ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ASSURER (Page 1:775)

ASSURER, affirmer, confirmer, (Grammaire.) on assûre par le ton dont on dit les choses. On les affirme par le serment: on les confirme par des preuves. Assûrer tout, donne l'air dogmatique. Tout affirmer, inspire de la méfiance. Tout confirmer, rend ennuyeux. Le peuple qui ne sait pas douter, assûre toûjours. Les menteurs pensent se faire plus aisément croire, en affirmant. Les gens qui aiment à parler, embrassent toutes les occasions de confirmer. Un honnête - homme qui assûre mérite d'être crû; il perdroit son caractere, s'il affirmoit à l'aventure; il n'avance rien d'extraordinaire, sans le confirmer par de bonnes raisons.

Assurer (Page 1:775)

Assurer, terme de Commerce de mer. Il se dit du trafic qui se fait entre marchands & négotians, dont les uns moyennant une certaine somme d'argent, qu'on nomme prime d'assûrance, répondent en leur nom des vaisseaux, marchandises & effets que les autres exposent sur la mer. On peut faire assurer la liberté des personnes, mais non pas leur vie. Il est néanmoins permis à ceux qui rachetent des captifs, de faire assûrer sur les personnes qu'ils tirent de l'esclavage, le prix du rachat, que les assûreurs sont tenus de payer, si le racheté faisant son retour est pris, ou s'il périt par autre voie que par sa mort naturelle. Les propriétaires des navires, ni les maîtres ne peuvent faire assûrer le fret à faire de leurs bâtimens, ni les marchands le profit esperé de leurs marchandises, non plus que les gens de mer leur loyer. Ordonnance de la Marine du mois d'Acût 1681. (G)

Assûrer (Page 1:775)

Assûrer son pavillon, (Marine.) c'est tirer un coup de canon en arborant le pavillon de sa nation. Voyez Assûrance, coup d'assûrance. (Z)

Assûrer la bouche (Page 1:775)

Assûrer la bouche d'un cheval (Manége.) c'est accoûtumer celui que la bride incommode à en souffrir l'effet, sans aucun mouvement d'impatience. Assûrer les épaules d'un cheval, c'est l'empêcher de les porter de côté. (V)

Assûrer (Page 1:775)

Assûrer un oiseau de proie, c'est l'apprivoiser, & empêcher qu'il ne s'effraye.

Assûrer (Page 1:775)

Assûrer une couleur, (Teinture.) c'est la rendre plus ténace & plus durable. On assûre l'indigo par le pastel. Pour cet effet, on n'en met pas au - delà de six livres sur chaque grosse balle de pastel: mais ce n'est pas seulement en rendant les couleurs plus nnes, & en prenant des précautions dans le mêlange des ingrédiens colorans, qu'on assûre les couleurs; il faut encore les employer avec intelligence. Par exemple, la couleur est moins assûrée dans les étoffes teintes après la fabrication, que dans les étoffes fabriquées avec des matieres déjà teintes. Il n'est pas nécessaire de rendre raison de cette différence; elle est claire.

Assûrer (Page 1:775)

Assûrer le grain, (terme de Courroyeur.) c'est donner au cuir la derniere préparation qui forme entierement ce grain, qu'on remarque du côté de la fleur dans tous les cuirs courroyés, soit qu'ils soient en couleur ou non. Quand le grain est assûré, il ne reste plus d'autre façon à donner au cuir que le dernier lustre. Voyez Courroyer.

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.