ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

PEIGNE (Page 12:240)

PEIGNE, s. m. (Conchyliolog.) en latin pecten, en anglois scallops; genre de coquille bivalve fermant exactement de tous côtés, & rayée en forme d'un peigne donton se sert pour peigner des cheveux; elle est plate, élevée, garnie de deux oreilles, quelquefois d'une seule & quelquefois aussi sans oreille. Elle n'est attachée que par un tendon. Sa valve supérieure est ordinairement un peu applatie, quoique l'inférieure soit creuse. Il y a cependant des peignes dont les deux écailles sont élevées & convexes. Les stries ou cannelures ne servent qu'à donner à cette coquille différentes dénominations. Jouston fait une classe particuliere des peignes, en les appellant conchoe imbricatoe, striatoe, longoe, coralinoe, rugatoe, fasciatoe; mais ils ont tout cela de commun avec d'autres coquillages qui ne sont point des peignes. Celle - ci à tiré son nom des stries longitudinales dont sa surface est couverte, qui ressemblent aux dents d'un peigne.

Conformément au caractere que nous venons de donner de ce genre de coquille, on peut distribuer ses especes sous trois classes distinctes.

Dans la classe des peignes qui sont garnis de deux oreilles, on met les especes suivantes: 1°. le peigne rouge, nommé le manteau ducal rouge; 2°. le manteau ducal jaune; 3°. le peigne couleur de corail garni de beaux boutons; 4°. le peigne bariolé, nommé coquille de S. Jacques; 5°. le peigne jaune, appelle coquille de S. Michel; le peigne orangé de la mer Caspienne; 7°. le grand peigne rougeâtre; 8°. le peigne bariolé, bleuâtre; 9°. le peigne rouge, profondément cannelé; 10°. le peigne appellé l'éventail ou la sole; il est brun sur la coquille superieure, & blanc sur la coquille inférieure; 11°. le peigne tacheté par - dessus, & blanc par - dessous; 12°. le peigne à côtes & jaunâtre, avec la levre tebordée; 13°. le peigne à coquille également creuse; 14°. le peigne en forme de poi<pb-> [p. 241] re; 15°. le beau peigne, nommé la vierge par Rumphius; 16°. le peigne nommé par le même amusium; il est fait en table lisse & polie; 17°. le peigne à coquille inégale, bariolé de taches fauves.

Dans la classe des peignes qui n'ont qu'une oreille, on distingue les especes suivantes; 1°. le peigne noir, épineux: il est par - tout couvert de pointes aiguës; 2°. le peigne épineux, rouge; 3°. le peigne épineux, gris; 4°. le peigne épineux, jaune; 5°. le peigne épineux, bariolé; 6°. le peigne épineux, orangé; 7°. le peigne blanc & tout uni.

Dans la classe des peignes qui n'ont point du tout d'oreilles, on compte les especes suivantes: 1°. le peigne appelle la ratissoire ou la rape, en anglois the file cockle; 2°. le peigne oblong, blanc & raboteux; 3°. le peigne à côtes jaunes, & découpé dans son contour; 4°. le peigne bariolé, avec un pourtour déchiré; 5°. le peigne épais, chargé de cordelettes bariolées de bleu, de jaune & de brun; 6°. le peigne uni & bariolé; 7°. le peigne rond & blanc, nommé sourdon, en anglois the common cokle.

Parmi les peignes de ces trois especes, on estime particulierement celui qui imite par son rouge la couleur du corail: de grandes stries cannelées, sur lesquelles sont des tubercules élevés & creux, le coupent dans toute son étendue; ses oreilles sont inégales, & ses bords sont régulierement chantournés.

Le manteau ducal rouge est également beau deffus & dessous; le travail grené de ses stries, les bords orangés de ses oreilles, & le chantournement de ses contours le font rechercher des curieux.

Le peigne appellé la rape ou la ratissoire, est remarquable par les éminences qui suivent ses stries, & qui le rendent fort rude au toucher; ce peigne est tout blanc, & n'a point d'oreilles.

En un mot, la famille des peignes est une des plus agréables qu'on ait, en fait de coquilles, pour la beauté des couleurs. Parlons de l'animal.

