ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ANTIENNE (Page 1:500)

ANTIENNE, s. f. (Hist. eccl.) en latin antiphona, du grec A'NTI\, contre, & FWNH, voix, son.

Les antiennes ont été ainsi nommées, parce que dans l'origine on les chantoit à deux choeurs, qui se répondoient alternativement; & l'on comprenoit sous ce titre les hymnes & les pseaumes que l'on chantoit dans l'Eglise. S. Ignace disciple des Apôtres, a été, selon Socrate, l'auteur de cete maniere de chanter parmi les Grecs, & S. Ambroise l'a introduite chez les Latins. Théodoret en attribue l'origine à Diodore & à Flavien. [p. 501]

Quoi qu'il en soit, on comprenoit sous ce titre tout ce qui se chantoit dans l'Eglise par deux choeurs alternativement. Aujourd'hui la signification de ce terme est restrainte à certains passages courts tirés de l'Ecriture, qui conviennent au mystere, à la vie, ou à la dignité du Saint dont on célebre la fêté, & qui, soit dans le chant, soit dans la récitation de l'office, précedent lés pseaumes & les cantiques. Le nombre des antiennes varie suivant la solennité plus ou moins grande des offices. Les matines des grandes fêtes ont neuf antiennes propres; les laudes & les vêpres, chacune cinq antiennes propres; chacune des heures canoniales a une des antiennes des laudes, excepté la quatrieme. Les cantiques Benedictus & Magnificat ont aussi leurs antiennes propres, aussi bien que le Nunc dimittis; & les trois pseaumes de complies n'ont qu'une antienne propre. Dans d'autres offices moins solennels, comme les semi - doubles, le nombre des antiennes est trois à matines, une pour chaque nocturne, cinq à laudes, & celle du Benedictus; une prise de celles des laudes pour chacune des heures canoniales; six à vêpres, y compris celle du Magnificat; une à complies pour les pseaumes, & une pour le cantique Nunc dimittis. L'intonation de l'antienne doit toûjours régler celle du pseaume. Les premiers mots de l'antienne sont adressés par un choriste à quelque personne du clergé, qui la répete; c'est ce qui s'appelle imposer, & entonner une antienne. Dans l'office Romain, après l'imposition de l'antienne, le choeur poursuit, & la chante toute entiere, avant le pseaume; & quand le pseaume est fini, le choeur reprend l'antienne. Dans d'autres Eglises, après l'imposition de l'antienne, le choriste commence le pseaume, & ce n'est qu'après le pseaume que tout le choeur chante l'antienne.

On donne aussi le nom d'antienne à quelques prieres particulieres, que l'Eglise Romaine chante en l'honneur de la sainte Vierge, & qui sont suivies d'un verset & d'une oraison, telles que le Salve regina, Regina coeli, &c. V. Verset, Oraison, Oremus . (G)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.