ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 2:269

duite d'une matiere grasse qui a une odeur desagréable. Lorsque le blaireau est attaqué par d'autres animaux, il se couche sur le dos, & ne présente à son ennemi que les griffes & les dents. Sa morsure est très - forte. On dit que les femelles de cet animal portent pendant environ trois mois; qu'elles mettent bas en automne, lorsque les feuilles des arbres tombent; & qu'il y a deux ou trois petits à chaque portée. Ray, synop. quad. pag. 185. Aldrovande, de quad. digitatis, lib. II. cap. xj. Voyez Quadrupede. (I)

La chasse du blaireau se peut faire avec des bassets: si le terrier est sur un lieu élevé, on y doit faire entrer le chien par l'ouverture d'en - bas, afin d'obliger l'animal à sortir par celle d'en - haut; alors les chiens se jettent sur lui, & les chasseurs doivent l'assommer, & prendre garde de n'en pas être mordus. Les blaireaux se prennent aussi avec des collets.

On donne avec succès les cendres de cet animal dans les maladies des poumons, dans les crachemens de sang. Son sang séché & mis en poudre, est estimé bon contre la lepre, & passe pour un préservatif contre la peste. Sa graisse calme les douleurs des reins qui proviennent du calcul: elle appaise l'ardeur des fievres, & remédie aux contractions & aux foiblesses des articulations & des nerfs. On l'employe dans les douleurs de rhûmatisme. (N)

Blaireau

Blaireau, en terme de Doreur sur bois, est une espece de pinceau dont le poil est dur, qui sert à épousseter les pieces dorées, & à en faire tomber l'or inutile.

BLAIRIE

* BLAIRIE, (droit de) c'est celui qu'ont quelques seigneurs de permettre à leurs habitans de mener paître leurs bestiaux sur les chemins publics, les terres à grains, & les prés de leurs terres, après l'entiere dépouille. On appelle encore ce droit, droit de vaine pâture.

Il semble que la vaine pâture soit de droit commun: il y a même des cantons où l'on ne peut mettre ses prairies en regain, & en empêcher la vaine pâture après l'enlevement de la premiere herbe, qu'en bâtissant & en habitant sur le terrein de la prairie: mais il y a d'autres cantons où la vaine pâture ou le droit de blairie suit la haute justice, & où les justiciables sont obligés de l'acquérir par une redevance qu'ils payent au seigneur.

BLAISOIS

* BLAISOIS, (le) Géog. province de France, bornée au nord par la Beaucc, à l'orient par l'Orléanois, au midi par le Berry, à l'occident par la Touraine: Blois en est la capitale.

BLAME

BLAME, s. m. en Droit, est un jugement qui prononce une correction verbale contre l'accusé. Cette correction est infamante, & toûjours accompagnée d'amende. Il se prononce en ces termes: N. (le juge omme le coupable par son nom) la cour te blâme, & te rend infame.

Blame

Blame, en Jurisprudence féodale, est l'improbation que fait le seigneur de l'aveu & dénombrement que son nouveau vassal lui a fourni. Ce blâme consiste en deux points: à marquer ce que le vassal a mis de trop dans son dénombrement; par exemple, s'il y a compris la justice qu'il n'a pas, & qui appartient au seigneur dominant; s'il a mis au nombre des arrierefiefs des terres qui sont mouvantes en plein fief, c'est - à - dire immédiatement du seigneur dominant, & autre chose de cette nature: le second point consiste à marquer ce que le vassal a omis dans son dénombrement. Voyez Adveu. (H)

BLAMMUYSER

* BLAMMUYSER, s. m. (Comm.) c'est une monnoie usitée dans les Pays - Bas; on l'appelle aussi plaquette ou demi - escalin: elle valoit ci - devant environ six sous & demi de notre argent. Depuis quelques années, cette monnoie a été mise au billon dans les pays soûmis à la république des Provinces - Unies, & l'usagey en est absolument défendu. Pour les Pays - Bas Au<cb-> trichiens, on s'est contenté d'en fixer la valeur à environ la moitié de celle qu'elle avoit auparavant.

