ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

BANDE (Page 2:56)

* BANDE, troupe, compagnie, (Gramm.) termes synonymes, en ce qu'ils marquent tous multitude de personnes ou d'animaux. Plusieurs personnes jointes pour aller ensemble, sont la troupe; plusieurs personnes séparées de la troupe font la bande; plusieurs personnes que des occupations, un intérêt, un emploi, réunissent, forment la compagnie. Il ne faut pas se séparer de sa troupe pour faire bande à part. Il faut avoir l'esprit & prendre l'intérêt de sa compagnie. On dit une troupe de comédiens, une bande de violons, & la compagnie des Indes. On dit aussi une bande d'etourneaux, des loups en troupe, deux tourterelles de compagnie.

Bande, est encore synonyme à troupe. On dit d'une troupe de soldats qui combattent sous le même étendart, que c'est une bande.

Romulus divisa les légions par cohortes, & les cohortes en manipules, du nom de l'enseigne sous laquelle elles combattoient, & qui étoit alors une poignée de foin au bout d'une pique, manipulus. Voyez Enseigne & Légion.

M. Beneton croit que le mot de ban a donné origine à celui de bande. D'abord que le ban étoit publié, dit - il, tous les militaires d'un gouvernement étant assemblés, on les partageoit en différentes bandes ou compagnies; les unes de cavaliers ou d'hommes d'armes, les autres de soldats ou fantassins, chacune sous le commandement d'un senior, c'est - à - dire, du plus élevé ou du plus consideré d'entre tous ceux qui composoient la bande. . . . Du terme de ban sont venus ceux de bande & de banniere pour exprimer des hommes attroupés & des enseignes. Une bande étoit un nombre de soldats unis sous un chef, & l'enseigne qui servoit à la conduite de ces soldats, étoit aussi une bande ou une banniere. La bande enseigne donna son nom à chaque troupe assez considérable pour avoir une enseigne. Les bandes ou montres militaires d'autrefois, étoient ce que nous appellons présentement des compagnies.

Ainsi dans nos historiens, les vieilles bandes signifient les anciens régimens, les troupes aguerries. Il y est aussi parlé des bandes noires, soit que leurs enseignes fussent noires, soit qu'elles portassent des écharpes de cette couleur, comme c'étoit autrefois la mode dans les armées pour distinguer les divers partis. (G)

Bande (Page 2:56)

Bande (Hist. mod.) ordre militaire en Espagne, institué par Alphonse XI, roi de Castille, l'an 1332. Il prend son nom de banda, bande, ou ruban rouge, passé en croix au - dessus de l'épaule droite, & au - dessous au bras gauche du chevalier. Cet ordre n'étoit que pour les seuls cadets des maisons nobles. Les aînés des grands en sont exclus; & avant que d'y être admis, il salloit nécessairement avoir servi dix ans au moins, soit à l'armée ou à la cour. Ils étoient tenus de prendre les armes pour la défense de la soi catholique contre les infideles. Le roi étoit grand maître de cet ordre, qui ne subsiste plus. (G)

Bande (Page 2:56)

Bande, s. f. (Gramm.) c'est en général un morceau de drap, de toile, de fer, de cuivre & de toute [p. 57] autre matiere, dont la largeur & l'épaisseur sont peu considérables relativement à la longueur.

Le mot bande présente assez ordinairement à l'esprit, l'idée d'attache & de lien; cependant ce n'est pas là toùjours la destination de la bande.

Les termes bande, lisiere, barre, peuvent être considerés comme synonymes; car ils désignent une idée générale qui leur est commune, beaucoup de longueur sur peu de largeur & d'épaisseur: mais ils sont différentiés par des idées accessoires. La lisiere indique longueur prise ou levée sur les exémités d'une piece ou d'un tout; bande, largeur prise dans la piece, avec un peu d'épaisseur; barre, une piece ou un tout même, qui a beaucoup de longueur sur peu de largeur avec quelqu'épaisseur. Ainsi on dit la lisiere d'un drap; une bande de toile; une barre de fer.

Bandes (Page 2:57)

Bandes de Jupiter (en Astronomie) sont deux bandes qu'on remarque sur le corps de Jupiter, & qui ressemblent à une ceinture ou baudrier. V. Jupiter.

Les bandes ou ceintures de Jupiter sont plus brillantes que le reste de son disque, & terminées par des lignes paralleles. Elles ne sont pas toûjours de la même grandeur, & elles n'occupent pas toûjours la même partie du disque.

