ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous page

Page 13:648

Ordre VIII. Cete. Cet ordre comprend les cétacées divisés en quatre genres.

Quadrupede

Quadrupede ailé, (Hist. nat.) Il faut mettre au rang des fables de l'histoire naturelle, les contes de quadrupedes ailés, du griffon, du dragon quadrupede, des basilics, des lamies, & autres semblables qui n'ont jamais existé que dans l'imagination.

Cependant, quoique toutes les histoires de quadrupedes ailés soient fausses, il ne faut pas nier absolument que la nature ait refusé à tous sans exception une espece de vol. Il y a dans les Indes orientales & occidentales des animaux qui ont les piés de devant attachés par une espece de membrane qui leur tient en quelque maniere lieu d'ailes. Tel est l'animal qu'on nomme le dragon volant, & que Pison, ainsi que Bontius rangent parmi les quadrupedes. Ces sortes d'animaux peuvent pendant quelque tems se mouvoir & se suspendre dans l'air. C'est ainsi que l'écureuil volant peut se soutenir par une membrane étendue qui l'empêche de tomber dans les sauts qu'il fait d'un arbre à l'autre. Il ne faut donc pas regarder les mots volant & ailé comme synonymes; il n'y a point de quadrupedes ailés; mais il y en a un qui vole sans avoir des ailes, & c'est la seule chauvesouris. Certaines especes de lézards & d'écureuils sont dits voler improprement; car ils ne peuvent se soutenir dans l'air que pendant des momens, au moyen des peaux qui sont attachées à leurs pates, & qui leur servent à se suspendre dans les sauts qu'ils font d'un endroit un peu plus élevé à un plus bas. (D. J.)

QUADRUPLATOR

QUADRUPLATOR, s. m. (Hist. rom.) ce mot qu'on trouve dans Cicéron, signifie un délateur, pour des crimes qui concernoient la république; on le nommoit quadruplator, parce qu'on lui donnoit la quatrieme partie du bien de ceux qui sur sa délation, avoit été consisqué. Plaute a forgé le verbe quadruplari, pour signifier, faire la profession de délateur. (D. J.)

QUADRUPLE

QUADRUPLE, s. m. (Monnoie.) monnoie d'or qui vaut quatre fois autant que l'espece dont elle est une des augmentations. Le quadruple de la pistole d'Espagne s'appelle aussi piece de quatre pistoles, qui sur le pié d'onze livres la pistole d'Espagne, vaut quarante - quatre livres monnoie de France.

Le quadruple louis est une piece d'or fabriquée sous le regne de Louis XIII. en 1641; elle a d'un côté pour légende, Christus vincit, regnat, imperat; & de ce même côté il y a au milieu de cette espece, une croix couronnée de quatre couronnes, & cantonnée de quatre fleurs de lys. Elle a de l'autre côté pour légende, Ludovicus decimus tertius Dei gratiâ Francorum rex, avec la tête de Louis XIII.

Le quadruple pese 10 deniers 12 grains trébuchans, & valoit sous Louis XIII. vingt livres. (D. J.)

Quadruple - croche

Quadruple - croche, s. f. en italien quatri - croma, est une note de musique qui ne vaut que le quart d'une croche, ou la moitié d'une double croche. Il faut soixante - quatre quadruples - croches pour une mesure à quatre tems: mais on n'employe guere cette espece de notes. Voyez Valeur des notes.

La quadruple - croche est presque toujours liée avec d'autres notes de pareille ou de différente valeur, & se figure ainsi [omission: musical score; to see, consult fac-similé version] ou [omission: musical score; to see, consult fac-similé version] Elle tire son nom du quadruple crochet par lequel on la désigne. (S)

QUAESTORIANENSIS

QUAESTORIANENSIS, (Géog. anc.) siége épiscopal d'Afrique, dans la Byzacène; la notice épiscopale d'Afrique nomme cette province Victorianus quoestorianensis. Entre les évêques qui souscrivirent la lettre qu'écrivirent ceux de la Byzacène qui étoient au concile de Latran, tenu sous le pape Martin, on trouve ces paroles, spes in Deo, episco - pus sanctoe ecclesioe Quoe storianensis. (D. J.)

