ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Page 2:780

des miroirs plans, & pratiquez dans les plans latéraux des trous ronds, à - travers lesquels vous puissiez regarder dans les cellules de la caisse; remplissez ces trous de verres plans; placez dans les cellules les différens objets dont vous voulez voir les images; & enfin couvrez le dessus de la caisse de quelque membrane fine ou transparente, ou de parchemin qui donne passage à la lumiere, & la machine sera achevée.

Car les lois de la reflexion enseignent que les images placées dans les angles d'un miroir sont multipliées, & doivent paroître les unes plus éloignées que les autres; d'où il s'ensuivra que les objets placés dans une cellule, paroîtront remplir plus d'espace que la caisse entiere: ainsi regardant par un des trous, on verra les objets de la cellule correspondante multipliés & répandus dans un espace beaucoup plus grand que la boîte entiere; & par conséquent chaque trou donnera un nouveau spectacle. Voyez Anamorphose & Miroir.

On rendra transparent le parchemin dont on doit couvrir la machine, en le lavant plusieurs fois dans une lessive fort claire, puis dans de belle eau, & en l'attachant bien serré, & l'exposant à l'air pour sécher. Si on vouloit jetter quelque couleur sur les objets, on en viendroit à bout en donnant cette couleur au parchemin. Zhan conseille le verd de gris mêlé dans du vinaigre, pour le verd; la décoction de bois de Bresil, pour le rouge: il ajoûte qu'il faut vernir le parchemin, si on veut donner de l'éclat aux objets. Wolf. élément de Catoptrique.

Maniere de faire une caisse captoptrique, qui représente les objets qu'on y aura placés, fort multipliés, & répandus dans un grand espace. Faites une boîte ou caisse polygone comme ci - dessus, mais sans diviser la cavité interne en plans, Planches d'Optiq. fig. 19. n°. 2. doublez les plans latéraux CBHI, BHLA, ALMF, de miroirs plans, &c. & dans les trous ou ouvertures, enlevez l'étain & le vif - argent qui couvre la surface intérieure du miroir, de façon que l'oeil puisse voir au - travers; mettez ensuite dans la caisse un objet, par exemple un oiseau en cage, &c.

L'oeil regardant par le trou hi, verra l'objet au fond prodigieusement multiplié, & ses images placées à une distance inégale les unes des autres. Si on pratiquoit donc dans le palais d'un prince une grande chambre polygone, qu'on tapissât de grandes glaces qui fussent ouvertes en quelques endroits, où on adapteroit des verres plans transparens pour lui donner du jour, il est évident que ces glaces y feroient voir une grande variété d'objets. Voyez Miroir, Reflexion, &c.

Comme les miroirs paralleles sont ceux de tous qui multiplient davantage les objets, la forme qui convient le plus à ces sortes d'appartemens, est la forme exagone; parce que les miroirs y seront tous paralleles deux à deux, & en assez grand nombre pour donner un spectacle agréable sans confusion: mais il faut avoir soin que les miroirs soient bien paralleles, & de plus que leur surface soit bien plane & bien unie; autrement le nombre réitéré de reflexions pourroit rendre les images difformes. On voit encore aujourd'hui dans plusieurs châteaux des salles ainsi remplies de glaces, qui produisent un très bel effet: c'est sur - tout la nuit aux lumieres, que ces sortes de spectacles forment le plus beau coup d'oeil. Tous ces phénomenes s'expliquent par les propriétés des miroirs plans combinés, que l'on peut voir à l'article Miroir. Wolf, ibid. (O)

CATOPTROMANCIE

CATOPTROMANCIE, s. f. divination dans laquelle on se servoit d'un miroir pour y lire les évenemens à venir.

Ce mot est formé de KA/TOW=TRON, speculam, miroir, & de MANTEI/A, divination.