Ce coquillage a deux grandes membranes brunes qui s'attachent chacune à une des pieces de la coquille; de leur contour sortent dans l'eau de la mer une multitude prodigieuse de poils blancs, assez longs pour déborder les valves. L'intervalle est garni de petits points noirs, ronds & brillans. I'intérieur des deux membranes renferme quatre feuillets fort minces, chargés transversalement de stries très - fines. Il se voit, au - dessus de ces quatre feuillets, une petite masse molle & charnue qu'on peut croire être le ventre ou les entrailles. Elle cache, sous une pellicule assez mince, une espece de pié, dont la pointe regarde le centre de l'animal. Cette partie est ordinairement de la même nuance que celle qui l'enveloppe, mais dans le tems du frai, elle se gonfle, change de couleur, & devient d'un jaune foncé: quelque tems après elle diminue, maigrit & reprend son ancienne teinte.

Voici le mouvement progressif de ce coquillage sur terre. Lorsque le peigne est à sec, & qu'il veut regagner la mer, il s'ouvre autant que ses deux valves peuvent le lui permettre, & étant parvenu à un pouce ou environ d'ouverture, il les referme avec tant de vîtesse, qu'il communique aisément à sa valve inférieure un mouvement de contraction par lequel elle acquiert assez d'elasticité pour s'élever & perdre terre de deux à trois pouces de haut: il importe peu sur quel côté de la coquille il puisse tomber; il suffit de savoir que c'est par cette manoeuvre réiterée qu'il avance toujours vers le but qu'il s'est proposé. Cependant si le peigne étoit attaché à quelque corps étranger par le grand nombre de filamens ou de poils qui s'implantent sur la surface de ses deux valves, il est vrai qu'alors il n'auroit point de mou<cb-> vement progressif; mais c'est un cas assez rare, excepté dans le pétoncle.

La progression de cet animal dans l'eau est bien différente. Il commence par en gagner la surface sur laquelle il se soutient à - demi plongé: il ouvre alors tant - soit - peu ses deux coquilles, auxquelles il communique un battement si prompt & si accéléré, qu'il acquiert un second mouvement; on le voit du moins en réunissant ce double jeu, tourner sur lui - même très - vîte de droite à gauche; par ce moyen il agite l'eau avec une si grande violence, qu'au rapport de Rondelet, elle est capable de l'emporter, & de le faire courir sur la surface des mers.

On sent bien que ceux qui sont attachés à plusieurs corps étrangers ne jourssent d'aucun des mouvemens dont nous venons de parler. Voyez sur les peignes, Lister, Dargenville, & les Mémoires de l'académie des Sciences. (D. J.)

Peigne (Page 12:241)

Peigne, s. m. (terme de Boulang.) les Boulangers qui font le biscuit de mer, appellent quelquefois peigne, un petit instrument dont ils se servent à faire plusieurs figures sur leurs galettes; son véritable nom est une croisoire.

Peigne (Page 12:241)

Peigne, dans l'art de la Corderie, est un instrument composé de six ou sept rangs de dents de fer à - peu - près semblables à celles d'un rateau; ces dents sont fortement enfoncées dans une planche de bois de chêne fort épaisse.

Il y a quatre sortes de peignes différens: ceux de la premiere grandeur, voyez les Pl. d'Agric. ont les dents de 12 à 13 pouces de longueur, quarrées, grosses par le bas de 6 à 7 lignes, & écartées les unes des autres de 2 pouces par la pointe. Ces peignes ne sont pas destinés à affiner le chanvre, mais seulement à former les peignons. On les appelle peigne pour les peignons.

Les peignes de la seconde grandeur, appellés peignes à dégrossir, ont les dents longues de 7 à 8 pouces, grosses de 6 lignes par le bas, & écartées les unes des autres de 15 lignes par la pointe. Ces peignes servent à dégrossir le chanvre, & à en séparer la plus grosse étoupe.

Le peigne de la troisieme grandeur, nommé peigne à assiner, a les dents de 4 à 5 pouces de longueur, de 5 lignes de grosseur par le bas, & éloignées les unes des autres de 10 à 12 lignes. C'est sur ce peigne qu'on affine le chanvre, & que le second brin se sépare du premier.

