les défauts qu'elles ont chacune séparément, se trouvent corrigés par leur mélange.

Lorsque ces deux liquides sont mêlés dans la proportion requise, la liqueur qui en résulte ne change rien à la couleur ni à la consistance des parties, excepté celles où il se trouve des liqueurs séreuses ou visqueuses, auxquelles elle donne presqu'autant de consistance qu'en donneroit l'eau bouillante: le cerveau, celui même des enfans nouveaux - nés, acquiert tant de fermeté dans cette liqueur, qu'on peut le manier avec liberté.

Le crystallin & l'humeur vitrée de l'oeil y acquierent aussi plus de consistance, mais ils en sortent blancs & opaques: elle coagule l'humeur que filtrent les glandes sebacées, la mucosité & la liqueur spermatique: elle ne produit aucun changement sur les liqueurs aqueuses & lymphatiques, comme l'humeur

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.