ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous subarticle

Mer rouge (Page 10:367)

Mer rouge, (Géog.) Oceanus ruber dans Horace; golfe de l'Océan méridional, qui sépare l'Afrique de l'Asie, & s'engage dans les terres entre la côte d'Abeck, l'Egypte & l'Arabie, depuis le dé<pb-> [p. 368] troit de Babel - Mandel, jusqu'à l'isthme de Suez.

Les anciens l'ont nommé sinus Arabicus, le golfe d'Arabie, parce que les Arabes en ont occupé les deux côtés. L'Ecriture - sainte l'appelle la mer du suph, c'est - à - dire la mer du jonc, à cause de la grande quantité de joncs, ou de mousse de mer, qui se trouve dans son fonds & sur ses bords. Les Turcs la nomment la mer de Suez, & plus communément la mer de la Meque, parce que cette ville, pour laquelle ils ont une singuliere vénération, est située près de cette mer.

On est en peine de savoir d'où vient ce nom de mer rouge. Pline liv. VI. c. 28, Strabon liv. XVI. pag. 520, & Quinte - Curse liv. X. avancent, sans aucune preuve, qu'on nomma cette mer Rouge, en grec Erythrea, d'un certain roi Erythros qui regna dans l'Arabie. Les modernes ont à leur tour cherché plusieurs étymologies de ce nom dont les plus savantes sont apparemment les moins vraies. Il en est de cette mer, comme de la mer Blanche, la mer Bleue, la mer Noire, la mer Vermeille, la mer Verte, &c. le hasard, la fantaisie, ou quelque événement particulier, a produit ces noms bizarres, qui ont ensuite fourni matiere à l'érudition des critiques.

Il est plus important de remarquer que l'on a quelquefois étendu le nom de mer Rouge au sein Persique & à la mer des Indes; faute de cette attention, les interpretes ont repris fort mal - à - propos, plusieurs endroits des anciens auteurs qu'ils n'ont pas entendus.

M. de Lisle place la situation de la mer Rouge, selon sa longueur, à 51 degrés du méridien de Paris. Abulféda a donné la description la plus détaillée & la plus exacte de cette mer, qu'il nomme mer de Kolsum, parce que cette ville est située à l'extrémité de sa côte septentrionale, sous le 23. 45. de latitude.

Tout le monde sait le fameux miracle du passage de la mer rouge, lorsque le Seigneur ouvrit cette mer, la dessécha, & y fit passer à pié sec les Israélites, au nombre de six cent mille hommes, sans compter les vieillards, les femmes & les cnfans.

Divers critiques, versés dans la connoissance du génie des langues orientales, ont cru pouvoir interpréter simplement le texte de l'Ecriture, quelque formel qu'il paroisse. Ils ont dit que Moïse, qui avoit été long - tems sur la mer Rouge dans le pays de Madian, ayant observé qu'elle avoit son flux & reflux reglé comme l'Océan, avoit sagement profité du tems du reflux, pour faire passer le peuple hébreu; & que les Egyptiens qui ignoroient la nature de cette mer, s'y étant témérairement engagés dans le tems du flux, furent enveloppés dans ses eaux, & périrent tous, comme dit l'historien sacré. C'est du moins ainsi que les prêtres de Memphis le racontoient, au rapport d'Artapane, apud Euseb. proepar. liv. IV. c. xvij.

Josephe dans ses antiq. liv. II. ch. dernier, après avoir rapporté l'histoire du passage de la mer rouge, telle que Moïse l'a racontée, ajoute qu'on ne doit pas regarder ce fait comme impossible, parce que Dieu peut avoir ouvert un passage aux Hébreux, à travers les eaux de cette mer, comme il en ouvrit un, long - tems après, aux Macédoniens conduits par Alexandre, lorsqu'ils passerent la mer de Pamphilie. Or les historiens qui ont parlé de ce passage des Macédoniens, disent qu'ils entrerent dans la mer, & en cotoyerent les bords, en marchant tout le jour dans l'eau jusqu'à la ceinture. Arrien lib. I. de exped. Alexandri, remarque qu'on n'y sauroit passer quand le vent du midi soufle; mais que le vent s'étant changé tout - à - coup, donna aux soldats le moyen d'y passer sans péril. C'est peut - être la réflexion de Josephe qui a fait croire à quelques anciens, & à divers modernes, à S. Thomas par exemple, à Tostat, à Grotius, à Paul de Burgos, à Génébrad, à Vatable & à plus d'un rabin, que les Israélites ne passerent pas la mer Rouge d'un bord à l'autre; mais seulement qu'ils la cotoyerent, & remonterent pendant le flux, de l'endroit où ils étoient à un autre endroit un peu plus haut, en faisant comme un demi - cercle dans la mer.

On ne manque pas de savans qui se sont attachés à refuter cette opinion. Voyez les principaux commentateurs de l'Ecriture sur l'Exode, ch. xiv. Voyez en particulier la dissertation de M. Leclerc, & celle de dom Calmet, sur le passage de la mer Rouge. (D. J.)

Next subarticle


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.