Enfin il y a des peignes qui ont les dents plus courtes, plus menues & plus serrées que les précédens; on les nomme peignes fins. On se sert de ces peignes pour préparer le chanvre destiné à faire de petits ouvrages plus délicats.

Il faut remarquer 1°. que les dents des peignes doivent être rangées en échiquier ou en quinconce, & non pas sur une même ligne; autrement plusieurs dents ne feroient que l'effet d'une seule.

2°. Qu'elles doivent être taillées en losange, & posées de maniere que la ligne qui passeroit par les deux angles, coupât perpendiculairement le peigne dans sa longueur: par ce moyen les dents résistent mieux aux efforts qu'elles ont à souffrir, & refendent mieux le chanvre. Voyez l'article Cordfrie.

Peigne (Page 12:241)

Peigne, (Draperie.) voyez l'article Manufacture en laine; c'est une partie du métier.

Peigne (Page 12:241)

Peigne, (terme d'Hautelisserie.) instrument dentelé dont se servent les Hautelissiers pour battre & serrer leurs ouvrages. Il est de bois dur & poli, de 8 à 9 pouces d'épaisseur du côté du dos, d'où il va toujours en diminuant jusqu'à l'extrémité des dents. On s'en sert à la main.

Le peigne des basselissiers est à - peu - près de même, [p. 242] hormis qu'il v a des dents des deux côtés. Les uns & les autres sont ordinairement de buis ou d'ivoire.

Peigne (Page 12:242)

Peigne, (Lainage.) sorte d'instrument en forme de grande carde de fer, dont les dents sont longues, droites & fort pointues par le bout. On s'en sert dans les manufactures de lainage à peigner la laine destinée pour faire la chaîne de certaines étoffes. C'est cette laine ainsi peignée que l'on appelle ordinairement estaim. On se sert aussi de peignes dans quelques autres manufactures, pour peigner diverses sortes de matieres, comme bourre de soie, chanvre, &c. Ces sortes de peignes sont en quelque maniere semblables à ceux qui sont d'usage pour la laine, mais ils sont plus petits. (D. J.)

Peigne (Page 12:242)

Peigne, instrument à l'usage du marbreur. Cest une barre de bois plate dans laquelle sont enfoncés des fils de fer d'environ deux doigts de longueur. Le peigne sert à mêler les couleurs qui nagent à la superficie de l'eau gommée dans le bacquet.

Les marbreurs se servent de trois différentes sortes de peignes, savoir le peigne au commun, le peigne à l'Allemagne, & le peigne à frison. Le peigne au commun est celui dont on se sert pour le papier marbré ordinaire, c'est - à - dire, pour celui qui n'est que veiné; il a cinq ou six rangs de dents.

Le peigne à l'Allemagne sert pour le papier marbré qui imite celui que l'on fabrique en Allemagne. Ce peigne n'a qu'une rangée de dents.

Le peigne à frisons est celui dont on se sert pour marbrer le papier dont les relieurs font usage pour la relieure des livres. On l'appelle peigne à frisons, parce que ses dents sont placées alternativement l'une d'un côté, l'autre de l'autre, de maniere que le marbreur en tournant le poignet, arrange les couleurs en cercles ou srisons. Ce peigne n'a qu'une seule rangée de dents, qui en forme deux par leur situation oblique qui en tourne les pointes les unes d'un côté, les autres de l'autre. Voyez l'article Marbreur & les Planches.

Peignes (Page 12:242)

Peignes, les Maréchaux appellent ainsi des gratelles farineuses qui viennent aux panerons du cheval, & qui y font hérisser le poil sur la couronne.

Peigne de corne, instrument dont les Palefreniers se servent pour peigner les crins & la queue des chevaux.

