ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous subarticle

Baillement (Page 2:17)

Baillement, s. m. ce mot est aussi un terme de Grammaire; on dit également hiatus: mais ce dernier est latin. Il y a bâillement toutes les fois qu'un mot terminé par une voyelle, est suivi d'un autre qui commence par une voyelle, comme dans il m'obligea à y aller; alors la bouche demeure ouverte entre les deux voyelles, par la nécessité de donner passage à l'air qui forme l'une, puis l'autre sans aucune consonne intermédiaire; ce concours de voyelles est plus pénible à exécuter pour celui qui parle, & par conséquent moins agréable à entendre pour celui qui écoute; au lieu qu'une consonne faciliteroit le passage d'une voyelle à l'autre. C'est ce qui a fait que dans toutes les langues, le méchanisme de la parole a introduit ou l'elision de la voyelle du mot précédent, ou une consonne euphonique entre les deux voyelles.

L'élision se pratiquoit même en prose chez les Romains. « Il n'y a personne parmi nous, quelque grossier qu'il soit, dit Cicéron, qui ne cherche à éviter le concours des voyelles, & qui ne les réunisse » dans l'occasion. Quod quidem latina lingua sie observat, nemo ut tam rusticus sit, quin vocales nolit conjungere. Cic. Orator. n. 150. Pour nous, excepté avec quelques monosyllabes, nous ne faisons usage de l'élision que lorsque le mot suivi d'une voyelle est terminé par un e muet; par exemple, une sincere amitié, on prononce sincer - amitié. On élide aussi l'i de si en si il, qu'on prononce s'il; on dit aussi m'amie dans le style familier, au lieu de ma amie ou mon amie: nos peres disoient m'amour.

Pour éviter de tenir la bouche ouverte entre deux voyelles, & pour se procurer plus de facilité dans la prononciation, le méchanisme de la parole a introduit dans toutes les langues, outre l'élision, l'usage des lettres euphoniques, & comme dit Cicéron, on a sacrifié les regles de la Grammaire à la facilité de la prononciation: Consuetudini auribus indulgenti libenter obsequor...... Impetratum est consuetudine ut peccare suavitatis causâ liceret. Cicer. Orator. n. 158. Ainsi nous disons mon ame, mon épée, plûtôt que ma ame, ma épée. Nous mettons un t euphonique dans y a - t - il, dira - t - on; & ceux qui au lieu du tiret ou trait d'union mettent une apostrophe après le t, font une faute: l'apostrophe n'est destinée qu'à marquer la suppression d'une voyelle, or il n'y a point ici de voyelle élidée ou supprimée.

Quand nous disons si l'on au lieu de si on, l' n'est point alors une lettre euphonique, quoiqu'en dise M. l'abbé Girard, tom. I. p. 344. On, est un abrégé de homme; on dit l'on comme on dit l'homme. On m'a dit, c'est - à - dire, un homme, quelqu'un m'a dit. On, marque une proposition indéfinie, individuum vagum. Il est vrai que quoiqu'il soit indifférent pour le sens de dire on dit ou l'on dit, l'un doit être quelquefois préferé à l'autre, selon ce qui précede ou ce qui suit, c'est à l'oreille à le décider; & quand elle préfere l'on au simple on, c'est souvent par la raison de l'euphonie, c'est - à - dire par la douceur qui résulte à l'oreille de la rencontre de certaines syllabes. Au reste ce mot cuphonic est tout grec, E=U bien, & FWNH\, son.

En grec le v, qui répond à notre n, étoit une lettre euphonique, sur - tout après l'E & l'I: ainsi au lieu de dire E)IXOSI A)/NDRES2, viginti viri, ils disent E)IXOSI A)/NDRES2, sans mettre ce, entre les deux mots.

Nos voyelles sont quelquefois suivies d'un son nasal, qui fait qu'on les appelle alors voyelles nasales. Ce son nasal est un son qui peut être continué, ce qui est le caractere distinctif de toute voyelle: ce son nasal laisse donc la bouche ouverte; & quoiqu'il soit marqué dans l'écriture par un n, il est une véritable voyelle: & les poëtes doivent éviter de le faire suivre par un mot qui commence par une voyelle, à moins que ce ne soit dans les occasions où l'usage a introduit un n euphonique entre la voyelle nasale & celle du mot qui suit.

Lorsque l'adjectif qui finit par un son nasal est suivi d'un substantif qui commence par une voyelle, alors on met l'n euphonique entre les deux, du moins dans la prononciation; par exemple, un - n - enfant, bon - nhomme, commun - n - accord, mon - n - ami. La particule on est aussi suivie de l'n euphonique, on - n - a. Mais si le substantif précede, il y a ordinairement un baillement; un éeran illuminé, un tyran odieux, un entretien honnête, une citation équivoque, un parfum incommode; on ne dira pas un tyran - n - odieux, un entretien n - honnête, &c. On dit aussi un bassin à barbe, & non un bassin - n - à barbe. Je sai bien que ceux qui déclament des vers où le poëte n'a pas connu ces voyelles nasaies, ajoûtent l'n euphonique, crovant que cette n est la consonne du mot précédent: un peu d'attention les détromperoit: car, prenez - y - garde, quand vous dites il est bon - n - homme, bon - n - ami, vous prononcez bon & ensuite - n - homme, - n - ami. Cette prononciation est encore plus desagréable avec les diphthongues nasales, comme dans ce vers d'un de nos plus beaux opera:

Ah! j'attendrai long - tems, la nuit est loin encore; où l'acteur pour éviter le bâillement prononce loin - n encore, ce qui est une prononciation normande. [p. 18]

Le b & le d font aussi des lettres euphoniques. En latin ambire est composé de l'ancienne préposition am, dont on se servoit au lieu de circùm, & de ire; or comme am étoit en latin une voyelle nasale, qui étoit même élidée dans les vers, le b a été ajoûté entre am & ire, euphonia causâ.

On dit en latin prosum, prosumus, profui; ce verbe est composé de la préposition pro, & de sum: mais si après pro le verbe commence par une voyelle, alors le méchanisme de la parole ajoûte un d, prosum, prod - es, pro - d - est, pro - d - eram, &c. On peut faire de pareilles observations en d'autres langues; car il ne faut jamais perdre de vûe que les hommes sont par - tout des hommes, & qu'il y a dans la nature uniformité & varieté. (F)


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.