QUAKENBRUGGE

QUAKENBRUGGE, (Géog. mod.) petite ville d'Allemagne, au cercle de Westphalie, dans l'évêché d'Osnabruck: elle est sur la riviere de Hase, à huit lieues N. O. d'Osnabruck, 14 S. O. de Brème. Long. 25. 44. latit. 52. 45. (D. J.)

QUAKER

QUAKER, s. m. (Hist. des sect. mod.) ce mot anglois veut dire trembleur; c'est le sobriquet odieux qu'on s'est avisé de donner à une secte pacifique, dont la religion théorique a été cent fois tournée en ridicule, & dont on a été forcé de respecter la morale. Cette secte ne ressemble point pour les dogmes, & encore moins pour la conduite, à ces anabaptistes d'Allemagne du seizieme siecle, ramas d'hommes rustiques & féroces, qui pousserent leur fanatisme sauvage aussi loin que peut aller la nature humaine abandonnée à ses emportemens.

Les Quakers dont nous parlons, s'éleverent en Angleterre au milieu des guerres civiles du regne de Charles I. Georges Fox né dans un village du comté de Leicester, & fils d'un simple artisan, touché des malheurs de sa patrie, prêcha sans étude la morale, la charité mutuelle, l'amour de Dieu, un culte simple, & la nécessité de l'inspiration du Saint - Esprit, pour mériter le salut. Il blâma les vues intéressées des ministres anglicans; condamna la guerre comme une fureur, & le serment comme un outrage fait à Dieu. Cromwel le fit arrêter avec sa femme; mais cette persécution multiplia ses disciples & ses sectateurs; on les maltraita, on sévit contre eux, on les joua sur le théâtre; ils mépriserent les mauvais traitemens, les prisons, & les satyres.

La secte fit les progrès les plus rapides; Cromwel fut obligé de la craindre & de la respecter. Voyant que leur nombre augmentoit sans cesse, il leur fit offrir de l'argent, pour les attirer à son parti; mais ils furent incorruptibles; & il dit un jour, que cette religion étoit la seule contre laquelle il n'avoit pû prévaloir avec des guinées.

Ils établirent pour premier principe de la morale religieuse, la frugalité, la tempérance, la modestie, le recueillement. 2°. Des pasteurs qui seroient nommés par l'assemblée des fideles. 3°. Ils embrasserent l'opinion des Anabaptistes sur le baptême & les sacremens. 4°. Ils établirent que tous les hommes sont égaux par leur nature. 5°. Qu'ils ont tous des lumieres suffisantes pour obtenir le salut par une bonne conduite. 6°. Qu'on sera justifié auprès de Dieu par sa propre justice. 7°. Que l'esprit de Dieu habite en tout homme qui ne l'éteindra pas. 8°. Enfin, pour se mettre en garde contre tout indigne commerce de mensonges & de flateries, ils jugerent qu'on devoit également tutoyer les rois & les charbonniers en leur parlant; n'avoir pour les hommes que de la charité & du respect pour les lois.

Voilà les principaux dogmes de cette secte: après cela qu'on range tant qu'on voudra les Quakers parmi les fanatiques; ce sont toujours des fanatiques bien estimables Je ne puis m'empêcher de déclarer, que je les estime un peuple vraiment grand, vertueux, plein d'industrie, d'intelligence, & de sagesse. Ce sont des gens animés des principes les plus étendus de bénéficence, qu'il y ait jamais eu sur la terre. Leur charité se porte sur toute la race du genre humain, ne refusant à personne les miséricordes des dieux. Ils reconnoissent publiquement que la liberté universelle est due à tout le monde. Ils condamnent les impôts, & néanmoins ils les payent, & s'y soumettent sans murmure. Enfin, c'est peut - être le seul parti chez les Chrétiens, dont la pratique du corps entier, réponde constamment à ses principes. Je n'ai point de honte d'avouer que j'ai lu & relu avec un plaisir singulier l'apologie du Quakérisme par Robert Barclay; il m'a convaincu que c'est, tout calculé, le

Next page


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.