ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Page 2:222

& de moindre qualité: aussi ce poisson n'est - il pas recherché. Rondelet. Voyez Poisson. (I)

B H

BHAVAM

* BHAVAM, s. f. (Hist. mod.) déesse des Indiens; c'est la puissance à laquelle ils donnent pour époux le puissant. Il paroît que ce n'est là qu'une maniere mysterieuse de désigner ou la matiere & la forme, ou les causes & les effets. Voyez Kircher, Chin. illust. pag. 161.

B I

BIA

* BIA, s. m. (Commerce.) coquille blanche qui sert de monnoie aux Indes. Les Siamois lui donnent ce nom à la Chine: mais dans le reste des Indes, on l'appelle coris. Voyez Coris. Neuf bia ou coris valent un denier, argent de France.

BIAFARA

* BIAFARA, (Géog.) royaume d'Afrique, dans la basse Ethiopie, dont les habitans sont idolatres. Long. 35. 50. lat. 6. 10.

BIAFARES

* BIAFARES, s. m. pl. (Géog.) peuples d'Afrique, sur la côte de Guinée, vis - à - vis les îles de Bisagos.

BIALA

* BIALA, (Géog.) ville du palatinat de Rava, dans la grande Pologne.

Biala

* Biala, (Géog.) ville du palatinat de Briescia, dans le grand duché de Lithuanie.

BIALOGROD

* BIALOGROD, (Géog.) ville de la Bessarabie, sur le Niester, appartenante aux Turcs; cette ville s'appelle aussi Akerman. Long. 49. 20. lat. 46. 24.

BIALOGRODKO

* BIALOGRODKO, (Géog.) ville capitale de l'Ukraine, située en Wolhinie, sur la riviere d'Onetz, qui se jette dans le Don, elle appartient aux Moscovites.

BIAIS

BIAIS, s. m. en Architecture, on entend par ce nom les obliquités ou angles saillans, qu'on ne peut éviter dans un mur de face ou mitoyen, à cause du coude que forment souvent les rues d'une ville ou d'un grand chemin, ou le terrein de son voisin avec le sien, par une suite des partages qui ont été faits avant l'acquisition. (P)

Biais, Biaiser

Biais, Biaiser, (Jardinage.) c'est à l'art qu'il appartient de racheter les biais d'un jardin, qui forment des alignemens irréguliers & des formes bisarres, & c'est ce qu'on appelle sauver un biais.

Dans les pieces couvertes, comme sont les bosquets, une ligne droite que forme une palissade, redresse un biais qui se perd dans les quarrés de bois.

Dans les lieux découverts, tels qu'un parterre, un boulingrin, le biais paroît un peu plus, mais il se sauve dans l'étendue, & on ne peut juger que par le plan, de l'irrégularité du terrein.

On rejette le biais sur les plattes - bandes dans les petits jardins, en régularisant la piece du milieu, & on redresse les plattes - bandes par un trait de buis; des lisieres de bois & de brossailles rachetent le biais des murs; & les coudes des allées qui ne peuvent s'aligner, se corrigent par le moyen d'un berceau ou d'un banc placés à propos dans l'angle.

Pour rendre le biais plus tolérable d'un quarré long dont deux côtés opposés sont inégaux, entrez par le petit côté, la perspective racourcira le grand. (K)

Biais

Biais, (Manege.) aller en biais, c'est - à - dire, les épaules avant la croupe. Faire aller un cheval en biais. La leçon du biais au passager. Si les épaules sont avant la croupe, le cheval est en biais, & a la croupe un peu en dehors. Mettre le cheval en biais, tantôt à une main, & puis le pousser en avant; tantôt à l'autre, & puis le pousser de même en avant, & réitérer cela de main en main & en avant, lui fait obéir la main & le talon, & est une excellente leçon; mais d'autant qu'il est mis en biais, il faut que les parties de devant aillent toûjours avant celles de derriere. La maniere de faire aller un cheval en biais; de lui faire faire des courbettes en biais; de le mettre au pas en biais, & en courbette en biais, est fort détaillée dans New - caftle. Pour aller en biais, il faut aider aussi à toutes mains le cheval de la rêne de dehors, & soûtenir, c'est - à - dire, le tenir ferme, sans lui donner aucun tems: car le cheval le prend mieux qu'on ne peut le lui donner. Il faut aussi l'aider de la jambe de dehors; c'est - à - dire, qu'il faut que la rêne & la jambe soient d'un même côté, & toûjours en dehors. (V)

BIALOZERKIEW

* BIALOZERKIEW, (Géog.) ville du palatinat de Kiovie, en Pologne, sur la riviere de Rost.