Elles ne sont pas non plus toûjours à la même distance: il semble qu'elles augmentent & diminuent alternativement. Tantôt elles sont fort éloignées l'une de l'autre; tantôt elles paroissent se rapprocher: mais c'est toûjours avec quelque nouveau changement. Elles sont sujettes à s'altérer de même que les taches du Soleil: une tache très - considérable que M. Cassini avoit apperçue sur Jupiter en 1665, ne s'y conserva que près de deux années. Elle parut pendant tout ce tems immobile au même endroit de la surface. On en détermina pour lors la figure, aussi bien que la situation par rapport aux bandes. Elle disparut enfin en 1667, & ne reparût que vers l'an 1672, où l'on continua de l'appercevoir pendant trois années consécutives. Enfin elle s'est montrée & cachée alternativement; de maniere qu'en 1708, on comptoit depuis 1665 huit apparitions completes. C'est par les révolutions de cette tache observées un grand nombre de fois, qu'on a découvert le tems de la révolution de Juper autour de son axe.

Il est vraissemblable que la terre que nous habitons est dans un état plus tranquille & bien différent de celui de Jupiter; puisque l'on observe dans la surface de cette planete des changemens, tels qu'il en arriveroit sur notre globe, si l'Océan par exemple changeant de lieu venoit à se répandre indifféremment sur toutes les terres, ensorte qu'il s'y formât de nouvelles mers, de nouvelles îles, & de nouveaux continens. Inst. astr. de M. le Monnier.

M. Huyghens a aussi découvert une espece de bande fort large dans la planete de Mars, qui est beaucoup plus foncée que le reste du disque, dont elle n'occupe que la moitié. (O)

Bandes (Page 2:57)

Bandes (en Architecture) se dit des principaux membres des architraves, des chambranles, impostes & archivoltes, qui pour l'ordinaire ont peu de saillie & de hauteur sur une grande étendue. On les nomme aussi fasce, du latin sascia, dont Vitruve se sert pour exprimer la même chose. Voyez Plate - bande.

On donne encore, dans les édifices bâtis de brique, le nom de bande aux bandeaux de cette matiere qui sont aux pourtours, ou dans les trumeaux des croisées.

On dit aussi bande de colonne, lorsqu'on veut parler du bossage dont on orne quelquefois le nud des ordres rustiques, comme aux colonnes du Luxembourg pointillées ou vermiculées; à celles du vieux Louvre; aux colonnes taillées d'ornemens de peu de relief, comme aux galeries du même palais du côté de la riviere. Voyez Bossages. (P)

Bande (Page 2:57)

Bande (en terme de Marine) signifie côté.

Bande du nord, c'est - à - dire le côté du nord, ou latitude septentrionale.

Bande du sud, ou latitude méridionale.

Bande se dit encore du côté ou flanc du vaisseau: avoir son vaisseau à la bande, mettre son vaisseau à la bande, c'est le faire pancher sur un côté appuyé d'un ponton, afin qu'il présente l'autre flanc quand on veut le nettoyer, ou lui donner le radoub, le braier, & étancher quelque voie d'eau.

Tomber à la bande, c'est tomber sur le côté.

Bande de Sabords (Page 2:57)

Bande de Sabords (terme de Manne) c'est toute une rangée de sabords sur le côté du vaisseau.

Bande (Page 2:57)

Bande, ou litre de toile goudronnée, qu'on met quelquefois sur les coutures d'un vaisseau.

Bande (Page 2:57)

Bande (en termes de Chirurgie) est une ligature beaucoup plus longue que large, qui sert à tenir quelque partie du corps enveloppée & serrée, pour la maintenir dans un état sain, ou le lui procurer.

La bande consiste en trois parties, le corps & les deux extrémités, que quelques - uns appellent tétes ou chefs; & d'autres, queues. Il y a des bandes à un seul chef, c'est - à - dire, qui ne sont roulées qu'à un bout, fig. 21. Pl. II. & d'autres à double chef, fig. 22. Pl. II.