Peigne (Page 12:242)

Peigne, (Ruban.) à l'usage de ce métier; il y en a de quantité de sortes: il faut, avant de les détailler, parler de la maniere dont on les fabrique. Ils sont faits de canne de Provence, qui est proprement le roseau; mais celui de ce pays est le seul propre à cet usage. La canne est d'abord coupée entre ses noeuds, & forme de longueurs, puis elle est refendue avec une serpette; ces refentes se font à plusieurs reprises, pour parvenir à la rendre assez étroite pour l'usage auquel on la destine: ces différens éclats sont étirés sur les rasoirs des poupées; ces poupées de figure cylindrique, qui portent sur l'établi, doivent être à leur base comme à leur sommet, ce qui leur donne plus d'assiette, & les empêche de varier sur l'établi. Elles sont de bois tourné, & ont au centre de leur base une queue qui passe dans des trous percés à l'établi; la face supérieure qui est très - unie, porte au centre une lame d'acier très - tranchante, en forme de rasoir, qui y est sichée debout: à côté de ce rasoir est aussi fichée une piece de fer plate non tranchante, qui est aussi debout comme le rasoir, & qui l'approche de très - près en lui présentant une de ses faces plates; cette piece est placée de façon qu'il n'y a entr'elle & le rasoir que la place nécessaire pour passer une dent ou éclat de canne; cette piece de fer dirige le passage de la dent contre be rasoir, & par conséquent ne doit laisser entr'elle & lui que la distance proportionnée à l'épaisseur que l'on veut donner à la dent; il y a done de ces poupées dont les fers sont en plus grande, d'autres en plus petite distance, puisqu'il y a des dents plus ou moins épaisses: il y a encore de ces poupées dont il faut que les deux pieces dont on parle, soient fort écartées, puisqu'il faut que la dent passe entr'elles à plat pour en unir les bords; la dent, par cette opération, est mise à 2 lignes de largeur environ; cet étirage se fait en plaçant la dent (qui est encore de toute la longueur que les noeuds de la canne l'ont permis), entre les deux fers de la poupée, tenant la dent avec la main droite, pendant que la gauche posée de l'autre côté des fers, ne fait que la tenir en respect. Il faut observer que c'est le côté intérieur de la canne qui passe sur le rasoir, puisqu'on ne touche jamais à son côté extérieur & poli. Cette dent est déchargée par ce moyen de tout son bois & n'en est presque plus que l'écorce. Après ce premier passage sur le rasoir, la dent est retournée bout pour bout pour repasser encore contre le rasoir; car le bout tenu par la main droite n'a pu y passer: ceci bien entendu, il faut parler du fil qui servira à la construction du peigne. Ce sont plusieurs brins de fil unis ensemble, en telle quantité qu'on le juge à propos, puisque c'est de cette grosseur que dépend l'éloignement plus ou moins grand des dents, suivant la nécessité; ainsi il est de conséquence de savoir proportionner cette grosseur. Ces fils ainsi unis & tortillés ensemble sont graissés avec de la poix, & sont de très grande longueur, l'opération que l'on verra en son lieu en employant beaucoup: ces fils sont ensuite mis en paquets pour attendre l'usage. Il en faut de bien des grosseurs différentes, ayant aussi quantité de grosseurs de peignes, ainsi qu'il en sera parlé. Il faut àprésent faire connoître les jumelles. Ce sont de petites tringles de bois d'hêtre, larges de 5 à 6 lignes sur une ligne d'épaisseur, & de 4 piés, 4 piés & demi de long; on n'en fait point de plus longues, leur foiblesse ne le permettant pas. S'il s'agissoit d'avoir des peignes plus longs, puisqu'on en fait qui ont 6 piés & plus, on en joint plusieurs ensemble par le moyen de la colle forte; ces tringles si minces ont un côté de leur épaisseur qui est plat, & c'est celui - ci qui formera le dedans; l'autre côté est arrondi autant que cette épaisseur peut le permettre, de sorte que les extrémités en sont presqu'aiguës. Lorsqu'on veut faire un peigne d'une longueur donnée, il faut quatre de ces jumelles unies deux - à - deux, mais plus longues que la longueur déterminée; on en verra dans peu la