ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 23:7:

HISTOIRE NATURELLE. MINERALOGIE ET METALLURGIE.

HISTOIRE NATURELLE. MINERALOGIE ET METALLURGIE.

HISTOIRE NATURELLE. MINERALOGIE ET METALLURGIE. |Mercure,

Mercure, contenant une Planche
.

HISTOIRE NATURELLE. MINERALOGIE ET METALLURGIE. |Mercure,

LA vignette représente les opérations que l'on prati - que pour extraire ou revivisier le mercure du cina - bre; cette figure est tirée d'Agricola.

Fig. 1. Ouvrier qui tamponne & bouche un pot de terre tenant lieu de cornue, avec de la mousse, pour retenir le minerai concassé dont le vase est rempli, & l'empêcher de se répandre, lorsqu'il renversera cette espece de cornue sur un des vases ou réci - piens G, que l'on voit auprès de lui, & auquel la cornue doit être lutée. F G cornue lutée sur son récipient.

2. Ouvrier qui avec une longue perche attise le feu par le moyen duquel la distillation per descensum se fait. Les cornues F montées sur leurs récipiens G, garnies de mousse & lutées comme il a été dit, sont placées dans le foyer ou fourneau, qui est une place unie entourée de pierres, qui forment comme une muraille un peu plus élevée que le haut des cornues ou cuines dans lesquelles le mi - nerai est renfermé; on ensable les récipiens & l'on entoure les cornues de poussiere de charbon, on recouvre le tout de longues perches ou rondins, qui portent par leurs extrémités sur les murs des longs côtés du fourneau, ce qui forme comme une grille qui ne touche point aux cornues; sur cette grille on place le bois ou les fagots que l'on allume; l'ardeur du feu volatilise le mercure, qui abandonne sa mine, passe en vapeurs à travers la mousse qui ferme la cornue, & se rassemble dans le récipient, où il se condense par la fraîcheur du sable dans lequel les récipiens sont enterrés; l'ou - vrier qui conduit le feu doit toujours prendre le dessus du vent pour éviter les vapeurs dangereuses & arsenicales qui s'élevent avec la fumée. A B B les rondins qui forment la grille dont on a parlé. C fourneau vuide.

3. Fourneau rempli de cornues montées sur leurs réci - piens & non couvertes par la grille de bois. D D D parois ou murs du fourneau. F F F F & C cornues ou cuines montées sur leurs récipiens qui sont en - sablés.

4. F F F nombre de cornues placées à la proximité de l'ouvrier fig. 1.

Bas de la Planche.

Elévation perspective, coupe & plan du fourneau pour extraire le mercure du cinabre de la mine d'Almaden en Espagne.

5. Elévation perspective des fourneaux servant à la séparation du mercure.

A Les deux fourneaux joints ensemble dans lesquels on arrange les morceaux de mine de cinabre dont on veut extraire le mercure.

B Porte d'un des deux fourneaux représentée ouverte; le seuil de cette porte est au niveau de la grille, elle sert de passage pour charger cette grille avec les morceaux de mine; la grille est construite en briques.

C & C Dômes des deux fourneaux, par lesquels on acheve de les charger: on ferme leur ouverture avec des briques lutées d'argile; on ferme de la même maniere les portes B du fourneau.

D D Tuyaux des cheminées des deux fourneaux.

E E Ouvertures au nombre de seize, dans lesquelles s'embouchent les aludels qui y sont lutés.

F F F F Terrasses inclinées en sens opposé, sur lesquelles on arrange les aludels par lesquels se fait la com - munication des fourneaux A aux chambres K qui servent de récipiens.

G Escalier pour monter à la terrasse.

H H Un rang d'aludels qui sont lutés les uns aux autres, d'un bout aux soupiraux des fourneaux, & de l'autre aux soupiraux L L L des chambres K qui servent de récipiens.

I Aludels entassés dont on doit former d'autres rangs.

K Bâtiment divisé en quatre chambres, dans lesquelles se rassemblent & se condensent les vapeurs qui y sont conduites par les rangs d'aludels.

L L L Seize soupiraux des chambres qui servent de ré - cipiens, auxquels s'embouchent les seize rangs d'aludels qui établissent la communication du four - neau aux chambres qui leur sont opposées.

M M M M Fenêtres par lesquelles on entre dans les chambres; ces fenêtres sont fermées avec des bri - ques lutées d'argile pendant la durée de l'opéra - tion.

N N N N Cheminées par lesquelles s'échappe la vapeur superflue qui est amenée par les aludels, après qu'elle a déposé les parties mercurielles dont elle étoit chargée.

6. Coupe longitudinale du fourneau par le milieu de l'ouverture du cendrier ou foyer.

A Ouverture du foyer ou cendrier par laquelle on introduit le bois.

B Le bois enflammé.

D La grille construite en briques & non en fer, comme la figure la représente, sur laquelle le minerai est empilé.

C Ouverture du dôme du fourneau.

E Aludels assemblés à un des soupiraux du fourneau; on voit par cette figure comment la fumée du bois s'échappe par la cheminée pratiquée dans l'épaisseur du mur sans traverser l'intérieur du fourneau.

7. Elévation perspective du fourneau du côté des portes par lesquelles on fait le feu.

A A Ouvertures des cendriers au - dessous de la grille; c'est par ces ouvertures qui restent toujours ou - vertes, que l'on introduit les matieres combusti - bles.

B Porte pour charger le fourneau; on ferme cette ouverture avec des briques & de l'argile.

K K Bâtiment qui contient les quatre chambres qui servent de récipiens.

8. Plan des fourneaux pris au rez - de - chaussée & au niveau de la grille. A A portes des cendriers. B B portes pour charger le fourneau. C C intérieur des fourneaux. E E D E les seize soupiraux.

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.