ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ASPLE (Page 1:916)

* ASPLE, ou mieux ASPE, s. m. on donne ce nom dans les Manufactures en soie de Piémont, indifféremment au dévidoir sur lequel on tire les soies des cocons, & à celui qui dans les moulins se charge de la soie organcinée: le premier s'appelle aspe de filature, & le second aspe de tors. Mais dans nos manufactures on a conservé à celui - là le nom d'aspe ou d'asple, comme disent les ouvriers, & l'on a nommé guindre celui - ci. Le réglement de Piémont ordonne l'aspe de tors de 9 onces de tour pour les organcins, & de 9 1/2 pour les trames; & l'aspe de filature de 48 onces au plus, & de 40 au moins. Ces aspes sont l'un & l'autres des parallélépipedes, dont la base est un quarré, & dont les angles sont formés par quatre lames dont une ou deux sont mobiles, pour avoir la facilité d'enlever les écheveaux. Si on donne à la base de l'aspe de tors 14 de nos pouces de diagonale, on lui en trouvera 40 de tour; il faudra que 40 de nos pouces équivalent à neuf onces de Piémont, & que l'aspe de filature en ait 213 1/2 de tour, ou environ 75 de diagonale; dimension beaucoup plus grande que celle qu'il a réellement. Trompé parcette contradiction du réglement, nous n'avions donné qu'environ quinze de nos pouces de circonférence à l'aspe de tors, tandis que sa base en a vraiment quatorze de diagonale, ainsi que M. de Vaucanson a eu la bonté de nous en avertir; nous faisant remarquer en même tems qu'il y avoit faute dans le réglement, & qu'au lieu de neuf onces de tour qu'on y assignoit à l'aspe de tors, c'étoit 29 qu'il devoit y avoir.

L'aspe de tors dans les moulins achevant tous ses tours en tems égaux, moins il aura de diametre, moins sera grande la quantité de fil ou de soie devidée dans un de ses tours de dessus les bobines sur sa circonférence, & plus par conséquent elle sera torse: au contraire, plus son diametre sera grand, plus sera grande la quantité de soie qui passera dans un de ses tours de dessus les bobines sur sa circonférence, moins elle sera torse. Mais il y a deux inconvéniens qui rendent le tors variable: le pre nier, c'est qu'à mesure que l'écheveau se forme sur l'aspe, l'épaisseur de cet écheveau s'ajoûtant au diametre de l'aspe, il y a plus de soie portée de dessus les bobines sur sa circonférence dans un instant, que dans un autre instant égal; d'où il s'ensuit que la soie est moins torse à la fin qu'au commencent, & dans tout le tems de la formation de l'écheveau: le second, c'est que les bobines mûes sur elles - mêmes par le frotement n'ayant aucun mouvement régulier, tordent irrégulierement.

Pour remédier au premier inconvénient, les Piémontois font des écheveaux très - légers: en effet, ce qu'ils appellent un matteau de soie, pese environ huit onces, & le matteau contient huit écheveaux: quant au second, peut - être ne l'avoient - ils pas même soupçonné.

Le célebre M. Vaucanson, fait pour imaginer & perfectionner les machines les plus délicates, outre la précaution de faire des écheveaux légers, a trouvé le moyen d'en répandre encore les fils sur une zone de l'aspe plus large, & il a anéanti l'irrégularité du mouvement des bobines, en armant de pignons les fuseaux, & en substituant au frottement d'une courroie l'engrenage de ces pignons dans les pas d'une chaîne. Quand les aspes ont achevé 2400 révolutions, & que chaque écheveau se trouve avoir 2400 tours, une détente alors, sans qu'on touche au moulin, recule subitement les tringles où sont attachés les guides; tous les fils de soie changent de place sur l'aspe, & forment un nouvel écheveau à côté du premier, & ainsi de suite. Apres chaque 2400 révolutions, & lorsque tous les aspes sont couverts d'écheveaux, incontinent après le dernier tour du dernier écheveau, le moulin s'arrête de lui - même, & avertit l'ouvrier par une sonnette de lever les aspes qui sont pleins, & d'en remettre de vuides. Mais M. Vaucanson n'a point appliqué cette sonnette à chaque bobine de son moulin, pour avertir quand elles sont vuides, comme on l'a dit dans ce même article de notre premier volume.

Telles sont en partie les découvertes de M. Vaucanson: elles sont trop bien à lui, pour que qui que ce soit ose y donner atteinte; & c'est autant pour désavoüer ce qui pourroit en avoir l'air dans l'article aspe tel que nous l'avons d'abord publie, que pour en réformer les inexactitudes, que nous le restituons tel que le voici.


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.