nécessité. Deux de ces jumelles sont unies ensemble & de leurs côtés plats, au moyen de petites échancrures aux bouts, & d'une ligature. On les place sur la piece de fer plate fixée invariablement sur la poupée qui entre dans les trous de i'établi, l'autre bout est attaché de même & placé sur une piece de ser reçue dans la machoire portée par une vis qui passe par le trou de la poupée, qui se place elle - même à volonté dans différens trous de l'établi, suivant la longueur dont on a besoin; ces quatre jumelles sont tendues roides & égales par le moyen de la noix. On ne doit point craindre qu'elles cassent pat la grande tension où elles ont besoin d'être pour acquérir plus de rectitude, pourvu que le tirage soit direct & égal. Ceci étant ainsi disposé, on mesure avec l'instrument appellé compartissoir, pour voir si la distance est la même, ce qui se fait en conduisant cet instrument dans l'espace que laissent entr'elles les jumelles; si le peigne est d'une grande longueur, on y laisse ce compartissoir lié légerement aux jumelles à une distance convenable, pour laisser la jouissance à l'ouvrier: lorsqu'on en approche de trop près par le travail, on le recule, & toujours de même; par - là on conserve l'égalité de l'ouverture que la trop grande longueur pourroit faire varier; on voit qu'il faut avoir différens compartissoirs, suivant les différentes hauteurs des peignes, car c'est lui qui donne cette hauteur. Si l'ouvrier a plusieurs peignes à faire de petite ou de [p. 243] moyenne longueur, il peut les faire sur de longues jumelles, en interrompant le travail par une petite distance d'un peigne à l'autre; il s'épargnera par - là la peine & le tems de monter & démonter plusieurs fois: les choses en cet état, l'ouvrier fait plusieurs tours avec le fil à l'entour des jumelles qu'il échancre un peu avec la serpette, pour éviter que ce sil ne glisse; il en fait autant avec un second l qui est de son côté, en le faisant tourner de dedans en dehors, au lieu que le premier fil tourne de dehors en dedans; ces tours de fil sont frappés avec une batte, qui demeure ainsi placée dans les jumelles pendant tout le travail qui va suivre; après cela, l'ouvr place une premiere dent, qui donnera entre les jumelles la juste ouverture pour le logement convenable de la denture. Cette premiere dent est un morceau de canne épais, plié en deux, les deux extérieurs du bois se touchant; cette dent se pose à plat contre les tours de sil qui viennent d'être faits. Si on n'a pas assez d'épaisseur, on remplit l'entre - deux intérieur de cette dent avec les menues parcelles qui sont sorties de la canne par l'opération des rasoirs, & cela tant qu'il le faut; cette dent parvenue à son point d'épaisseur, est sixée contre le fil par plusieurs tours de ce même fil recroisés plusieurs fois & frappés avec la batte; ensuite on met uneautre dent, mais bien moins épaisse; celle - ci est posée sur son champ, & de même entourée de plusieurs tours de fil, & toujours frappés avec la batte; toutes ces précautions servent beaucoup à la perfection du peigne: après tout ceci, on pose les dents qui composent le peigne, l'une après l'autre, & toujours après un tour de chaque fil, dont l'un, comme il a été déja dit, & qui est le premier, se passe du dehors en - dedans, & le second du dedans en - dehors; c'est - à - dire, qu'il jette le paquet par - dessus les jumelles, qui retombe sur l'établi, après avoir passé par l'ouverture entre les jumelles. A l'égard du paquet qui est du côté de l'ouvrier, comme ses deux mains se trouvent voisines, il le reçoit de la main gauche; puis roidissant avec la main gauche, & à la sois les deux bouts ainsi passés, il a la main droite libre pour frapper avec la batte contre c tour des deux sils; puis il place une autre dent, & fait de même jusqu'au boux. Il est bon d'observer dans cette ion ds dents, qu'elles se posent toutes sur leur champ, & le poli du même côté. Ce poli extérieur de la canne se trouve ainsi placé du côté gauche de l'ouvrier puisqu'après avoir passé sa dent à plar d'abord dans les jamelles, il la releve ensuite pou la