ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ARRÊT (Page 1:707)

ARRÊT, s. m. terme de Palais, est le jugement d'une cour souveraine. On n'appelloit autrefois arrêts que les jugemens rendus à l'audience sur les plaidoyers respectifs des parties; & simplement jugemens, ceux qui étoient expédiés dans des procès par écrit. Ils se rendoient ainsi que la plûpart des jugemens, ou du moins s'expédioient en Latin, jusqu'à ce que François I. par son rodonnance de 1539, ordonna qu'à l'avenir ils seroient tous prononcés & rédigés en François.

Arrêts en robes rouges, étoient des arrêts que les chambres assemblées avec solennité & dans leurs habits de cérémonie, prononçoient sur des questions de droit dépouillées de circonstances, pour fixer la jurisprudence sur ces questions.

Les arrêts de réglemens sont ceux qui établissent des regles & des maximes en matiere de procédure: il est d'usage de les signifier à la communauté des Avocats & Procureurs.

Arrêt de défense, est un arrêt qui reçoit appellant d'une sentence celui qui l'obtient, & fait défense de mettre la sentence à exécution; ce qu'un simple appel ou relief d'appel obtenu en Chancellerie n'opere pas, quand la sentence est exécutoire nonobstant l'appel.

Arrêt du Conseil du Roi, est un arrêt que le Roi, séant en son conseil, prononce sur les requêtes qui lui sont présentées, ou sur les remontrances qui lui sont faites par ses sujets, pour faire quelqu'établissement, ou pour réformer quelqu'abus.

Arrêt & brandon, terme de Pratique, est une saisie des fruits pendans par les racines. (H)

Arrêt (Page 1:707)

Arrêt de vaisseaux & fermeture des ports: c'est l'action de retenir dans les ports, par l'ordre des souverains, tous les vaisseaux qui y sont, & qu'on empêche d'en sortir, pour que l'on puisse s'en servir pour le service & les besoins de l'état. On dit arrêter les vaisseaux, & fermer les ports. (Z)

Arrêt (Page 1:707)

Arrêt, en termes de Manége, est la pause que le cheval fait en cheminant. Former l'arrêt du cheval, c'est l'arrêter sur ses hanches. Pour former l'arrêt du cheval, il faut en le commençant approcher d'abord le gras des jambes, pour l'animer, mettre le corps en arriere, lever la main de la bride sans lever le coude, étendre ensuite vigoureusement les jarrets, & appuyer sur les étriers pour lui faire former les tems de son arrêt, en falquant avec les hanches trois ou quatre fois. Voyez Falcade.

Un cheval qui ne plie point sur les hanches, qui se traverse, & qui bat à la main, forme un arrêt de mauvaise grace. Après avoir marqué l'arrêt, ce cheval a fait au bout une ou deux pesades. Voyez Pesade.

Former des arrêts d'un cheval courts & précipités, c'est se mettre en danger de ruiner les jarrets & la bouche.

Après l'arrêt d'un cheval, il faut faire ensorte qu'il fournisse deux ou trois courbettes. Le contraire de l'arrêt est le partir. On disoit autrefois le parer & la parade d'un cheval, pour dire, son arrêt. Voyez Parade & Parer.

Demi - arrêt, c'est un arrêt qui n'est pas achevé, quand le cheval reprend & continue son galop sans faire ni pesades ni courbettes. Les chevaux qui n'ont qu'autant de force qu'il leur en faut pour endurer l'arrêt, sont les plus propres pour le manége & pour la guerre. (V)

Arrêt (Page 1:707)

Arrêt, terme de Chasse, désigne l'action du chien couchant qui s'arrête quand il voit ou sent le gibier, & qu'il en est proche: on dit, le chien est à l'arrêt; & d'un excellent chien, on dit qu'il arrête ferme, poil & plume.

Arrêt (Page 1:707)

Arrêt, se dit sur les Rivieres d'une file de pieux traversée de pieces de bois nommées chanlattes, pour arrêter le bois qu'on met à flot, ensuite le tirer, le triquer, & en faire des piles.

Arrêt (Page 1:707)

Arrêt. On donne ce nom en Serrurerie à un étochio qui sert à arrêter un pêne, un ressort, &c. ou autre piece d'ouvrage. L'arrêt se rive sur le palatre ou la platine sur laquelle sont montées les pieces qu'il arrête.

Arrête - boeuf (Page 1:707)

Arrête - boeuf, anonis, (Hist. nat. bot.) genre de plante à fleur papilionacée: il s'éleve du calice un pistil qui devient dans la suite une gousse renflée, plus longue dans quelques especes, plus courte dans d'autres. Elle est composée de deux cosses qui renferment quelques semences ordinairement de la figure d'un petit rein. Ajoûtez aux caracteres de ce genre que chaque pédicule porte trois feuilles; [p. 708] cependant on en trouve quelques - uns qui n'en portent qu'une. Tournefort, Inst. rei herb. Voy. Plante. (I)

* Cette plante donne dans l'analyse chimique beaucoùp d'huile, de sel acide, & de terre; une quantité médiocre de sel fixe, & très - peu d'esprit urineux. Ces principes sont enveloppés par un suc visqueux, qui se détruit par le feu. Le suc de la bugrande, ou arrête - boeuf, rougit un peu le papier bleu. Ses feuilles ont une saveur de légume, sont fétides & gluantes: c'est ce qui a fait dire à M. Tournefort, que cette plante est composée d'un sel presque semblable au tartre vitriolé, enveloppé dans du phlegme, & dans beaucoup de terre & de soufre.

On compte communément sa racine parmi les cinq racines apéritives. En effet, elle résout puissamment les humeurs épaisses, elle est salutaire dans les obstructions rebelles du foie & de la jaunisse; elle soulage dans la néphretique & les suppressions d'urine. S. Pauli la regarde comme un excellent remede au calcul des reins & de la vessie. Matthiole la recommande pour les excroissances charnues; Ettmuller la croit utile pour le sarcocelle. Voyez Mat. Med. de Geoffroy, le reste du détail de ses propriétés, & les compositions qu'on en tire.

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.