ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ASTROITE (Page 1:778)

ASTROITE, s. f. astroites (Hist. nat.) On a confondu sous ce nom deux choses de nature très - disfférente; savoir, une prétendue plante marine que M. de Tournefort a rapportée au genre des madrepores, voyez Madrepore; & une pétrification. Il ne sera question ici que de la premiere, & on fera mention de l'autre au mot stellite. Voyez Stellite. L'astroite dont il s'agit est un corps pierreux, plus ou moins gros, organisé régulierement, de couleur blanche, qui brunit par différens accidens. L'astroïte se trouve dans la mer; il y a sur sa partie supérieure des figures exprimées, partie en creux, partie en relief, qui sont plus ou moins grandes. On a prétendu, que ces figures représentent de petits astres; d'où vient le nom d'astroïte. On a crû y voir des figures d'étoiles; c'est pourquoi on a aussi donné le nom de pietre étoilée à l'astroite, lorsqu'on croyoit que c'étoit une pierre; alors on la mettoit au nombre des pierres figurées: ensuite on l'a tirée de la classe des pierres pour la mettre au rang des plantes marines pierreuses; & enfin l'astroïte a passé dans le regne animal, avec d'autres prétendues plantes marines, lorsque M. Peysson<pb-> [p. 779] nel a eu découvert des insectes au lieu de fleurs dans ces corps marins, comme il sera expliqué au mot plante marine. V. Plante marine. Il y a plusieurs especes d'astroïte, qui different par la grandeur des figures dont elles sont parsemées: les plus petites ont environ une. ligne de diametre, & les plus grandes ont quatre à cinq lignes. Pl. XXIII. fig. 3. Ces figures sont rondes, & terminées par un bord circulaire plus ou moins saillant. Il y a dans l'aire de chacun de ces cercles des feuillets perpendiculaires qui s'étendent en forme de rayons depuis le centre jusqu'à la circonférence. Ces feuillets sont séparés les uns des autres par un espace vuide, & ils traversent l'astroïte du dessus au dessous; ce qui forme autant de cylindres qu'il y a de cercles sur la surface supérieure. Ces cylindres ont un axe qui est composé dans les plus gros de plusieurs tuyaux concentriques. Il y a une sorte d'astroïte qui est figurée bien différemment; Pl. XXIII. fig. 2. Sa surface supérieure est creusée par des sillons ondoyans, qui forment des contours irréguliers que l'on a comparés aux anfractuosités du cerveau: c'est à cause de cette ressemblance que l'on a donné à l'espece d'astroïte dont il s'agit le nom de cerveau de mer. Cette astroite est composee de feuillets perpendiculaires, posés à une petite distance l'un de l'autre, qui s'étendent depuis la ciête jusqu'au sond du sillon, & qui pénetrent juiqu'à la surface inférieure de l'astroïte, comme dans les autres especes.

On trouve assez communément des astroïtes fossiles, & des astroïtes pétrifiées. M. le comte de Tressan vient d'envoyer au Cabinet d'Histoire naturelle plusieurs especes de ces astroïtes pétrifiées, avec une grande quantité d'autres belles pétrifications, qu'il a trouvées dans le Toulois, le Barrois, & d'autres provinces voisines qui sont sous son commandement. Tous ceux qui comme M. de Tressan sauront recueillir des pétrifications, avec le choix d'un homme de goût & les lumieres d'un naturaliste, trouveront presque par - tout des corps marins, tels que l'astroïte, fossiles ou pétrifiés. Il est plus rare de les trouver pétrifiés en marbre & en pierre fine, surtout en substance d'agate. Les astroïtes qui sont pétrifiées en agate, reçoivent un très - beau poli, & les figures qu'on y voit font un assez joli effet: on'es employe pour faire des boîtes & d'autres bijo ix: il y en a beaucoup en Angleterre; c'est pourquoi nos lapidaires les ont nommées cailloux d'Angleerre, mais improprement. Voyez Caillou d'Angleterre. Il se trouve aussi à Touque, en Normandie, de ces astroïtes pétrifiées en agate. Voyez Pétrification, Fossile.

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.