placer sur son champ, ayant le poli du côté du pouce droit. On voit aussi qu'il ne frappe jamais sur la dent qu'il seroit n danger de casser, mars bien contre le fil qui forme ainsi les separations de la denture. Ce fil, au moyen de la poix dont il est enduit, & du coup de batte, se tint comme collé sur les jumelles. On concevra sans doute que les dents sont plus lorgues qu'il ne faut, puisqu'il faut que l'ouvrier les tienne par ie bout en - dehors des jumes de son côté, elles passent de même ingalement de l'autre côté, cela comme elles se trouvent, ou que l'ouvrier apperçoit un défaut à l'un oa à l'autre bout; car il faut que ces dents n'en ayent aucun; il ne lui est pas poilible d'en employer de trop courtes puisqu'elles ne pourroient être arrétées par le fil; on voit la nécessite de l'égalité de ce fil, puisque s'il devenoit plus gros ou plus sin, la denture seroit dérangée, dérangement qui peut avoir encore plusiurs autres causes; d'abord par la differente grosseur des fils, par la differente ur des dents, ou par la differente pression des coups de batte. L'ouvrier a lusieurs moyens pour s'appercevoir si son égalité est toujours l même: premierement, il forme lui - même ses fils avec toute la justesse qu'il sait leur être re; il s'appercevroit de l'inegalité de l'épaisseur des dents en en mettant une certaine quantité qu'il sait devoir être contenue dans l'espace du compartissoir. A l'égard des coups de batte, la grande habitude de l'usage réglant sa force, il parvient à les donner toujours égaux; s'il s'apperçoit que quelque dent gauchisse, il y remedie avec un petir instrument de fer plat appellé retroussotr, qu'il introduit dans le peigne pour redresser ce défaut. Toutes les dens qui composent le peigne étant ainsi posées, il termine le tout comme quand il a commencé. Il coupe les jumelles avec une petite scie à main devant les pieces de fer, c'est - à - dire dans les dedans. Il a été dit qu'il salloit que les jumelles fussent plus longues que les peignes que l'on veut faire avec: voici pourquoi; si on ne donnoit que la longueur juste à ces jumelles, il ne se trouveroit pas assez de chasse pour le jeu de la batte, ou pour l'introduction des dents, l'excédent donne cette place nécessaire. Le peigne en cet état, & débarrassé de ses liens est brut, on commence par le debrutir, par couper avec la serpette tous les bouts des dents qui sortent des jumelles, on les coupe à l'uni du fil, prenant garde de ne point couper ce fil avec; ensuite les dents se tronvant toujours un peu raboteuses & inégales entrelles, il faut les unir toutes, ce qui se fait avec l'instrument appellé coucau à ratir. On pose le tranchant de cet outil à plat sur la denture en l'amenant à soi jusqu'auprès du fil, puis on coupe les bavures à fleur de ce fil; ce qui étant fait haut & bas, devant & derriere, avec un autre petit instrument tranchant appellé évidoir, qu'on introduit entre chaque dent aussi haut & bas, devant & derriere, on ébarbe tout ce qui peut être resté aux bords de chaque dent, enfin il n'y doit rien rester de superflu; après quoi on le polit; puis l'on couvre le fil dont on a tant parlé, avec de petites bandes de papier blanc collées, qui s'y appliquent en tournant depuis une superficie des dents jusqu'à l'autre, & le voilà enfin ni. J'ai dit, en commençant, qu'il y avoit de bien de sortes de peignes, je vais en détailler quelques - unes pour en donner uneidée: premierement pour le ruban; ils sont petits & extrèmement sins; d'autres plus longs & d'une denture plus grosse, sont pour le galen, la grandear & grosseur variant suivant les différens ouvrages qui y seront poses; il y en a de deux en deux, ce qui se fait au moyen de ce qu'après avoir placé deux dents comme à l'ordinaire, on fait plusieurs tours de fil à l'entour des jumelles avant d'y en placer deux autres, & cela se continue de même; ceux - ci sont pour la chenille: enfin on en fait jusqu'à 6 piés de long & davan<-> age, & qui contiennent jusqu'à 11 ou 12 cens dents; ceux - ci sont pour les Ferandiniers & Tisserans qui les appellent . Voyez les Pl. du Passementier.

