ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 17:711

patrie d'Hippocrate, & non de l'île de Ceos; cependant on recueilloit autrefois beaucoup de soie à Ceos; on en recueille encore de même aujourd'hui, & les bourgeois de Zia s'asseyent ordinairement pour filer leur soie sur les bords de leurs terrasses, aun de laisser tomber le suseau jusqu'au bas de la rue, qu'ils retirent ensuite en roulant le fil.

M. de Tournesort & sa compagnie trouverent l'évêque grec en cette posture, qui demanda quelles gens ils étoient; & leur fit dire que leurs occupations étoient bien frivoles, s'ils ne cherchoient que des plantes & de vieux marbres. Mais il eut pour reponse, que l'on seroit plus édisie de lui voir à la main les oeuvres de S. Chrysostome ou de S. Basile, que le fuseau.

Le même Pline, l. XVI. c. xxvij. a remarqué que l'on cultivoit dans Cea les figuiers avec beaucoup de soin; on y continue encore aujourd'hui la caprification. On y nourrit de bons troupeaux; on y recueille beaucoup d'orge & de velani; c'est ainsi qu'on appelle le fruit d'une des plus belles especes de chêne qui soit au monde; on s'en sert pour les teintures & pour tanner les cuirs. Il n'y a dans toute l'île que cinq ou six pauvres familles du rit latin; tout le reste est du rit grec, dont l'évêque est assez riche.

Le bourg de Zia, bâti sur les ruines de l'ancienne Carthée, est aussi sur une hauteur, à 3 milles du port de l'île de Zia, au fond d'une vallee désagréable. C'est une espece de théatre d'environ 2000 maisons, élevées par étages & en terrasses; c'est - à - dire que leur couvert est tout plat, comme par - tout le levant, mais assez fort pour servir de rue: cela n'est pas surprenant dans un pays où il n'y a ni charretes, ni carosses, & où l'on ne marche qu'en esearpins.

Parmi les marbres, conservés chez les bourgeois, le nom de Gymnasiarque se trouve dans deux inscriptions fort maltraitées, & l'on y voit un bas - relief en demi - bosse, où la figure d'une femme est représentée avec une belle draperie. La ville de Carthée s'étendoit dans la vallée qui vient à la marine. On y voyoit encore dans le dernier siecle plusieurs marbres, sur - tout une inscription de 41 lignes, transportée dans une chapelle. Le commencement de cette inscription manque, la plus grande partie des lettres est si effacée, qu'on n'y peut déchiffrer que le nom de Gymnasiarque. (Le chevalier de Jaucourt.)

ZIAMET & TIMAR

ZIAMET & TIMAR, (Hist. milit. des Tures.) on entend par ces deux morts ziamet & timar, de certains fonds de terre, dont les conquérans turcs ont dépouillé le clergé, la noblesse, & les particuliers des pays, qu'ils ont pris sur les Chrétiens. Ces sortes de terres ayant été confisquées au profit du grand seigneur, il les a destinées à la sabsistance d'un cavalier de la milice, appellé zaïm ou timariot: car zaim ou timariot est le nom de la personne, & ziamet ou timar le nom de la terre.

Le ziamet ne differe du timar, que parce qu'il est d'un plus grand revenu, car il n'y a point de ziamet qui vaille moins de 20 mille aspres de rente: ce qui est au - dessous n'a que le titre de timar. Le sieur Besguier juge que le mot ziamet vient de l'arabe: car, dit - il, zaïm signifie en arabe, un seigneur, un commandant, qui conduit un certain nombre d'hommes, dont il est le maître. Quant au mot timar, il le dérive du grec TIMH\, qui signifie honneur, parce que ces récompenses se donnoient pour honorer la vertu des soldats. Les Grecs appelloient ces marques d'honneur TIMARIA, & appelloient ceux qui en étoient honorés TIMARIOTAI. Les Turcs ont emprunté ces mots des Grecs, & se les sont appropriés avec peu de changement: car au lieu de timarion, ils disent timar, en retranchant la terminaison grecque.

