ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ANNUITÉ (Page 1:484)

ANNUITÉ, s. f. (Comm. & Math.) se dit d'une rente qui n'est payée que pendant un certain nombre d'années; de sorte qu'au bout de ce tems le débiteur se trouve avoir acquitté son emprunt avec les intérêts, en donnant tous les ans une même somme.

Les annuités sont extrèmement avantageuses au commerce dans les pays où elles sont en usage; le débiteur trouve dans cette maniere d'emprunter, la facilité de s'acquiter insensiblement & sans se gêner; si le créancier a des dettes à payer avant l'échéance des annuités, il s'en sert comme de l'argent en déduisant les intérêts à proportion du tems qu'il y a à attendre jusqu'à l'échéance.

Les annuités sont fort en usage en Angleterre, & l'Etat s'en sert très - avantageusement, lorsqu'il a des emprunts considérables à faire; peut - être un jour nous en servirons - nous en France. Les coupons de la Loterie royale de 1744 étoient des annuités, dont chaque coupon perdant après le tirage de la Loterie, doit produire 65 livres par an, pendant dix ans; au bout desquels le billet sera remboursé.

M. de Parcieux, des Académies Royales des Sciences de Paris & de Berlin, a inséré à la fin de son Essai sur les probabilités de la durée de la vie humaine, imprimé à Paris en 1746, une table fort utile par laquelle on voit la somme que l'on doit prêter pour recevoir 100 livres, à la fin de chaque année, de [p. 485] maniere qu'on soit remboursé entierement au bout de tel nombre d'années qu'on voudra jusqu'à cent ans; c'est - à - dire, la valeur des annuités qui rapporteroient 100 livres, pendant un certain nombre d'années. Voici une partie de cette table, qui peut être très - commode dans le calcul des annuités.

Table des sommes qu'on doit prêter pour recevoir 100 l. à la fin de chaque année, de maniere qu'on soit remboursé entierement au bout de tel nombre d'années qu'on voudra jusqu'à 100 ans.

Les Intérêts comptés
        sur le pié du denier 20.
ANS. Livres. Sous. Den.
    1     95     4    9
    2    185    18   10
    3    272     6    6
    4    354    11   11
    5    432    19    0
    6    507    11    5
    7    578    12    9
    8    646     6    5
    9    710    15    8
   10    772     3    5
   11    830    12    9
   12    886     6    5
   13    939     7    1
   14    989    17    2
   15   1037    19    3
   16   1083    15    5
   17   1127     8    0
   18   1168    19    0
   19   1208    10    6
   20   1246     4    3
   21   1282     2    1
   22   1316     5   10
   23   1348    16   11
   24   1379    17    0
   25   1409     7    8
   26   1437    10    1
   27   1464     5    9
   28   1489    15   11
   29   1514     1   10
   30   1537     4    6
   31   1559     5    3
   32   1580     5    0
   33   1600     4    8
   34   1619     5    5
   35   1637     7   11
   36   1654    13    3
   37   1671     2    1
   38   1686    15    4
   39   1710    13    7
   40   1715    17    8
   41   1729     8    2
   42   1742     5   10
   43   1754    11    3
   44   1766     5    0
   45   1777     7    6
   46   1787    19    6
   47   1798     1    5
   48   1807    13    8
   49   1816    16   10
   50   1825    11    2
   51   1833    17    3
   52   1841    15    6
   53   1849     6    1
   54   1856     9    7
   55   1863     6    3
   56   1869    16    4
   57   1876     0    4
   58   1881    18    4
   59   1887    10    9
   60   1892    17   10
   61   1897    19    9
   62   1902    16   10
   63   1907     9    4
   64   1911    17    5
   65   1916     1    4
   66   1920     1    3
   67   1923    17    4
   68   1927     9    9
   69   1930    19    8
   70   1934     4    6
   71   1937     7    1
   72   1940     6    9
   73   1943     3    6
   74   1945    17    7
   75   1948     9   11
   76   1950    18    1
   77   1953     4   10
   78   1955     9    4
   79   1957    11    8
   80   1959    12    0
   81   1961    10    5
   82   1963     7    0
   83   1965     1   11
   84   1966    15    1
   85   1968     6    9
   86   1969    16   10
   87   1971     5    6
   88   1972    12   10
   89   1973    18   10
   90   1975     3    7
   91   1976     7    2
   92   1977     9    8
   93   1978    11    1
   94   1979    11    5
   95   1980    10   10
   96   1981     9    4
   97   1982     6   11
   98   1983     3    8
   99   1983    19    8
  100   1984    14   10

Si on veut savoir la méthode sur laquelle cet Table est formée, la voici. Supposons qu'on emprunte une somme que j'appelle a & que, les intérêts étant comptés fur le pié du denier 20, ou en général du denier 1/m, on rende chaque année une somme b, & voyons ce qui en arrivera.

En premier lieu, puisque les intérêts sont comptés sur le pié du denier 1/m, il s'ensuit que celui qui a emprunté la somme a, devra à la fin de la premiere année cette somme, plus le denier 1/m a de cette somme, c'est - à - dire, qu'il devra a + a/m ou [omission: formula; to see, consult fac-similé version]. Or par la supposition, il rend à la fin de la premiere année la somme b; donc au commencement de la seconde année il n'emprunte plus réellement que la somme [omission: formula; to see, consult fac-similé version].

A la fin de la feconde année il devra donc [omission: formula; to see, consult fac-similé version] ou [omission: formula; to see, consult fac-similé version]; & comme à la fin de cette seconde année il rend encore b, il s'ensuit qu'au commencement de la troisieme année il n'emprunte plus que [omission: formula; to see, consult fac-similé version]

A la fin de la troisieme année il devra donc [omission: formula; to see, consult fac-similé version], dont il faut encore retrancher b pour savoir ce qu'il emprunte réellement au commencement de la quatrieme année.

