ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

APPÉTIT (Page 1:549)

APPÉTIT, s. m. (Morale.) ce mot, pris dans le sens le plus général, désigne la pente de l'ame vers un objet qu'elle se représente comme un bien; car cette représentation du bien est la raison suffisante qui détermine notre appétit, & l'expérience le prouve continuellement. Quel que soit l'objet que nous appétons, eût - il tous les défauts imaginables, des - là que notre ame se porte vers lui, il faut qu'elle s'y représente quelque sorte de bien, sans quoi elle ne sortiroit pas de l'état d'indifférence.

Les scholastiques ont distingué un double appétit, concupiscible & irascible; le premier, c'est l'appétit proprement dit, la détermination vers un objet en tant qu'elle procede des sens; l'appétit irascible, c'est l'aversion ou l'éloignement.

A cette distinction des écoles, nous en substitue<-> ons une autre plus utile entre l'appétit sensitif & l'appétit raisonnable. L'appétit sensitif est la partie infé<cb-> rieure de la faculté appétitive de l'ame; cet appétit nait de l'idée confuse que l'ame acquiert par la voie des sens. Je bois du vin que mon goût trouve bon; & le retour de cette idée que mon goût m'a donné, me fait naître l'envie d'en boire de nouveau. C'est à ce genre d'appétit que se bornent la plûpart des hommes, parce qu'il y en a peu qui s'élevent au - dessus de la région des idées confuses. De cette source féconde naissent toutes les passions.

L'appétit raisonnable est la partie supérieure de la faculté appétitive de l'ame, & elle constitue la volonté proprement dite. Cet appétit est l'inclination de l'ame vers un objet à cause du bien qu'elle reconnoit distinctement y être. Je feuillete un livre, & j'y apperçois plusieurs choses excellentes, & dont je puis me démontrer à moi - même l'utilité; là - dessus je forme le dessein d'acheter ce livre; cet acte est un acte de volonté, c'est - à - dire, d'appétit raisonnable. Le motif ou la raison suffisante de cet appétit est donc la représentation distincte du bien attaché à un objet. Le livre en question enrichira mon ame de telles connoissances, il la délivrera de telles erreurs; l'énumération distincte de ces idées est ce qui me détermine à vouloir l'acheter; ainsi la loi générale de l'appétit, tant sensitis que raisonnable, est la même. Quidquid nobis representamus tanquam bonum quoad nos, id appetimus. Lisez la Psychol. de M. Wolf, part. II. sect. I. ch. ij. (X)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.