Peigne (Page 12:243)

Peigne, instrument du métier d'étosses de soie. Le pgne est un petit cadre de deux pouces & demi de hauteur sur la longueur dont on veut la largeur de l'étosse, il est garni de petites dents qui sont faites en acier bien poli, ou de la pellicule du roseau; les baguettes qui forment le cadre dans la hauteur du peigne, sont liées avec un fil pour tenir les dents en raison.

Le travail des peignes pour la manufacture d'étoffes d'or, d'argent & de soie. La façon dont les pignes sont faits tant suffisamment démontrée dans l'article de Passementerie, voyez les Planches, on ne donnera l'expliion que de ceux qui sont faits avec du fil de fer, lels sont appellés communément peignes d'a<-> .

Pour fabriquer les peignes de cette espece, on choisit du fil de fer proportionné à la largeur de la dent qui convient, & à son epaisseur, le nombre des dents de peigne pour les étosses etant depuis douze & demi jusqu'à trente de compte, ce qui signifie depus 500 dents jusqu'à 1200 dans une même largeur de 20 pouces environ. Il est évident que plus un peigne est [p. 244] fourni de dents, plus elles doivent être minces & étroites, conséquemment que le fil de fer doit être proportionné. On passe ce fil de fer sous la meule, c'est - à - dire, entre deux rouleaux d'acier semblables à ceux qui servent à battre ou écacher l'or & l'argent. Quand le fil de fer est applati jusqu'au point convenable, on le passe dans une filiere de mesure pour la dent qu'on desire, qui ne lui laisse que sa largeur & son epaisseur, après quoi on coupe le fil de fer de la longueur de 9 pouces ou de trois dents; on met ces parties dans un sac de peau avec de l'émeri & de l'huile d'olive, ensuite on le roule sur une grande table où elles se polissent. L'opération finie, on coupe ces parties à trois pouces de longueur, & on monte le peigne de la même façon que ceux dont les dents sont de roseau. Mais comme les peignes de cette espece seroient éternels, pour ainsi dire, s'ils ne manquoient pas par e lien, qui n'est qu'une quantité de fils poissés, plus ou mois grosse, selon la largeur ou le resserrement qu'il faut donner à la dent; les Anglois ont trouvé le secret de les faire aussi justes sans se servir de liens ni de jumelles, qui sont deux baguettes entre lesquelles les dents sont arrêtées avec le fil. Cette façon de monter les peignes est d'autant plus singuliere, qu'ils en ont encore plus d'égalité, le défaut ordinaire des peignes d'acier étant de n'avoir pas les dents rangées aussi également que l'étoffe l'exigeroit, soit par le défaut de l'inégalité du fil, soit par celui qui le fait, qui ne frappe pas avec la même justesse.

Quand les Anglois veulent monter un peigne de quelque compte qu'on le desire, ils ont soin d'avoir autant de dents de refente que de dents ordinaires pour le peigne, toutes du même calibre; on donne le nom de dents de. refente à celles qui n'ont que deux pouces de longueur, & celui de dents ordinaires, à celles qui en ont trois, parce que les deux jumelles en retiennent ordinairement un demi - pouce de chaque côté. Sur une bande de fer polie de deux pouces moins deux ou trois lignes de large, & de lon<cb-> gueur de deux piés plus ou moins, ils commencent à poser de champ une dent ordinaire & une dent de refente, & continuent alternativement jusqu'à ce que le nombre de dents que le peigne doit avoir soit complet, ayant soin de laisser un demi - pouce de chaque côté entre les dents ordinaires pour celles de refente. Le nombre de dents complet, on le resserre avec une vis, jusqu'au point de jauge ordonné pour la largeur des étoffes, qui ordinairement est de 20 pouces pour celles qui sont des plus riches & des plus en usage.