Il y a deux sortes de gens qui composent la milice des Turcs. La premiere sorte est entretenue du revè<cb-> nu de certaines terres que le grand - seigneur leur donne: la seconde est payée en argent. La principalé force de l'empire consiste dans la premiere, qui est encore divisée en deux parties; car c'est celle qui est composée de zaïms, qui sont comme des gentilshommes en certains pays, & de timariots, qui peuvent être comparés à ceux que les Romains appelloient decumani.

Les uns & les autres, savoir les zaïms & le timariots, ont cependant été établi, pour la même sin. Toute la différence que l'on peut mettre entre eux, consiste dans leurs lettres patentes, qui reglent le revenu des terres qu'ils tiennent du grand - seigneur. La rente d'un zaïm est depuis 20000 aspres, jusqu'à 99919 & rien plas; s'il y avoit encore un aspre, ce seroit le revenu d'un sangiac - beg, qu'on appelle un bacha, qui est de 100000 aspres, jusqu'à 199999 aspres, car si on y ajoutoit un aspre davantage, ce seroit le revenu d'un beglerbeg.

Il y a deux sortes de timariots; les premiers reçoivent les provisions de leurs terres de la cour du grand seigneur. Ce nom leur a été donné, parcè que teskereh signifie un billet; & comme la syllabe lu s'ajoute par les Turcs aux noms substantifs, pour en former des adjectifs, teskereh - lu est celui qui est en possession d'un timar par un billet ou par un ordre de grand - seigneur. Leur revenu est depuis 5 ou 6000 aspres, jusqu'à 19999; car si on y ajoutoit encore un aspre, ce seroit le revenu d'un zaïm. Les autres s'appellent teskeretis, qui obtiennent leurs provisions du beglerbeg de leur pays: leur revenu est depuis 3000 aspres jusqu'à 6000.

Les zaims sont obligés de servir dans toutes les expéditions de guerre avec leurs tentes, où il doit y avoir des cuisines, d'autres appartemens proportionnés à leurs biens, à leur qualité: & pour chaque somme de 5000 aspres de revenu qu'ils recoivent du grand seigneur, ils sont obligés de mener avec eux à l'armée un cavalier, qui se nomme gebelu, c'est - à dire porteur de cuirasse; ainsi un zaïm qui a 30000 aspres de revenu, doit être accompagné de six cavaliers. Un zaïm qui en a 90000 doit être accompagné de 18 cavaliers, & de même des autres à proportion de leur revenu. Chaque zaïm prend le titre de kilitich, c'est - à - dire épée. C'est pourquoi lorsque les Tures font le compte des forces que les beglerbegs peuvent mener à l'armée pour le service de leur prince, ils ne s'arrêtent qu'aux zaïms & aux timariots seuls, qu'ils appellent autant d'épées, sans compter ceux qui les doivent accompagner.

Les timariots sont obliges de servir avec des tentes plus petites que les zaïms, fournies de trois ou quatre corbeilles, pour en donner une à chaque homme qui les accompagne; parce qu'outre qu'ils doivent combattre aussi - bien que les zaïms, il faut encore qu'ils portent de la terre & des pierres pour faire des batteries & des tranchées. Les timariots doivent en outre mener un cavalier pour chaque somme de 3000 aspres de revenu qu'ils ont; de même que les zaïms pour chaque somme de 5000 aspres.

Les zaïms & les timariots sont disposés par régimens, dont les colonels sont appellés alai - begler, du mot arabe alai, qui signifie celui qui est au - dessus des autres, & du mot turc beg, qui veut dire seigneur; de sorte que les alai - beglers sont les chefs ou les supérieurs des zaïms & des timariots, c'est - à - dire leurs colonels. Ces colonels sont soumis à un bacha; ou à un sangiag - beg, & celui - là a un begler - beg; lorsque toutes ces troupes sont rassemblées en un corps, elles se trouvent au rendez - vous qui est marqué par le général, que les Turcs appellent serasker. Lorsque les zaïms & les timariots marchent, ils ont des drapeaux appellés alem; & des tymbales, nommées tabl.

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.