ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

AVANTAGE (Page 1:862)

* AVANTAGE, profit, utilité, (Grammaire.) termes relatifs au bien - être que nous tirons des choses extérieures. L'avantage naît de la commodité; le profit, du gain; & l'utilité, du service. Ce livre m'est utile; ces leçons me sont profitables; son commerce m'est avantageux: fuyees gens qui cherchent en tout leur avantage, qui ne songent qu'à leur profit, & qui ne sont d'aucune utilité aux autres.

Avantage (Page 1:862)

Avantage, s. m. terme de Jurisprudence, est ce qu'on accorde à quelqu'un au - de - là de la part que l'usage ou la loi lui attribuent. Ainsi on appelle avantage ce qu'un testateur donne à un de ses héritiers au - delà de la portion des autres; ce qu'un mari donne à sa femme, ou la femme à son mari, au - de - là de ce qui est reglé par le droit ou la coûtume du lieu.

Dans les coûtumes d'égalité, on ne peut faire aucun avantage à l'un de ses héritiers, au préjudice des autres; dans celle de Paris, les conjoints ne peuvent s'avantager directement ni indirectement pendant le mariage. Voyez Égalité & Conjoint.

Avantage (Page 1:862)

Avantage, en style de Pratique ou de Palais, est un défaut obtenu contre une partie non comparante, soit par le demandeur ou le défendeur. Cet avantage consiste dans l'adjudication des conclusions de la partie comparante, sauf au défaillant à revenir par opposition contre le jugement obtenu contre lui par défaut. Voyez Jugement & Opposition. (H)

Avantage (Page 1:862)

Avantage, éperon, poulaine; c'est, en terme de Marine, la partie de l'avant du vaisseau, qui est en saillie sur l'étrave. Voyez Eperon.

Avantage du vent. Voyez Vent & Disputer le vent. (Z)

Avantage (Page 1:862)

Avantage, être monté à son avantage; c'est, en Manege, être monté sur un bon ou grand cheval: monter avec avantage, ou prendre de l'avantage pour monter à cheval, c'est se servir de quelque chose sur laquelle on monte avant de mettre le pié à l'étrier. Les femmes, les vieillards & les gens infirmes se servent ordinairement d'avantage pour monter à cheval. (V)

Avantage (Page 1:862)

Avantage, s. m. en terme de jeu. On dit qu'un joüeur a de l'avantage, lorsqu'il y a plus à parier pour son gain, que pour sa perte; c'est - à - dire, lorsque son espérance surpasse sa mise. Pour éclaircir cette définition par un exemple très - simple; je suppose qu'un joüeur A parie contre un autre B, d'amener deux du premier coup avec un dez, & que la mise de chaque joüeur soit d'un écu; il est évident que le joüeur B, a un grand avantage dans ce pari; car le dez ayant six faces peut amener six chiffres différens, dont il n'y en a qu'un qui fasse gagner le joüeur A. Ainsi la mise totale étant deux écus, il y a cinq contre un à parier que le joüeur B gagnera. Donc l'espérance de ce joueur est égale à /6 de la mise totale, c'est - à - dire, à 10/6 d'écu, puisque la mise totale est deux écus. Or, 10/6 d'écu valent un écu & deux tiers d'écu. Donc puisque la mise du joüeur B est un écu, son avantage, c'est - à - dire, l'excès de ce qu'il espere gagner sur la somme qu'il met au jeu, est 2/3 d'écu. De façon que si le joüeur A, après avoir fait le pari, vouloit renoncer au jeu, & n'osoit tenter la fortune, il faudroit qu'il rendît au joüeur B son écu, & outre cela 2 livres, c'est - à - dire, 2/3 d'écu. V. Pari, Jeu, Dez, Probabilité , &c. (O)

Avantage (Page 1:862)

Avantage, en terme de jeu, se dit encore d'un moyen d'égaliser la partie entre deux joüeurs de force inégale. On donne la main au piquet; le pion & le trait, aux échecs; le dez, au trictrac.

Le même terme se prend dans un autre sens à la paume. Lorsque les deux joüeurs ont trente tous les deux; au lieu de dire de celui qui gagne le quinze suivant, qu'il a quarante cinq, on dit qu'il a l'avantage.

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.