Les dents étant bien arrêtées, ils bordent un côté avec de la terre battue, de façon qu'ils puissent jetter une composition d'étain & de cuivre à un demi-pouce d'élevation, & arrêter toutes les dents ordinaires qui se trouvent prises dans la matiere. Ce côté fini, ils font la même opération de l'autre, après quoi ils lâchent la vis, qui donne la liberté aux dents de refente de tomber & de laisser un vuide de la largeur de leur calibre, après quoi ils polissent & unissent ou égalisent des deux côtés la composition, qui, par la façon dont on vient d'expliquer, ne retient que les dents dont la longueur étoit supérreure à celles de refente. Il n'est pas possible de faire des peignes plus justes, & s'il se trouvoit quelques défauts dans ceuxci, ce ne seroit que dans le cas où la dent de resente ne seroit pas de calibre, ce qui ne sauroit arriver. Avant cette derniere façon de faire les peignes justes, il arriveroit que l'inégalité des dents causeroit un défaut essentiel dans l'étoffe fabriquée, sur - tout dans l'unie; en ce que l'étoffe fabriquée rayoit dans sa longueur, ce qui ne se rencontroit pas dans le peigne de canne ou roseau travaillé de même, attendu que dans ce dernier la flexibilité de la dent se trouve rangée par l'extension du fil de la chaîne; au lieu que la roideur de cette même dent dans le premier, rangeant les sils avec la même inégalité qui lui est commune, il s'ensuit un défaut irréparable; de façon qu'il convient beaucoup mieux pour la perfection de l'étoffe, que la chaîne range la dent du peigne, que si cette même dent range la chaîne. [omission: image; to see, consult fac-similé version]

Peigne de Vénus (Page 12:244)

Peigne de Vénus, scandix; (Bot.) genre de plante à fleur en rose & en ombelle composee de plusieurs pétales disposés en rond, & soutenue par un calice qui devient dans la suite un fruit composé de deux parties qui ressemblent chacune à une aiguille, & qui renferment une semence. Tournefort, inst. rei berb. Voyez Plante.

Peigne (Page 12:244)

Peigne, en terme de Cornetier, se dit d'un ustencile de toilette dont l'usage est de faire tomber la poudre de la téte & de démêler les cheveux. Il y en a encore de buis & d'os dont personne n'ignore l'usa Les peignes se sont d'un morceau degalin taillé de la largeur, grosseur & épaisseur qu'on veut leur donner. Quand ces morceaux sont dressés, on les [p. 245] place sur l'âne où on fait les dents. Voyez Dresser & Ane.

Peigne (Page 12:245)

Peigne, parmi les ouvriers qui travaillent de la navette, est une sorte de chassis long & étroit, divisé en une grande quantité de petites ouvertures. Ces ouvertures sont formées par des menus fils d'archal, ou par des petites lames de roseau fort minces, attachées à égale distance, & fort près les unes des autres, entre deux especes de tringles de bois, appellées les jumelles du rot.

Ces petits espaces ou ou rtures que forme la distance des fils de fer ou lames de roseau, sont appellées les dents ou broches du peigne: c'est dans ces ouvertures que les Tisserands & autres ouvriers qui se servent de ce peigne font passer les fils qui composent la chaîne des toiles, &c. & autres ouvrages de navette.

Les deux grosses dents ou morceaux de bois qui sont placés aux deux extrémités du peigne sont appellées les gardes.

Le peigne est enchâssé dans le bas de la partie mobile du métier appellé la chasse ou le battant; & il doit être aussi long que la toile qu'on veut fabriquer doit avoir de largeur. Le peigne est aussi appellé un rot à cause de ces petits morceaux de roseau dont ils sont composés pour l'ordinaire. Voyez Chasse.

Peigni (Page 12:245)

Peigni d'nne sutaille; les Tonneliers nomment ainsi l'extrémité des douves, à commencer depuis le jable. On dit, remettre un peigne à une piece de vin, c'est - à - dire, enter une alonge à une douve qui s'est rompue à l'endroit du jable.

Peigne (Page 12:245)

Peigne, preparer un, (Tabletier - peigner.) ce terme préparer un peigne signifie amorcer les dents avec le carrelet, c'est - à - dire, faire sur le peigne, après qu'il est mis e façon, la premiere ouverture de chaque dent, pour ensuite les achever avec l'estadiou.

Peigne (Page 12:245)

Peigne, est un instrument de Vergettier, dont les dents de f sont montées à quelque distance les unes des autres sur un fût de bois. Il sert à démêler les soies, le chiendent, &c.


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.