ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 19:7:20

cession, l'écu surmonté d'une couronne qui est un cer - cle d'or entortillé de perles enfilées.

Le baron doit être seigneur de trois châtellenies, pour relever du roi en une seule foi & hommage.

Vidame.

De gueule, à deux branches d'alisier d'argent, pas - sées en sautoir chargé du haut d'un écusson d'or, écar - telé au premier & quatrieme d'azur, aux chaînes d'ar - gent posées en sautoir, qui est Alberty; au second & troisieme, d'or, au lion couronné de gueule, l'écusson sous un chef échiqueté d'argent & d'azur, l'écu sur - monté d'une couronne d'or garnie de pierreries & de perles rechaussées de quatre croix pattées.

Le vidame étoit autrefois celui qui supplééoit à l'é - vêque pour aller à la guerre, & pour défendre son dio - cèse. Maintenant ce titre de seigneurie est rare; les plus considérables sont les vidames d'Amiens, de Chartres & de Reims.

Vicomte.

D'azur, à la croix d'or, cantonnée de vingt billettes de même, cinq dans chaque canton, posées 2. 1. & 2. la croix chargée en coeur d'un écu d'azur chargé d'une croix ancrée d'or, qui est Stainville; le tout surmonté d'une couronne de vicomte, un cercle émaillé chargé de quatre grosses perles blanches.

BLASON OU ART HÉRALDIQUE, | |PLANCHE XX.

PLANCHE XX. Des places principales de l'écu d'armes, & comme elles sont nommées.

L'écu d'honneur au haut du pennon, a neuf points ou places principales. A B C, le premier, le second, & le troisieme point du chef de l'écu. D, place, point ou lieu d'honneur. E, flanc ou place du milieu, & cen - tre de l'écu, que l'on nomme aussi coeur & abîme. F, le point ou place dite le nombril de l'écu. G, point du flanc dextre. H, point du flanc senestre. I, point & bas de la pointe de l'écu.

Ecu d'honneur au bas du pennon.

A, B, C, les trois points du chef représentant la tête de l'homme, dans laquelle résident l'esprit, le ju - gement & la mémoire. D, représente le cou de l'hom - me, & est appellé lieu d honneur. Les rois & princes voulant gratifier & honorer, donnent des chaînes d'or & des pierreries, & font chevaliers de leur Ordre. E, dénote le coeur de l'homme. F, représente le nom - bril. G, le flanc dextre. H, dénote le flanc senestre. I, représente les jambes de l'homme, symbole de la constance & fermeté.

Des partitions de l'écu, des écartelures & divisions. Ecusson à dextre.

I. Parti: cette sorte de division étoit autrefois assez fréquente, notamment par les femmes mariées ou par les veuves: elles mettoient les armes de leur mari au côté dextre, & les leurs à senestre; ce qui n'a jamais bien fait, estropiant toutes les pieces. Parti au 1. de, au 2. de. Voyez la république de Geneve, Planche XVII.

II. Coupé: cette division est nécessaire avec le parti, pour bien blasonner & déchifrer en peu de mots tel nombre de quartiers qu'on desirera de mettre dans l'écu d'armes; & l'on dit, coupé au 1. de, au 2. de.

III. Parti coupé: il est composé des deux premiers; & pour abréger on dit écartelé, & l'écusson qui est au milieu se dit sur le tout. Voyez écartelé, plusieurs exem - ples, comme Albert de Luynes, Pl. XIII. & Molé, Pl. XIX. &c. & pour sur le tout, l'archevêque de Reims, Pl. XIII. &c.

IV. Lorsque l'écu est rempli de six quartiers, il faut dire, parti d'un coupé de deux traits qui forment six quar - tiers; & puis il faut blasonner ce qui est au premier, & dire le nom de la maison, & ainsi du second, troisieme & de tous les autres; & par ce moyen l'on déchifrera avec facilité tel nombre de quartiers qui se rencontre - ront dans l'écu.

V. Lorsqu'il est partagé en huit, il faut dire, parti de trois traits & coupé d'un; ce qui forme huit quartiers, au 1. de, au 2. de, &c.