Donc ce qu'il doit réellement à la fin de la ne. année sera [omission: formula; to see, consult fac-similé version]

D'où il s'ensuit que si le payement doit se faire en un nombre n d'années, il n'y a qu'à faire la quantité précédente égale à zéro; psqu'au bout de ce tems, par la supposition, le débiteur se sera entierement acquité, & qu'ainsi sa dette sera nulle ou zero à la fin de la ne. année.

Or dans cette derniere quantité tous les termes qui sont multipliés par b, forment une progression géométrique, dont [omission: formula; to see, consult fac-similé version] est le premier terme, [omission: formula; to see, consult fac-similé version] le second, & 1 le dernier. D'où il s'ensuit (Voyez Progression) que la somme de cette progression est [omission: formula; to see, consult fac-similé version] divisé par [omission: formula; to see, consult fac-similé version], c'est - à - dire [omission: formula; to see, consult fac-similé version] divisé par [omission: formula; to see, consult fac-similé version].

Ainsi par cette équation générale [omission: formula; to see, consult fac-similé version] ou [omission: formula; to see, consult fac-similé version] on peut trouver,

1°. La somme a qu'il faut prêter pour recevoir la somme b chaque année, pendant un nombre d'années n, les intérêts étant comptés sur le pie du denier 1/m; c'est - à - dire, qu'on trouvera a, en supposant que b, n, 1/m, soient données.

2°. On trouvera de même b, en supposant que a, n, 1/m, sont données.

3°. Si a, b, n, sont données, on peut trouver 1/m; mais le calcul est plus difficile, parce que dans les deux cas précédens l'équation n'étoit que du premier degré, au lieu que dans celui - ci l'équation qu'il [p. 486] faut résoudre est d'un degré d'autant plus élevé que n est plus grand. Voyez Equation.

4°. Enfin si a, b, & 1/m sont données, on peut trouver n. Mais le problème est encore plus difficile; l'inconnue n se trouvant ici en exposant. On peut néanmoins résoudre ce problème par tâtonnèment: mais je ne connois point de méthode directe pour y párvenir. Voyez Equation, Intérêt, &c. M. de Parcieux, dans l'ouvrage que nous venons de citer, donne une table beaucoup plus étendue, & l'applique au calcul de la Loterie royale de 1744.

Nous terminerons cet article par la table suivante, qui y a rapport, & qui est encore tirée de M. de Parcieux.

Distribution d'un emprunt de 6000000 livres, divisé en 12000 actions ou billets de 500 liv. chacun, pour acquitter intérêts & capital en dix ans, en payant tous les ans la même somme ou à peu - près, tant pour les intérêts que pour le remboursement d'une partie des actions ou billets.

     Actions  Interets  Actions        Prix
Ans. existantes   dûs à la fin qu'on  des actions   TOTAL
       pendant   de chaque  rembourse       qu'on      de chaque
       chaque     année.   tous les ans.  rembourse      année.
       année.                             tous les ans.
 On compte les intérêts sur le pié du denier 20.
                Livres.        Livres.
 1     12000      300000       954        477000       777000
 2     11046      276150      1002        501000       777150
 3     10044      251100      1052        526000       777100
 4      8992      224800      1104        552000       776800
 5      7888      197200      1160        580000       777200
 6      6728      168200      1218        609000       777200
 7      5510      137750      1279        639500       777250
 8      4231      105775      1342        671000       776775
 9      2889       72225      1410        705000       777225
10      1479       36975      1479        739500       776475

Voici l'explication & l'usage de cette table.

Supposons qu'une compagnie de négocians, ou fi l'on veut l'Etat, veuille emprunter 6000000 livres en 12000 actions de 500 livres chacune, dont on paye l'intérêt au denier 20; cette compagnie rendra donc 300000 livres chaque année; savoir, 25 livres pour chaque billet. Supposons outre cela que cette compagnie se propose de rembourser chaque année une partie des billets, il est évident qu'elle devra donner chaque année plus de 300000 livres. Supposons enfin qu'elle veuille donner chaque année à peu près la même somme, tant pour les intérêts que pour le remboursement d'une partie des billets, ensorte que tout soit remboursé au bout de dix ans; on demande combien il faudra rembourser de billets par an.

On trouve d'abord, par la premiere table ci - dessus, que si on veut rembourser 6000000 livres en dix ans, en dix payemens égaux sur le pié du denier 20, il faut 777000 livres par an; ainsi comme les intérêts de 6000000 livres au bout d'un an font 300000 livres, il s'ensuit qu'il reste 477000 livres qui servent à rembourser 954 billets. Le débiteur ne doit donc plus que 11046 billets dont les intérêts dûs à la fin de la seconde année sont 276150 livres, qui étant ôtées des 777000 liv. que le débiteur paye à la fin de chaque année, reste 500850 livres qui fournissent presque dequoi rembourser 1002 billets, &c. Pour les rembourser exactement, il faut 777150 livres, au lieu de 777000.

Par ce moyen on peut faire l'emprunt par classes. La premiere sera de 954 billets remboursables à la fin de la premiere année, le débiteur payant 777000 livres; 1002 à la fin de la seconde, le débiteur payant 777150 livres; 1052 pour être remboursés à la fin de la troisieme année, le débiteur payant 777100 livres, &c. ainsi de suite.

Cette sorte d'emprunt pourroit être commode & avantageuse en certaines occasions, tant pour le débiteur que pour le créancier. Voyez l'ouvrage cité pag. 32 & suiv. (O)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.