De plus, il y en a qui sont roulées également, comme celles pour les fractures & les dislocations; d'autres qui sont divisées en plusieurs chefs, comme celles pour la tête, le menton; d'autres sont composées de plusieurs bandelettes unies & cousues ensemble, comme celles pour les testicules. Quelques - unes sont fort larges, comme celles pour la poitrine, le ventre, &c. d'autres étroites, comme celles pour les levres, les doigts, &c. Guidon conseille de faire la bande pour l'épaule, de six doigts de large; celle pour la cuisse, de cinq; celle pour la jambe, de cinq; celle pour le bras, de trois; & celle pour le doigt, d'un.

Il a deux sortes de bandes, les unes sont remedes par elles mêmes; telles sont celles qui servent aux fractures simples, à réunir les plaies, arrêter les hémorrhagies, &c. Les autres ne sont que contentives, c'est - à - dire qu'elles ne servent qu'à contenir les médicamens. La matiere des bandes est ordinairement du linge médiocrement fin, un peu élimé. Les bandes doivent être coupées à droit fil, & n'avoir ni ourlet ni lisiere. Voyez Bandage. (Y)

Bande (Page 2:57)

Bande, (en Commerce.) petit poids d'environ deux onces dont on se sert en quelques endroits de la côte de Guinée pour peser la poudre d'or. Dictionn. du Commerce, tom. I. p. 818. (G)

Bande (Page 2:57)

Bande, en termes de Blason, armoirie formée par deux lignes tirées diagonalement ou transversalement, c'est - à - dire, depuis le champ de l'écusson à la droite, jusqu'au bas de la gauche, en représentation d'un baudrier ou d'une écharpe passée sur l'épaule.

La bande est une des dix pieces honorables ordinaires: elle occupe la troisieme partie du champ, lorsqu'il est chargé, & la cinquieme lorsqu'il est uni. Elle est quelquetois denterée, engrelée, &c. les héraults d'armes parlent d'une bande dextre & d'une bande senestre: une bande se divise en bande tte, qui est la sixieme du champ; en jarretiere, qui est la moitié d'une bande; en valeur, qui est le quart de la bande; & en ruban, qui est la moitié de la valeur. Bande dextre est celle qui se nomme en terme propre & absolu bande, comme elle est définie plus haut: le mot dextre lui est annexé par l'usage, pour obvier à des méprises & la distinguer de la bande senestre, qui est ce que les héraults d'armes François appellent barre. Voy. Barre. (V)

Bande (Page 2:57)

Bande d'une selle, se dit en Manége de deux pieces de fer plates, larges de trois doigts, cloüées aux [p. 58] arçons pour la tenir en état. Mettre un arçon sur bande, c'est cloüer les deux bouts de chaque bande à chaque côté de l'arçon. Outre ces deux grandes bandes, l'arçon de devant en a une petite appellée bande du garot, avec un croissant pour tenir en état l'arcade du garot. L'arçon de derriere a aussi une petite bande pour le fortifier. (V)

Bande de derriere (Page 2:58)

Bande de derriere, en Bourserie, c'est une bande de cuir attachée aux deux bouts de la cartouche en - dessous, par laquelle on passe une autre bande de cuir qui sert à porter la cartouche. V. Cartouche.

Bande (Page 2:58)

Bande, chez les Imprimeurs, sont deux grandes tringles de bois de quatre piés & demi de long, sur trois pouces de large, recouvertes de lames de fer poli, ou à arrête, placées dans le milieu du berceau de la presse, & sur lesquelles roule le train. V. Berceau de Presse.

Bandes de toises (Page 2:58)

Bandes de toises, dans les Salines, & particulierement à Moyenvic, ce sont des cercles de fer par lesquels le haut des poelles est ceint & terminé.

Bande de tour (Page 2:58)

Bande de tour, terme de Pâtisserie, long morceau de pâte que les Pâtissiers nomment ainsi parce qu'il se met autour d'une tourte ou d'une autre piece, pour en contenir les parties intérieures ou supérieures.

Bande se dit encore en Pâtisserie d'un petit cordon de pâte qu'on étend en croix sur une tourte, & dont on forme plusieurs petits quarreaux qui servent d'agrémens à la piece.

Bandes de Billard (Page 2:58)

Bandes de Billard, terme de Paumier; ce sont quatre grandes tringles de bois rembourées de lisieres de drap, & recouvertes de morceaux de drap vert qui y sont attachés avec des clous de cuivre: on fixe ces bandes sur les bords de la table du billard par - dessus le tapis, avec des vis qui entrent dans la table; ces bandes sont rembourées d'une maniere bien ferme, afin de renvoyer les billes qui viennent y frapper.

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.