Il paroît par les anciens, qu'il y avoit diverses sortes de catoptromancie. Spartien rapporte de Didius Julianus, qui ayant succédé à Pertinax par la brigue des Prétoriens, de qui il acheta l'empire, ne régna que deux mois & cinq jours; que dans toutes les occasions importantes il consultoit les magiciens; & qu'une fois entr'autres, après des enchantemens & des sacrifices magiques, il usa de la divination où l'on se sert d'un miroir, qu'on présente, non pas devant les yeux, mais derriere la tête d'un enfant à qui l'on a bandé les yeux; & l'on raconte, ajoûtet - il, que l'enfant vit dans le miroir que Julien descendoit du throne, & que Severe y montoit.

Pausanias, dans ses Achaïques, parle d'une autre espece de catoptromancie. Il y avoit, dit - il, à Patras devant le temple de Cerès, une fontaine séparée du temple par une muraille; & là étoit un oracle véridique, non pour tous les évenemens, mais seulement pour les maladies. Ceux qui en étoient attaqués & en péril, faisoient descendre dans la fontaine un miroir suspendu à un fil, ensorte qu'il ne touchât que par sa base la surface de l'eau. Après avoir prié la déesse & brûlé des parfums, ils se regardoient dans ce miroir; & selon qu'ils se trouvoient le visage havre & défiguré, ou de l'embonpoint, ils en concluoient que la maladie étoit mortelle, ou qu'ils en réchapperoient.

On se servoit encore des verres & des miroirs pour connoître l'avenir, mais d'une autre maniere, qu'on nommoit gastromancie. Voyez Gastromancie. (G)

CATOTÉRIQUES

CATOTÉRIQUES, adj. (Med.) c'est ainsi qu'on appelle les remedes évacuans, destinés à purger les reins, le foie, la vessie: tels sont le sirop de pomme composé, & le sirop de rose pâle. Lemery, Pharmacop. (N)

CATRACA

* CATRACA, (Hist. nat. Zoologie.) oiseau de l'Amérique, très - commun sur - tout dans les petites îles desertes du golfe de Mexique. Il est de la grosseur d'une poule, mais beaucoup plus élevé sur ses pattes: son cou est long, sa tête petite, son bec de moyenne grandeur, & l'oeil vif; le plumage du cou est d'un bleu tirant sur l'ardoise; celui du reste du corps est gris mêlé d'un peu de plumes noires. Cet oiseau se tient sur les bords de la mer & dans des rochers escarpés, d'où on l'entend faire son cri de catraca, qui lui a fait donner son nom. Sa chair est délicate & très - bonne à manger à différentes sauces: elle a beaucoup de rapport avec celle du faisan.

CATRUMNA

CATRUMNA, (Géog.) ville d'Asie dans l'île de Ceylan.

CATTARO

CATTARO, (Géog.) ville de Dalmatie sur le golfe de même nom, près des frontieres de l'Albanie aux Vénitiens.

CATTEGAT

CATTEGAT, (la) Géog. golfe de la mer Baltique, entre les côtes orientales du Jutland & la côte de Suede. On l'appelle aussi Schager - Rack.

CATTEROLLES

CATTEROLLES, s. f. (Chasse.) c'est ainsi qu'on appelle les lieux soûterreins où les lapines font leurs petits; & qu'on dit qu'elles rebouchent tous les jours jusqu'à leur premiere sortie.

CATTU - SCHIRAGAM

* CATTU - SCHIRAGAM, (Hist. nat. bot.) arbrisseau qui croît au Malabar; il est de la hauteur de l'homme. On le trouve dans les lieux brûlés du soleil. Sa racine est courte, petite, & amere au goût; son tronc rond & d'un pouce de diametre; son écorce d'un verd d'eau; son bois rouge; sa feuille longue, étroite, très - pointue, & amere au goût; sa fleur petite, serrée en bouquet, d'une couleur de pourpre pâle sans odeur; & sa semence contenue en grande quantité dans des têtes feuillues, oblongue, cannelée, & pointue par sa partie inférieure qui s'insere dans la base de sa tête, garnie au sommet d'une touffe de filamens blanchâtres, jaunâtres

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.