BIALY - KAMEN

* BIALY - KAMEN, (Géog.), petite ville de la Russie, sur la riviere de Bug.

BIAN

BIAN, est un terme usité dans les coûtumes d'Anjou, de Poitou, d'Angoumois, & de S. Jean d'Angely, pour signifier ce que nous appellons corvée. Voyez Corvée. (H)

BIANA

* BIANA, (Géog.) ville d'Asie, dans les états du Mogol; on y trouve d'excellent indigo; elle est à 20 lieues d'Agra. Long. 95. 30. lat. 46. 24.

BIANDRA ou BIANDRATE

* BIANDRA ou BIANDRATE, (Géog.) petite ville du Milanois, sur les frontieres du comté de Verceil.

BIARQUE

* BIARQUE, s. m. (Hist. anc.) intendant des vivres, à la cour des empereurs de Constantinople. Sa charge s'appelloit biarchie, de BIOS2, vie, & A)RXH\, chef; c'étoit la même dans le palais de l'empereur, que celle du proefectus annonoe dans Rome.

BIATHANATES

BIATHANATES, du grec BIAQANAOI\, suicides, ou ceux qui se tuent eux - mêmes. Voyez Suicide.

Le doyen de S. Paul de Londres a composé, sous le titre de Biathanatus, un ouvrage imprimé à Londres, in - 4°. dans lequel il entreprend de prouver cette proposition, ou plûtôt cet étrange paradoxe: que le suicide n'est pas si essentiellement un péché, qu'il ne puisse jamais cesser de l'être. (G)

BIBA

BIBA, (Hist. nat. bot.) c'est le nom qu'on donne à l'arbre qui produit l'anacardium. Voy. l'article Anacarde. (I)

BIBBY

* BIBBY, (Hist. nat. bot.) arbre qui croît dans la terre - ferme de l'Amérique, dont il sort beaucoup d'un jus auquel les Anglois donnent aussi le nom de bibby; son tronc est droit, de la grosseur de la cuisse, de soixante à soixante - dix piés de haut, sans branches ni feuilles jusqu'au sommet, & chargé de pointes; le fruit croît au - dessous, & tout au - tour de l'endroit où les branches commencent à pousser: le bois en est très - dur, & noir comme de l'encre. Les Indiens ne sont pas dans l'usage de le couper: mais ils le brûlent pour en avoir le fruit, qui est blanchâtre, huileux, & de la grosseur d'une noix de muscade; on le pile dans des mortiers de bois; on le fait cuire, & on le passe à la chausse; lorsque ce jus est refroidi, on en ôte une huile limpide très - amere, qui nage à la surface; les sauvages s'en servent pour se frotter, & y mêlent des couleurs pour se peindre le corps. Lorsque cet arbre est encore jeune, ils y font une incision, & il en sort beaucoup de jus, qui ressemble à du petit lait; il a un goût aigrelet, mais assez agréable; les Indiens le boivent après l'avoir laissé reposer pendant quelques jours.

BIBEN

* BIBEN, (Géog.) ville de l'Istrie, dans le comté de Mitterburg.

BIBER

* BIBER, (Géog.) petite riviere, dans le duché de Magdebourg.

BIBERACH

* BIBERACH, (Géog.) ville libre & impériale de la Soüabe, à quatre lieues d'Ulm, sur la riviere de Russ, & le ruisseau de Biber. Long. 27. 32. lat. 48. 4.

BIBERISCH

* BIBERISCH, (Géog.) petite riviere de la Misnie, qui tombe dans la Moldave à Nossen.

BIBERTEICH

* BIBERTEICH, (Géog.) petite ville de Silésie, dans la principauté de Crossen.

BIBESIE & EDESIE

* BIBESIE & EDESIE, s. f. (Mith.) déesses des banquets: l'une présidoit au vin, & l'autre à la bonne - chere.

BIBLE

BIBLE, s. f. (Théol.) TA\BI/LI/A, pluriel de BILION, livre; c'est - à - dire, les écritures ou livre par excellence.

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.