VI. Et lorsque l'écu est de dix quartiers, il faut dire, parti de quatre traits, & coupé d'un, ce qui forme dix quartiers au 1. de, au 2. de, &c.

Ecusson à senestre.

VII. Et quand il y a douze quartiers, il faut dire, parti de trois traits, coupé de deux.

VIII. L'écu qui est rempli de seize quartiers, se peut blasonner diversement, à sçavoir, parti de trois, coupé de trois, ou bien écartelé & contre - écartelé.

IX. Celui de vingt quartiers se dit, parti de quatre traits, coupé de trois.

X. Parti de trois, coupé d'un, qui font huit quar - tiers avec un écusson en coeur de l'armoirie principale, comme sont disposées les alliances & armes de la mai - son de Lorraine. Voyez la Pl. XVI.

XI. Parti de deux, coupé de trois, ce qui forme dou - ze quartiers.

XII. Ecusson à expliquer, écartelé; au premier con - tre - écartelé; au second, tranché; au troisieme, taillé; au quatrieme, coupé; sur le tout, parti, qui est l'é - cusson chargé d'un autre écusson qui se nomme sur le tout du tout.

XIII. Pennon de trente - deux quartiers, dont voici l'explication pour apprendre à bien blasonner. Avec un enté, parti à la pointe qui forme trente - quatre quar - tiers, & le sur le tout fait trente - cinq.

Donc ce pennon est parti de sept, coupé de trois qui font trente - deux quartiers entés en pointe sous le tout parti, qui font trente - quatre quartiers, & le sur le tout trente - cinq. Sçavoir:

Vingt - un royaumes, cinq duchés, un marquisat, quatre comtés, & trois seigneuries.

Le premier, du royaume de Castille, de gueule, à la tour donjonnée de trois pieces d'or, maçonnée de sa - ble. Le second, du royaume de Leon, d'argent, au lion de gueule, armé, lampassé & couronné d'or. Au troisieme, du royaume d'Arragon, d'or, à quatre pals de gueule. Au quatrieme, du royaume de Naples, d'a - zur, semé de fleurs - de - lis d'or, au lambel de gueule, écartelé du royaume de Jérusalem, d'argent, à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes de mê - me. Au cinquieme, du royaume de Sicile, d'or, à qua - tre pals de gueule, flanqués d'argent, à deux aigles de sable, becquées & membrées de gueule. Au sixieme, du royaume de Navarre, de gueule, au chêne d'or po - sé en croix, sautoir & orle. Au septieme, du royaume de Grenade, d'argent, à la grenade de gueule, tigée de sinople. Au huitieme, du royaume de Tolede, de gueu - le, à la couronne fermée d'or. Au neuvieme, du royau - me de Valence, de gueule, à une ville d'argent. Au di - xieme, du royaume de Galice, d'azur, semé de croix recroisetées au pié fiché d'or, au ciboire de même. Au onzieme, du royaume d'Asturie, écartelé au premier de Castille; au second & trosieme, d'azur, au ciboire d'or; au quatrieme, de Leon. Au douzieme, du royau - me de Majorque, d'or, à quatre pals de gueule, à la cottice de même, brochante en bande. Au treizieme, du royaume de Séville, d'azur, à un roi assis dans son trône d'or. Au quatorzieme, du royaume de Sardaigne, d'Arragon ancien, d'argent, à la croix de gueule, can - tonnée de quatre têtes de Maures de sable, tortillées d'argent. Au quinzieme, du royaume de Cordoue, d'or, à trois fasces de gueule. Au seizieme, du royaume de Murcie, d'azur, à six couronnes d'or, posées 3, 2 & 1. Au dix - septieme, du royaume de Jaen, écartelé d'or & de gueule, à la bordure componnée de quatorze pie - ces, de Castille & de Leon. Au dix - huitieme, du royau - me de Gibraltar de Castille, la tour chargée d'une clé de gueule, posée en pal, brochante sur la porte. Au dix - neu - vieme, comme roi desisles de Canarie, une mer d'ar - gent ombrée d'azur, à sept isles de sinople. Auvingtieme, comme roi des Indes, d'argent, semé de besans d'or.

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.