BLAMONT

* BLAMONT, (Géog.) petite ville de Lorraine sur la riviere de Vezaize. Long. 24. 20. lat. 48. 35.

BLANC

BLANC, adj. pris subst. (Physiq.) l'une des couleurs des corps naturels. Voyez Couleur.

On ne peut pas dire exactement que le blanc soit une couleur simple & unique, car c'est le composé de toutes les couleurs; ainsi que l'a prouvé M. Newton, qui a fait voir que les corps ne paroissent blancs qu'autant qu'ils refléchissent des rayons de toutes les couleurs. Voyez Couleur.

Les corps noirs s'échauffent plus aisément que les blancs, par la raison qu'ils absorbent les rayons de toutes les couleurs; au lieu que les blancs en renvoyent de toute espece. Voyez Noir.

C'est ce qui fait qu'un papier noir est plûtôt enflammé qu'un papier blanc, lorsqu'on le présente au miroir ardent, & que les étoffes noires que les teinturiers exposent au soleil, sont bien plûtôt seches que les blanches. Voyez Chaleur. (O)

Blanc

* Blanc, (couleur en Peinture.) Le plus commun est celui qu'on appelle blanc d'Espagne ou de Roüen: on le trouve chez les épiciers - droguistes par gros pains. Ce n'est qu'une terre ou marne blanche qui se fond très - facilement dans l'eau. Pour la purifier & lui ôter tout le gravier qui y est mélé, on la fait fondre ou dissoudre dans de l'eau claire dans quelque vaisseau bien net; ce qui se fait trés - facilement sans aucune manipulation. Quand elle est dissoute avec beaucoup d'eau, on la remue bien, & on la laisse reposer un peu de tems, pour que tout le gravier tombe au fond du vaisseau: alors on verse toute l'eau blanche dans des vaisseaux bien nets, & on la laisse reposer jusqu'à de que l'eau soit devenue claire, & que tout le blanc soit tombé au fond du vaisseau: on ôte ensuite toute l'eau du vaisseau sans agiter le fond; & quand elle est presque seche, on la met en pains, qu'ou laisse sécher à l'air. Ce blanc est d'un grand usage pour la détrempe: mais il ne peut servir à l'huile, parce qu'il manque de corps quand il y est mêlé.

Le blanc qu'on appelle craie, est à - peu - près de la même nature, à la réserve qu'il est plus dur, & qu'on s'en sert en quelques lieux pour bâtir: mais on peut le réduire comme la marne. Ce blanc s'appelle blanc de craie.

Il y a un troisieme blanc fort commun; c'est du maibre blanc bien pulvérisé: on ne l'employe que dans la peinture à fresque.

Blanc de plomb

Blanc de plomb ou Céruse, est une sorte de rouille que donne le plomb, ou plûtôt c'est du plomb dissous par le vinaigre. Cette couleur est d'un grand usage pour les Peintres. Voyez Plomb.

Le blanc de plomb ou blanc de céruse, est un blanc parfaitement beau. Dans les ouvrages à détrempe, où il y a plusieurs teintes ou nuances à faire, on mêle le blanc de plomb avec le blanc de Roüen; car il a plus de corps, & se travaille plus facilement. Mais pour la peinture à l'huile, on n'employe que du blanc de plomb.

On a deux manieres de faire le blanc de plomb: dans la premiere on réduit le plomb en lames minces qu'on trempe dans du vinaigre fort, & qu'on gratte tous les jours pour en ôter la rouille formée sur la surface; répetant cette opération jusqu'à ce que le plomb ait entierement disparu: dans la seconde, on forme avec les petites lames de plomb des rouleaux semblables à des rouleaux de papier, en observant seulement de laisser un peu d'espace entre chaque feuille du rouleau; on suspend ces lames dans le milieu d'un pot deterre, au fond duquel est du vinaigre; on ferme ensuite exactement ce pot, & on l'enferme dans du fumier pendant trente jours, après quoi on l'ouvre, & on y trouve le plomb comme

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.